m

Documents  Mille et une nuits | enregistrements trouvés : 5

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 94 p.
Cote : 313 MOR

Se dire oui, « pour le meilleur et pour le pire »... Pour les uns, le mariage est le plus beau jour de la vie. Pour les autres, c'est le début de la fin. Faut-il ou ne faut-il pas se marier ? Vieille querelle qui dure depuis des siècles, sans cesse rejouée ! Jean-Paul Morel nous raconte l'imaginaire du mariage à travers les sentences de la sagesse populaire et les bons mots d'auteurs. Préparatifs, cérémonie, contrat, sentiments, fidélité, vie quotidienne... La plus vieille institution est passée au crible. Que l'on soit pour ou contre le mariage, l'amour a toujours le dernier mot.
Se dire oui, « pour le meilleur et pour le pire »... Pour les uns, le mariage est le plus beau jour de la vie. Pour les autres, c'est le début de la fin. Faut-il ou ne faut-il pas se marier ? Vieille querelle qui dure depuis des siècles, sans cesse rejouée ! Jean-Paul Morel nous raconte l'imaginaire du mariage à travers les sentences de la sagesse populaire et les bons mots d'auteurs. Préparatifs, cérémonie, contrat, sentiments, fidélité, vie ...

MARIAGE ; LANGAGE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 112 p.

Cote : 236 ATT

Une analyse de la mondialisation de la prostitution qui bénéficie de l'interconnexion des marchés des activités criminelles, de la libéralisation des flux de capitaux et de l'absence de contrôle et d'entrave à leur circulation. Une réflexion sur le néolibéralisme, l'égalité hommes-femmes, la place accordée aux femmes dans la société et le respect des droits humains.La prostitution revêt aujourd'hui dans son organisation des formes directement empruntées à la mondialisation financière. La logique néolibérale a trouvé dans le système prostitutionnel un «secteur» privilégié où se déployer, qui génère d'énormes profits : trafiquer les êtres humains d'Asie, d'Afrique ou d'Europe et les prostituer procure beaucoup de bénéfices pour peu d'investissements.

Cette mondialisation-là, qui n'épargne aucun pays, illustre le processus de la marchandisation généralisée, à laquelle n'est mise aucune limite.

C'est dans ce contexte que quelques pays ont choisi de légaliser et de réglementer la prostitution : aux Pays-Bas ou en Allemagne, elle est considérée comme une banale «prestation de service».

Est-ce là une voie à suivre ? C'est oublier la violence qui est faite aux femmes, et au-delà d'elles l'atteinte qui est portée à la dignité humaine. Est-on prêt à renoncer au respect des droits humains ?
Une analyse de la mondialisation de la prostitution qui bénéficie de l'interconnexion des marchés des activités criminelles, de la libéralisation des flux de capitaux et de l'absence de contrôle et d'entrave à leur circulation. Une réflexion sur le néolibéralisme, l'égalité hommes-femmes, la place accordée aux femmes dans la société et le respect des droits humains.La prostitution revêt aujourd'hui dans son organisation des formes directement ...

PROSTITUTION ; TRAITE DES ETRES HUMAINS ; TRAFIC D'ENFANT ; VIOLENCE ÉCONOMIQUE ; ASPECT SOCIO-ECONOMIQUE ; MONDE ; ABOLITIONNISME ; LEGISLATION ; LEGALISATION ; ALLEMAGNE ; PAYS-BAS ; MÉTIER ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 215
Cote : 140 BEN

Aujourd'hui en France, une grossesse sur trois n'est pas prévue ; parmi elles, une sur deux donne lieu à un avortement. Le nombre des interruptions volontaires de grossesse se révèle d'une étonnante stabilité : environ 215000 par an. L'on pourrait croire qu'avec les améliorations apportées dernièrement par le texte de la loi de Martine Aubry en 2001, qui rallongeait notamment le délai d'IVG de deux semaines, la question de l'avortement est enfin réglée. Or, il n'en est rien. Contre l'idée communément admise, la banalisation annoncée de l'avortement n'a pas eu lieu. Le droit revendiqué par les femmes, dont il était question à l'orgine de la lutte, bientôt acquis, s'est transformé en une tolérance, et la tolérance en faiblesse. Aujoud'hui, ce n'est pas la loi qui est remise en cause, mais sa pratique. Et lorsque la mise en oeuvre de la loi vacille, ce sont les femmes qui trinquent. Il existe désormais un écart entre la vision donnée par le texte juridique et sa mise en pratique sur le terrain. L'accès à l'avortement est de nos jours extrêmement difficile, les informations manquent, les mauvaises volontés font alliance avec des conditions d'accueil déplorables, les moyens attribués à l'activité d'IVG dans les hôpitaux se réduisent comme peau de chagrin, les médecins se détournent de la pratique, peu motivés par l'acte et sa rémunération. Trente ans après le vote de la loi Veil en 1975, un état des lieux de la pratique de l'avortement s'imposait.
Aujourd'hui en France, une grossesse sur trois n'est pas prévue ; parmi elles, une sur deux donne lieu à un avortement. Le nombre des interruptions volontaires de grossesse se révèle d'une étonnante stabilité : environ 215000 par an. L'on pourrait croire qu'avec les améliorations apportées dernièrement par le texte de la loi de Martine Aubry en 2001, qui rallongeait notamment le délai d'IVG de deux semaines, la question de l'avortement est enfin ...

AVORTEMENT ; TEMOIGNAGE ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; LUTTE FEMINISTE ; PLANNING FAMILIAL ; APPLICATION DE LA LOI ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 188
Cote : 533 ATT

S'il est un effet de la mondialisation peu souvent mis en avant et dénoncé, c'est bien la détérioration de la condition des femmes. Certes, l'oppression des femmes est antérieure au capitalisme. Cependant, au lieu de favoriser la réduction des écarts entre hommes et femmes, la néolibéralisme s'appuie grandement sur eux pour en tirer le meilleur profit économique : les firmes transnationales, toujours à la recherche de main d'oeuvre féminine, peu chère et corvéable à merci, n'hésitent pas à délocaliser... Dans les pays du Nord, les emplois les plus précaires, souvent ultra-flexibles et à temps partiel incombent aux femmes. Ne prennent-elles pas aussi en charge, dans de nombreux pays, la subsistance des familles, les soins et l'éducation des enfants, en suppléant aux carence des services privatisés ? La Banque mondiale ne s'y est pas trompée, qui leur prête une grande attention puisque les femmes constituent une "variable" qui aide à encaisser les ajustements structurels... Il convient de sortir de cet engrenage. Aujourd'hui, au nord comme au sud, la lutte des femmes s'inscrit au coeur du combat altermondialiste : elles constituent une force vive dans le réseau international de résistance à la marchandisation du monde.
S'il est un effet de la mondialisation peu souvent mis en avant et dénoncé, c'est bien la détérioration de la condition des femmes. Certes, l'oppression des femmes est antérieure au capitalisme. Cependant, au lieu de favoriser la réduction des écarts entre hommes et femmes, la néolibéralisme s'appuie grandement sur eux pour en tirer le meilleur profit économique : les firmes transnationales, toujours à la recherche de main d'oeuvre féminine, peu ...

MONDIALISATION ; CONDITION FEMININE ; MONDE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 92 pages
Cote : 211 LAC

En cette fin du XVIIIe siècle, la question de l'éducation des femmes appelle une seule réponse selon Choderlos de Laclos (1741-1803): «Partout où il y a esclavage, il ne peut y avoir éducation; dans toute société les femmes sont esclaves; donc la femme sociale n'est pas susceptible d'éducation.» Seule, une révolution venant d'elles pourrait changer leur condition.
Admirateur de Rousseau, l'auteur des liaisons dangereuses s'attacha au sujet de 1783 à la fin de sa vie/ Il prône l'égalité des sexes et évoque avec ferveur la "femme naturelle", "être libre et puissant".
En cette fin du XVIIIe siècle, la question de l'éducation des femmes appelle une seule réponse selon Choderlos de Laclos (1741-1803): «Partout où il y a esclavage, il ne peut y avoir éducation; dans toute société les femmes sont esclaves; donc la femme sociale n'est pas susceptible d'éducation.» Seule, une révolution venant d'elles pourrait changer leur condition.
Admirateur de Rousseau, l'auteur des liaisons dangereuses s'attacha au sujet de ...

CONDITION FEMININE ; HISTOIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Z