m

Documents  Minuit (Les éditions de) | enregistrements trouvés : 11

O
     

-A +A

P Q

UV

Les Editions de minuit


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 127 p.
Cote : 100.2 REI

Présentation - Claude Reichler
- Un corps devenu récit - Ivan Almeida
- La construction du corps dans la fiction métapsychologique - Pierre Félida
- Une unité problématique. Eléments pour une histoire des conceptions du corps - Rudolf zur Lippe
- Le corps bestial - Claude Bérard
- Le corps fictif de Sébastien et le coup d'oeil d'Antonello - Daniel Arasse
- Le voile de Parasius - Adolf Muschg
- Le corps imaginaire de la photographie - Danièle Sallenave
- Corps du texte - Christiaan L. Hart-Nibbrig
- La création du corps sublime - Claude Reichler
Présentation - Claude Reichler
- Un corps devenu récit - Ivan Almeida
- La construction du corps dans la fiction métapsychologique - Pierre Félida
- Une unité problématique. Eléments pour une histoire des conceptions du corps - Rudolf zur Lippe
- Le corps bestial - Claude Bérard
- Le corps fictif de Sébastien et le coup d'oeil d'Antonello - Daniel Arasse
- Le voile de Parasius - Adolf Muschg
- Le corps imaginaire de la photographie - Danièle ...

SEXUALITE ; CORPS ; IMAGE DU CORPS ; LITTERATURE ; HISTOIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 174 p.
Cote : 101.1 MAR

D'altérité à Zeus, cet essai dans lequel l'auteur s'adresse directement au lecteur, amène à réfléchir sur le désir en tant que partie de la vie sexuelle, la façon dont cette partie informe l'individu et dont elle l'informe sur le monde, et sur la culture et la société en particulier.

SEXUALITE ; DESIR ; LITTERATURE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 217 p.
Cote : 103 IRI

Comment parler de l'autre côté, se demanda Alice. Car, en fait de merveilles, elle avait découvert qu'elle était plus d'une, et qu'une seule langue ne pouvait signifier ce qui avait lieu entre elles. Il fallait pourtant essayer de se faire entendre. Alors, s'appliquant, elle reprit:
Que dire d'une sexualité féminine autre ? Autre que celle prescrite dans et par l'économie du pouvoir phallique. Autre que celle encore et toujours décrite—et normalisée — par la psychanalyse. Comment inventer, ou retrouver, son langage ? Comment interpréter le fonctionnement social à partir de l'exploitation des corps sexués des femmes? Que peut être, dès lors, leur action par rapport au politique ? Doivent-elles ou non intervenir dans les institutions ?
Par quel biais échapper à la culture patriarcale ? Quelles questions poser à son discours? A ses théories ? A ses sciences ? Comment les énoncer pour qu'elles ne soient pas, à nouveau, soumises à la censure ou au refoulement ?
Mais aussi: comment déjà parler femme ? En retraversant le discours dominant. En interrogeant la maitrise des hommes. En parlant aux femmes, entre femmes. Questions—parmi d'autres—qui s'interrogent et se répondent dans plusieurs langues, sur plusieurs tons, à plusieurs voix. Déconcertant l'uniformité d'un discours, la monotonie d'un genre, I'autocratie d'un sexe. Innombrables les désirs des femmes, et jamais réductibles à l'un ni à son multiple.
Le jour était déjà levé depuis longtemps. Une histoire n'en finissait pas d'imposer son ordre. De l'obliger à s'exposer dans une clarté un peu froide. Dans I'attente d'un autre matin, elle repassa derrière le miroir, et elle se retrouva entre elles toute(s). L.L.
Comment parler de l'autre côté, se demanda Alice. Car, en fait de merveilles, elle avait découvert qu'elle était plus d'une, et qu'une seule langue ne pouvait signifier ce qui avait lieu entre elles. Il fallait pourtant essayer de se faire entendre. Alors, s'appliquant, elle reprit:
Que dire d'une sexualité féminine autre ? Autre que celle prescrite dans et par l'économie du pouvoir phallique. Autre que celle encore et toujours décrite—et ...

PSYCHANALYSE ; FEMME ; GENRE ; FRANCE ; SEXUALITE ; SEXUALITE ; ROLE FEMININ-MASCULIN ; POLITIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 198 p.
Cote : 100.2 IRI

" L’homme et la femme demeurent plus étrangers l’un à l’autre que ne le ont à chacun l’animal, la plante, la pierre, l’univers, les dieux. Cet irréductible de l’un à l’autre s’oublie sans cesse et s’organise en mondes bâtis dans la méconnaissance. Le langage, les échanges en général fonctionnent comme si ces deux moitiés du monde se connaissaient, se parlaient, se partageaient. À peine se font-elles signe de chaque côté d’un miroir qui n’appartient ni à l’une ni à l’autre, d’un abîme infernal ou céleste, d’une proximité que plus rien ne signifie. À moins qu’elles ne se détournent délibérément l’une de l’autre, ou ne tentent de se détruire dans le vertige de quelque renversement dialectique.
Ni la femme ni l’homme n’ont construit un territoire qui leur permette d’habiter et cohabiter leur corps, leur chair, de s’étreindre, s’aimer, créer ensemble. Mais la constitution d’une éthique sexuée est toujours reportée à plus tard. Elle emprunte d’étranges détours. S’arrête à l’écologie animale, considère le sexe des végétaux, analyse le comportement de nos cellules, s’efforce de connaître toutes espèces ou genres de mêmes et d’autres selon la taille, la forme, la couleur, la quantité, le nombre... Tout, sauf ce si proche de nous que nous ne le percevons pas et que, le touchant, nous n’abordons souvent qu’à notre nuit. Tant nous fait défaut ce qui dit nos puissances sensibles, leur architecture, leurs abords, leurs seuils, leurs passages du plus intime au plus lointain, en nous, entre nous.
La différence sexuelle comme enjeu théorique et pratique est encore abandonnée aux sciences et techniques “ secondes ” : médecines, arts, modes. Restaurations, reproductions, voiles, masques d’un original qui reste dans l’ombre, et qui vaut d’être interrogé avant d’être imputé à Dieu, ou quelque Autre qui nous fait loi.
Qui suis-je ? Qui es-tu ? En quoi consiste l’insurmontable de notre différence ? Quelles sont nos conditions de possibilité de vie, de beauté, de raison commune ? Ces questions s’imposent à notre époque. Mais elles suscitent les polémiques et les refus de qui se veut, se croit, ou s’ignore monopole d’une “ philosophie première ” - Vérité. "
" L’homme et la femme demeurent plus étrangers l’un à l’autre que ne le ont à chacun l’animal, la plante, la pierre, l’univers, les dieux. Cet irréductible de l’un à l’autre s’oublie sans cesse et s’organise en mondes bâtis dans la méconnaissance. Le langage, les échanges en général fonctionnent comme si ces deux moitiés du monde se connaissaient, se parlaient, se partageaient. À peine se font-elles signe de chaque côté d’un miroir qui ...

SEXE BIOLOGIQUE ; ROLE FEMININ-MASCULIN ; IDENTITÉ SEXUELLE ; LANGAGE ; HOMME ; FEMME ; ASPECT PHILOSOPHIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 146 p.
Cote : 120 DUV

Le bon sexe illustré exprime des opinions malveillantes sur la famille, le mariage, les bébés, le pouvoir des parents, les bonnes múurs, la société de profit, l'idéologie épiciËre qui réglemente les plaisirs tolérés et les jouissances interdites -le tout en analysant cette "éducation sexuelle" anti-sexuelle, puritaine et nataliste qu'on vient de mettre au point à l'usage des mineurs. Il faut reconnaître aux mineurs, enfants et adolescents, le droit de faire l'amour.
Le bon sexe illustré exprime des opinions malveillantes sur la famille, le mariage, les bébés, le pouvoir des parents, les bonnes múurs, la société de profit, l'idéologie épiciËre qui réglemente les plaisirs tolérés et les jouissances interdites -le tout en analysant cette "éducation sexuelle" anti-sexuelle, puritaine et nataliste qu'on vient de mettre au point à l'usage des mineurs. Il faut reconnaître aux mineurs, enfants et adolescents, le ...

EDUCATION A LA SEXUALITE ; ADOLESCENT ; ENFANT ; RELATIONS PARENT-ENFANT ; RELATION AMOUREUSE ; RAPPORTS HOMME-FEMME ; OPINION ; PSYCHANALYSE ; ROLE FEMININ-MASCULIN

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 142 p.
Cote : R DUR

LITTERATURE ; RELATION AMOUREUSE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 221 p.
Cote : 321 DON

La famille, agent naturel de reproduction de l'ordre établi ? C'était sûrement le cas sous l'Ancien Régime quand le père de famille recevait la garantie effective de son pouvoir par le souverain auquel il assurait en retour l'obéissance de ses sujets. Mais, dès le milieu du XVIIIe siècle, cet équilibre se défait. Quand la richesse, donc la puissance, devient affaire de production et non plus de dépense, de pillage, il faut économiser les corps et gérer les populations, donc intervenir sur la famille. C'est le rôle de la police, entendu alors dans une acception infiniment plus large que son actuelle version répressive : une science du bonheur au service de la puissance nationale. Au XIXe siècle, elle prendra les multiples visages de la philanthropie : le paternalisme dans les entreprises, la moralisation par l'épargne, l'hygiénisation par la médecine. Toutes pratiques qui confluent au début du XXe siècle dans la fabrication du secteur dit social. Et, de ce social, la famille constitue l'épicentre. D'un côté, elle est la cible des entreprises hygiénistes qui déstabilisent l'autorité patriarcale pour pouvoir y perfuser les normes assurant conservation, qualité et disponibilité sociale des individus. D'un autre côté, elle est le point d'appui pour une moralisation des relations par l'épargne, l'éducation et la sexualisation. On comprendra le succès de la psychanalyse par sa capacité opérationnelle sur cette nouvelle disposition du rapport famille-société. Sa pertinence aux yeux aussi bien des individus que des familles et des institutions tiendra dans un discours permettant d'introduire un principe de circularité entre l'ambition familiale et les exigences normatives des appareils sociaux, donc une méthode qui permet à la fois de faire sortir l'individu de la famille et de l'y renvoyer. Entre le juridique et la norme, Freud établit un instrument de régulation contemporain et homologue de celui de Keynes entre le " social " et l'économique.
La famille, agent naturel de reproduction de l'ordre établi ? C'était sûrement le cas sous l'Ancien Régime quand le père de famille recevait la garantie effective de son pouvoir par le souverain auquel il assurait en retour l'obéissance de ses sujets. Mais, dès le milieu du XVIIIe siècle, cet équilibre se défait. Quand la richesse, donc la puissance, devient affaire de production et non plus de dépense, de pillage, il faut économiser les corps ...

FAMILLE ; HISTOIRE ; ASPECT SOCIOLOGIQUE ; RELIGION ; MORALE ; FRANCE ; ACTION SOCIALE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 254 pages
Cote : 131 DER

Au risque de bousculer certains tabous, de heurter certaines convictions, de froisser certaines pudeurs, ce livre aborde de front, pour la première fois devant l'opinion publique, un sujet épineux qui hante la vie intime des couples et pèse sur la vie sociale à la manière d'un fléau: I'enfant non désiré et sa conséquence, la maternité refusée. Il y a chaque année, en France, près de 800.ooo naissances. Et probablement autant, sinon plus, d'avortements ! Chaque année, plusieurs milliers de femmes meurent des suites de ces manoeuvres clandestines pratiquées dans les pires conditions, et des dizaines de milliers deviennent inaptes à donner la vie.
Impuissante à enrayer la multiplication des avortements, la loi française qui depuis 1920, prétend les réprimer tout en interdisant la divulgation des procédés anticonceptiomlels, en a accru au contraire les risques et les dangers.
D'autres pays n'ont pas craint de réviser entièrement leur législation dans ce domaine, et combattent aujourd'hui l'avortement en initiant la population à un contrôle rationnel des naissances et en donnant, aux femmes en particulier, les moyens de prévenir une conception redoutée ou une grossesse compromettante. La Grande Bretagne comme l'U.R.S.S., le Japon comme la Suède, le Canada comme l'lnde, les l'U.S.A. comme la République Populaire de Chine, les Pays-Bas comme la Yougoslavie, proclament ou admettent, à des degrés divers, et pour des raisons différentes, le droit de la femme à n'avoir d'enfants que lorsqu'elle en a la possibilité physique, matérielle et morale, et le désir. Paradoxalement, le pays des Droits de l'Homme est l'un des derniers qui n'ait pas reconnu celui-là.
Au risque de bousculer certains tabous, de heurter certaines convictions, de froisser certaines pudeurs, ce livre aborde de front, pour la première fois devant l'opinion publique, un sujet épineux qui hante la vie intime des couples et pèse sur la vie sociale à la manière d'un fléau: I'enfant non désiré et sa conséquence, la maternité refusée. Il y a chaque année, en France, près de 800.ooo naissances. Et probablement autant, sinon plus, ...

CONTRACEPTION ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; PLANIFICATION FAMILIALE ; COUPLE ; FAMILLE ; SEXUALITE ; AVORTEMENT CLANDESTIN ; MORTALITE MATERNELLE ; STERILITE ; COMPLICATION ; LEGISLATION ; DROITS DES FEMMES ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 494 p.
Cote : 613 DEL

Qu'est-ce que l'inconscient ? Ce n'est pas un théâtre, rnais une usine, un lieu et un agent de production. Machines désirantes : l'inconscient n'est ni figuratif, ni structural, mais machinique, — Qu'est-ce que le délire ? C'est l'investissement inconscient d'un champ social historique. On délire les races, les continents, les cultures. La schizo-analyse est à la fois l'analyse des machines désirantes et des investissements sociaux qu'elles opèrent.—Qu'est-ce qu'Œdipe ? L'histoire d'une longue " erreur ", qui bloque les forces productives de l'inconscient, les fait jouer sur un théâtre d'ombres où se perd la puissance révolutionnaire du désir, les emprisonne dans le système de la famille. Le " familialisme " fut le rêve de la psychiatrie ; la psychanalyse l'accomplit, et les formes modernes de la psychanalyse et de la psychiatrie n'arrivent pas à s'en débarrasser. Tout un détournement de l'inconscient, qui nous empêche à la fois de comprendre et de libérer le processus de la schizophrénie.
Qu'est-ce que l'inconscient ? Ce n'est pas un théâtre, rnais une usine, un lieu et un agent de production. Machines désirantes : l'inconscient n'est ni figuratif, ni structural, mais machinique, — Qu'est-ce que le délire ? C'est l'investissement inconscient d'un champ social historique. On délire les races, les continents, les cultures. La schizo-analyse est à la fois l'analyse des machines désirantes et des investissements sociaux qu'elles ...

PSYCHANALYSE ; ASPECT PHILOSOPHIQUE ; DESIR ; FAMILLE ; PSYCHIATRIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 190 pages
Cote : 236 BAR

Elle s'appelle Barbara et Mireille. L'une est connue. C'est son nom public de prostituée. Barbara refusait que des femmes soient livrées une par une - avec la complicité silencieuse de touts à la violence des clients et des policiers, à la tolérance implicite et à la répression explicite des pouvoirs politiques cyniquement irresponsables. Elle a voulu avec d'autres, que ces femmes se rassemblent sortent de leur peur et misère individuelles et expriment ouvertement ensemble quelle est leur condition. Ce fut l'occupation de l'église St Nizier, le mouvement des prostituées à Lyon, puis de France. Cette rencontre des prostituées entre elles a permis à chacune de commencer à dire " non " à ce qui leur était imposé comme normal. Et à se retrouver ce qu'elle était : une femme parmi d'autres, et pas seulement un rôle, une fonction, une image, liés à un commerce à la fois entretenu et méprisé par l'ordre social.
Mireille et Christine, enfant de l'Assistance Publique, confiée à un couple sans tendresse, petite fille de neuf ans violée par son beau-père, puis enfermée à l'hôpital psychiatrique, pour son agressivité, adolescente placée dans une maison de protection pour mineurs, jeune fille qui se venge de son violeur, et se retrouve en prison pour quatre ans, mère célibataire qui pour élever ses enfants accepte de se prostituer. Ce livre n'est pas un roman, ni un écrit littéraire sur la prostitution, c'est le récit d'une vie d'une femme simplement dire à une autre femme qui a su entendre.
Elle s'appelle Barbara et Mireille. L'une est connue. C'est son nom public de prostituée. Barbara refusait que des femmes soient livrées une par une - avec la complicité silencieuse de touts à la violence des clients et des policiers, à la tolérance implicite et à la répression explicite des pouvoirs politiques cyniquement irresponsables. Elle a voulu avec d'autres, que ces femmes se rassemblent sortent de leur peur et misère individuelles et ...

PROSTITUTION FEMININE ; PROSTITUTION ; PERSONNE PROSTITUÉE ; TEMOIGNAGE ; CLIENT DE LA PROSTITUTION ; VIOLENCE SEXUELLE ; PRISON ; MERE CELIBATAIRE ; MOUVEMENT DE FEMMES ; FRANCE ; CONDITION FEMININE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 304 p.
Cote : 101 BAT

Les êtres qui se reproduisent, les êtres reproduits, sont des êtres distincts entre eux, séparés par un abîme, une fascinante discontinuité. Mais, individus mourant isolément dans une aventure inintelligible, nous gardons la nostalgie de la continuité perdue. L’activité sexuelle de reproduction, dont l’érotisme est une des formes humaines, nous la fait retrouver ; au moment où les cellules reproductrices s’unissent, une continuité s’établit entre elles pour former un nouvel être à partir de leur mort.
C’est aussi par la mort, la mort violente, que cet effort de libération s’est manifestée dès l’origine des activités de l’homme. Mais le désir de meurtre met en cause toute l’organisation de communautés fondées sur le travail et la raison. D’où la naissance d’interdits, à quoi s’oppose, ou plutôt s’ajoute, en un dépassement nécessaire, leur propre transgression. Guerre et chasse rejoignent ici l’inceste ou l’orgie sacrée...
Les êtres qui se reproduisent, les êtres reproduits, sont des êtres distincts entre eux, séparés par un abîme, une fascinante discontinuité. Mais, individus mourant isolément dans une aventure inintelligible, nous gardons la nostalgie de la continuité perdue. L’activité sexuelle de reproduction, dont l’érotisme est une des formes humaines, nous la fait retrouver ; au moment où les cellules reproductrices s’unissent, une continuité s’établit ...

SEXUALITE ; EROTISME ; ANNEES 50 ; LITTERATURE ; PRATIQUE SEXUELLE

... Lire [+]

Z