m

Documents  Café Voltaire | enregistrements trouvés : 4

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 136 p.
Cote : 313 BON

La militante homosexuelle féministe dénonce ce qu'elle considère comme la fin de la contre-culture : la mariage pour tous. Elle y voit une régression de la cause des femmes et le retour du patriarcat. Elle s'attache à la question problématique du "droit à l'enfant" par le recours à des techniques médicales de filiation et par un projet "d'émancipation du biologique".
1- La fin de la contre culture. p.21
2- Le retour à l'ordre patriarcal. p.57
3- La maternité pour tous. p.101
La militante homosexuelle féministe dénonce ce qu'elle considère comme la fin de la contre-culture : la mariage pour tous. Elle y voit une régression de la cause des femmes et le retour du patriarcat. Elle s'attache à la question problématique du "droit à l'enfant" par le recours à des techniques médicales de filiation et par un projet "d'émancipation du biologique".
1- La fin de la contre culture. p.21
2- Le retour à l'ordre patriarcal. p.57
3- ...

HOMOSEXUALITE FEMININE ; HISTOIRE ; MARIAGE ; DROITS DES FEMMES ; LUTTE FEMINISTE ; POLITIQUE ; ANTIFÉMINISME ; HOMOPHOBIE ; EVOLUTION ; FRANCE ; OPINION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 125 p.
Cote : 202 MOS

La longue marche vers l’égalité des sexes aboutira-t-elle un jour à une indifférenciation complète du masculin et du féminin ? C’est l’intime conviction de Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherches au Centre de recherches politiques de Sciences Po. Cette idée n’est pas partagée par tout le monde. Du psychanalyste Michel Schneider à la philosophe Sylviane Agacinski, nombreux sont ceux qui s’insurgent contre une société qui nierait les différences “irréductibles”, selon eux, entre les hommes et les femmes. Pour ces adeptes du “différentialisme”, la dissymétrie entre les sexes est l’un des fondements mêmes de notre culture. Janine Mossuz-Lavau, qui a beaucoup travaillé sur la sexualité des Français ou la présence des femmes dans la vie politique, déconstruit patiemment cette thèse en alignant avec méthode enquêtes et statistiques. Non, la ressemblance ne tue pas le désir, explique-t-elle. Non, les femmes sont loin d’avoir investi tous les lieux de pouvoirs. Non, les hommes et les femmes ne sont pas radicalement différents. Son ouvrage démontre avec brio que la fameuse “identité” féminine est une notion bien mouvante. Le genre, ce “sexe social”, ne cesse en effet de se redéfinir : quoi de commun entre les femmes de 1850 - des mineures placées sous l’autorité de leurs maris, qui ne pouvaient ni voter, ni divorcer, ni accéder à l’instruction - et celles des années 2000, qui ont conquis les diplômes, le salariat, le droit de vote et la contraception ?
La longue marche vers l’égalité des sexes aboutira-t-elle un jour à une indifférenciation complète du masculin et du féminin ? C’est l’intime conviction de Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherches au Centre de recherches politiques de Sciences Po. Cette idée n’est pas partagée par tout le monde. Du psychanalyste Michel Schneider à la philosophe Sylviane Agacinski, nombreux sont ceux qui s’insurgent contre une société qui nierait les ...

GENRE ; RAPPORTS HOMME-FEMME ; RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE ; FEMINISME ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 137 p.
Cote : 811.4 AGA

Non, la France n'est pas en retard, elle est en avance sur la protection, la loi, de la dignité des personnes et de leur corps. En posant la question des " mères porteuses ", ce livre n'a pas d'autre but que de défendre cette dignité. La femme n'est pas un outil vivant.
La révision des lois de bioéthique de 2004 approche, avec son lot de controverses sur les principes qui doivent gouverner notre approche des sciences du vivant. La philosophe Sylviane Agacinski apporte sa pierre à ces débats, qui se concluront en 2010 par un texte de loi, en rédigeant un implacable réquisitoire contre les mères porteuses. "L'instrumentalisation du ventre féminin n'est rien d'autre qu'une forme grave d'aliénation qui ne peut trouver un alibi dans une finalité thérapeutique", écrit-elle. Pour Sylviane Agacinski, la gestation pour autrui mène inéluctablement à la marchandisation des corps. Peu importe que la mère porteuse ait donné son consentement ou que sa rémunération soit contrôlée par un juge : c'est le principe même de la location d'utérus qui porte atteinte à la dignité de la personne. En transformant la femme en outil vivant, en faisant d'un enfant l'objet d'un contrat, l'industrie procréative instaure selon elle une forme inédite d'"aliénation biologique".
Extrait article de Le Monde 8 Mai 2009
Non, la France n'est pas en retard, elle est en avance sur la protection, la loi, de la dignité des personnes et de leur corps. En posant la question des " mères porteuses ", ce livre n'a pas d'autre but que de défendre cette dignité. La femme n'est pas un outil vivant.
La révision des lois de bioéthique de 2004 approche, avec son lot de controverses sur les principes qui doivent gouverner notre approche des sciences du vivant. La philosophe ...

GESTATION POUR AUTRUI ; PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE ; DROITS DES FEMMES ; OPPOSITION ; LEGALISATION ; CORPS ; GROSSESSE ; ENFANT CONFIÉ À L'ADOPTION ; PARENTALITE ; FILIATION ; ECONOMIE ; COUT ; FRANCE ; BIOETHIQUE ; CONDITION FEMININE ; BIOLOGIE ; ASPECT PHILOSOPHIQUE ; CONSENTEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 123 p.
Cote : 204 SCH

Chaque sexe se prend pour l'autre de peur de se prendre l'un l'autre. Voulons-nous vraiment que le socialisme moral et politique nous délivre de la sexualité ? Face aux discours médiatiques, psychanalytiques et politiques qui prônent l'abolition de la différence des sexes, M. Schneider rappelle que la sexualité humaine est structurée par une différence des sexes à la fois biologique, anatomique, psychique et culturelle et qu'elle reste cruciale pour la civilisation.

attention livre polémique :

Commentaire de la documentation du MFPF :
Sous un discours psychanalytique qui peut paraitre séduisant, il remet en cause le divorce, minimise la violence conjugale, trouve exagérée la pénalisation des violences sexuelles... et émet des craintes sur la figure de la mère qui serait devenue omnipotente face à l'effondrement de la famille patriarcale... Un livre dans la lignée de "Un premier sexe" d'Eric Zemmour ou du "nouveau code de la sexualité" de Bensussan qui sous couvert de témoigner du malaise masculin remet en cause l'ensemble des acquis féministes.
Chaque sexe se prend pour l'autre de peur de se prendre l'un l'autre. Voulons-nous vraiment que le socialisme moral et politique nous délivre de la sexualité ? Face aux discours médiatiques, psychanalytiques et politiques qui prônent l'abolition de la différence des sexes, M. Schneider rappelle que la sexualité humaine est structurée par une différence des sexes à la fois biologique, anatomique, psychique et culturelle et qu'elle reste cruciale ...

CONDITION MASCULINE ; PATERNITE ; MOUVEMENT MASCULINISTE ; ROLE FEMININ-MASCULIN ; ANTIFÉMINISME ; PSYCHANALYSE ; FRANCE

... Lire [+]

Z