m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  DEBAUCHE Alice | enregistrements trouvés : 4

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : 232 VIR

L’enquête Violences et rapports de genre (Virage) a été réalisée par téléphone en 2015, auprès d’un échantillon de 27000 femmes et hommes, représentatif de la population âgée de 20 à 69 ans, vivant en ménage ordinaire, en France métropolitaine. Sont exposées ici les premières analyses concernant les violences sexuelles subies dans tous les cadres de vie (études, travail, vie conjugale, relation post-conjugale, famille et proches, espaces publics) pendant les douze derniers mois ou depuis l’enfance.
Pour tous les cadres de vie, deux questions concernant le fait d’avoir subi « des rapports forcés, des tentatives, des attouchements du sexe » ou « d’autres actes ou pratiques sexuels » sont suivies d’une liste d’actes à préciser, permettant un classement à posteriori des déclarations recueillies dans les catégories juridiques de « viols et tentatives » et « autres agressions sexuelles ». Dans cette dernière catégorie, sont incluses les réponses à une autre question sur les baisers forcés ou le pelotage (sauf pour les relations avec un.e conjoint.e ou ex). Dans tous les contextes et à tous les âges, les taux de violences sexuelles sont beaucoup plus élevés pour les femmes que pour les hommes. Les femmes sont atteintes tout au long de la vie, dans tous les espaces, alors que les hommes le sont principalement dans le cadre de la famille pendant l’enfance et l’adolescence, mais rarement dans le cadre conjugal. Les femmes déclarent plus souvent des violences répétées et qu’elles jugent graves ou très graves.
L’enquête Violences et rapports de genre (Virage) a été réalisée par téléphone en 2015, auprès d’un échantillon de 27000 femmes et hommes, représentatif de la population âgée de 20 à 69 ans, vivant en ménage ordinaire, en France métropolitaine. Sont exposées ici les premières analyses concernant les violences sexuelles subies dans tous les cadres de vie (études, travail, vie conjugale, relation post-conjugale, famille et proches, espaces ...

VIOLENCE SEXUELLE ; ENQUETE ; SOCIOLOGIE ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; STATISTIQUE ; VIOL ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 538 - 4 p.
Cote : P 25

Les femmes rapportent des viols et des agressions sexuelles dans des proportions très supérieures à celles des hommes. Pour elles, les violences dans le cadre des relations conjugales s’ajoutent aux violences subies dans la famille dès l’enfance et l’adolescence, ainsi qu’aux agressions sexuelles vécues tout au long de la vie dans les différents espaces de vie (travail, espace public).

VIOL ; VIOLENCE SEXUELLE ; FRANCE ; ENQUETE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. 28 - n° 2 - 144 p.
Cote : P 11

Coordination du numéro:Laure Bereni, Alice Debauche, Emmanuelle Latour, Karine Lempen, Anne Revillard Présentation : Comment le droit contribue-t-il à reproduire, ou à l’inverse à subvertir les rapports de genre ? Dans quelle mesure des textes de loi apparemment neutres s’avèrent-ils avoir des effets discriminatoires dans les domaines de l’emploi, de la famille, du droit d’asile ou des violences envers les femmes ? Que sait-on de l’impact des dispositifs juridiques visant l’égalité ? Peuvent-ils avoir des effets pervers ? Comment définir juridiquement le concept d’égalité pour faire du droit un véritable outil de changement social ? Telles sont les principales questions abordées par les contributrices à ce numéro, qui explorent les « lois du genre » non seulement « dans les textes », mais aussi « en action » (jurisprudence, application du droit par des instances administratives) à partir d’études minutieuses des dispositifs juridiques. Différents aspects du droit – et de la vie sociale – sont traités, à partir d’une diversité de cas nationaux : violences faites aux femmes en Espagne et en France, divorce et séparation des couples au Canada, partage de la garde des enfants en cas de séparation parentale et droit à la retraite des fonctionnaires en France, application du droit d’asile aux requérantes lesbiennes en Belgique et au Royaume-Uni, droit à l’assurance chômage en Suisse. Si certaines contributions insistent sur la dimension patriarcale du droit et sur la manière dont le principe d’égalité entre les sexes peut, paradoxalement, être invoqué pour remettre en question certains droits acquis de haute lutte par les femmes, dans le cadre d’un divorce par exemple, d’autres dressent un constat plus nuancé. Bien que souvent utilisé pour renforcer la domination masculine, le droit peut aussi être mobilisé dans un sens émancipateur, comme le propose un article dans le cas des demandes d’asile de réfugiées lesbiennes. A la fois instrument d’oppression et outil de résistance, le droit reflète finalement la complexité des rapports de genre eux-mêmes, faits de domination mais aussi de contre-pouvoirs.
Coordination du numéro:Laure Bereni, Alice Debauche, Emmanuelle Latour, Karine Lempen, Anne Revillard Présentation : Comment le droit contribue-t-il à reproduire, ou à l’inverse à subvertir les rapports de genre ? Dans quelle mesure des textes de loi apparemment neutres s’avèrent-ils avoir des effets discriminatoires dans les domaines de l’emploi, de la famille, du droit d’asile ou des violences envers les femmes ? Que sait-on de l’impact des ...

GENRE ; DROIT ; FEMINISME ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; MARIAGE ; VIOLENCE AU SEIN DU COUPLE ; RELATION SEXUELLE ; DIVORCE ; MOUVEMENT MASCULINISTE ; DROIT D'ASILE ; HOMOSEXUALITE FEMININE ; TRAVAIL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 319 p.
Cote : 230 CHE

L'ensemble de ces diverses contributions se réfèrent à une problématique de genre selon laquelle les violences contre les femmes résultent, en premier lieu, de la hiérarchisation des rapports sociaux de sexe. Ces textes témoignent de la volonté de poursuivre le combat de la reconnaissance scientifique et politique des violences contre les femmes. Le titre incline à vision optimiste des transformations: un pas de plus dans la marche vers l'égalité et la lutte contre les violences sexistes.
L'ensemble de ces diverses contributions se réfèrent à une problématique de genre selon laquelle les violences contre les femmes résultent, en premier lieu, de la hiérarchisation des rapports sociaux de sexe. Ces textes témoignent de la volonté de poursuivre le combat de la reconnaissance scientifique et politique des violences contre les femmes. Le titre incline à vision optimiste des transformations: un pas de plus dans la marche vers ...

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; ENQUETE ; VIOLENCE AU SEIN DU COUPLE

... Lire [+]

Z