m

Documents  Travail, genre et sociétés - la revue du MAGE | enregistrements trouvés : 65

O

-A +A

P Q

UV

P 256


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 22 - p. 117-133
Cote : P 256

Alors que la médecine compte de plus en plus de femmes, la chirurgie résiste encore largement à l'ampleur de ce mouvement et demeure incontestablement un bastion "masculin".

FEMME ; EGALITE FEMME HOMME ; ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ; CHIRURGIE ; MÉTIER ; TRAVAIL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 29 - p. 5-22
Cote : P 256

Sommaire du dossier
- La virilité et ses crises
- Le masculin pluriel
- Virilités : au delà du populaire
- Fantasmes de meurtre et vie pratique

PORTRAIT ; HOMME ; IMAGE DE L'HOMME ; VIRILITE ; FRANCE ; CONDITION MASCULINE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 0 - n° 31 - p. 69-84
Cote : P 256

La mise en place du programme de l’abcd de l’Egalité, en octobre 2013, dans un contexte de tension consécutif au vote de la loi sur le mariage dit " pour tous ", a placé sur le devant de la scène médiatique des actions pédagogiques pour la promotion de l’égalité entre filles et garçons dans le système scolaire dont certaines sont pourtant déjà anciennes. Dans l’académie de Lyon, depuis plus de dix ans, les enseignants reçoivent une formation sur les problématiques de genre et d’égalité entre les sexes. Ces formations, globalement très bien accueillies, suscitent aussi parfois des résistances, en dépit du fait que les enseignants en sont très demandeurs d’une part, et qu’ils se déclarent très soucieux de promouvoir l’égalité filles/garçons et femmes/hommes d’autre part. C’est à l’analyse de ce paradoxe qu’est consacré cet article, qui veut proposer à la fois une typologie de ces résistances et des pistes de remédiation.
La mise en place du programme de l’abcd de l’Egalité, en octobre 2013, dans un contexte de tension consécutif au vote de la loi sur le mariage dit " pour tous ", a placé sur le devant de la scène médiatique des actions pédagogiques pour la promotion de l’égalité entre filles et garçons dans le système scolaire dont certaines sont pourtant déjà anciennes. Dans l’académie de Lyon, depuis plus de dix ans, les enseignants reçoivent une formation sur ...

FORMATION ; ENSEIGNANT ; GENRE ; FRANCE ; EGALITE FEMME HOMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 28 - p. 89-105
Cote : P 256

Lorsque l’ancien directeur du Fonds monétaire international, Dominique Strauss Kahn (dsk), a été arrêté pour tentative de viol sur une femme de chambre d’un hôtel Sofitel à New York en mai 2011, on a beaucoup spéculé sur le rôle qu’avaient joué les différences d’attitude vis-à-vis de la sexualité en France et aux États-Unis. Cet article explique que si ce scandale avait plus de chances d’éclater à New York qu’à Paris c’est moins en raison de différences culturelles intemporelles entre les deux pays que de différences juridiques. Aux États-Unis, la responsabilité de l’employeur se trouve fortement engagée en cas de harcèlement sexuel, ce qui a incité les entreprises à instaurer des règlements internes et des codes de conduite. Complété par la loi de 1994 sur les violences faites aux femmes (Violence Against Women Act, vawa), ce dispositif a permis une plus grande prise de conscience du problème du harcèlement et de la violence sexuels. En France, en revanche, où la responsabilité de l’employeur est minime, les entreprises n’ont guère eu à prendre de mesures contre le harcèlement sexuel, retardant par là-même la prise de conscience de l’opinion. C’est à cause de cet écart qu’une plainte pour harcèlement sexuel avait plus de chances d’être déposée à New York qu’à Paris. L’article affirme toutefois qu’en attirant l’attention sur la question de la violence sexuelle, l’affaire dsk - à laquelle s’est ajoutée en mars 2012 une mise en examen pour proxénétisme en bande organisée - pourrait elle-même contribuer à faire évoluer le cadre juridique français et à renforcer la protection des victimes de violence sexuelle.
Lorsque l’ancien directeur du Fonds monétaire international, Dominique Strauss Kahn (dsk), a été arrêté pour tentative de viol sur une femme de chambre d’un hôtel Sofitel à New York en mai 2011, on a beaucoup spéculé sur le rôle qu’avaient joué les différences d’attitude vis-à-vis de la sexualité en France et aux États-Unis. Cet article explique que si ce scandale avait plus de chances d’éclater à New York qu’à Paris c’est moins en raison de ...

FRANCE ; ETATS-UNIS ; HARCELEMENT SEXUEL ; LEGISLATION ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 15 - p. 101-119
Cote : P 256

Loin d’être fondus en un unique " budget du ménage ", l’argent de l’homme et celui de la femme restent, dans un couple, différenciés. Une analyse élémentaire des données de l’enquête " Budget des Familles " de l’Insee indique que l’argent des deux conjoints ne sert pas toujours à la même chose : certains postes de dépenses sont clairement sexués. D’un point de vue ethnographique, on observe que l’ampleur et les modalités de la mise en commun des ressources au sein du couple ne vont pas de soi. Le domaine du budget collectif est plus ou moins étendu, et sa négociation explicite, pas toujours possible ni souhaitée. Enfin, dans le cas où la femme gagne moins que l’homme et où il n’y a pas de compte commun, on constate que tous les ménages rencontrés procèdent d’une façon totalement opposée à la notion de " salaire d’appoint " : c’est le " petit " salaire de la femme qui constitue la base de l’argent collectif.
Loin d’être fondus en un unique " budget du ménage ", l’argent de l’homme et celui de la femme restent, dans un couple, différenciés. Une analyse élémentaire des données de l’enquête " Budget des Familles " de l’Insee indique que l’argent des deux conjoints ne sert pas toujours à la même chose : certains postes de dépenses sont clairement sexués. D’un point de vue ethnographique, on observe que l’ampleur et les modalités de la mise en commun des ...

ARGENT ; COUPLE ; FRANCE ; EGALITE SALARIALE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 28 - p. 151-168
Cote : P 256

Travail, genre et sociétés a demandé à trois historiennes - dont deux franco-américaines - de réfléchir ensemble à la question " pourquoi et comment les études de genre, les études sur la sexualité, sur les femmes, se sont développées de manière si différente de part et d’autre de l’Atlantique ? " Plusieurs dimensions de la question sont abordées dans l’entretien à trois voix qui résulte de cette demande : l’idée d’un retard français dans ce domaine par rapport à l’avancée américaine ; blocages et résistances institutionnelles ; rôle des revues et des réseaux d’ami-e-s ou de militant -e-s dans la circulation transatlantique des idées ; pluralité d’approches qui caractérise ces études de part et d’autre de l’Atlantique. Au travers de cette discussion riche et variée, on voit clairement le rôle pionnier qu’ont joué les études de genre dans l'évolution épistémologique des sciences humaines depuis les années 1970.
Travail, genre et sociétés a demandé à trois historiennes - dont deux franco-américaines - de réfléchir ensemble à la question " pourquoi et comment les études de genre, les études sur la sexualité, sur les femmes, se sont développées de manière si différente de part et d’autre de l’Atlantique ? " Plusieurs dimensions de la question sont abordées dans l’entretien à trois voix qui résulte de cette demande : l’idée d’un retard français dans ce ...

FRANCE ; ETATS-UNIS ; HISTOIRE ; GENRE ; SOCIOLOGIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 23 - p. 5-25
Cote : P 256

En 2007, Anne Sylvestre a célébré son jubilé au Trianon à Paris : 50 ans d'écriture, de composition, de métier, de rencontres, 50 ans de chanson au service d'un art engagé. Retour sur un parcours hors normes.

FEMME ; LUTTE FEMINISTE ; FEMME ARTISTE ; CREATION ARTISTIQUE ; MUSIQUE ; FEMINISME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 18 - p. 163-166
Cote : P 256

FORMATION ; GENRE ; EDUCATION ; ECOLE PRIMAIRE ; COLLEGE ; MIXITE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 0 - n° 31 - p. 29-33
Cote : P 256

Témoignage de Michelle Perrot sur l'histoire de l'histoire des femmes en France, traversé depuis l'origine par le genre.

HISTOIRE ; FEMME ; GENRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 28 - p. 45-62
Cote : P 256

L’article présente une analyse sexuée de l’évolution des droits et devoirs qui lient les personnes percevant l’aide sociale et l’Etat en France et aux Etats-Unis. Dans les deux pays, la contrepartie exigée en retour de la solidarité nationale a longtemps reposé pour les femmes sur leur rôle de " mère ", pour les hommes sur celui de " pourvoyeur de ressources de la famille ". Les réformes successives des programmes de lutte contre la pauvreté aux Etats-Unis et en France ont modifié la nature de ces obligations, renforçant dans les deux cas la logique du mérite via une exigence d’insertion dans l’emploi, ceci de façon plus marquée aux Etats-Unis qu’en France. L’injonction à l’autonomie concerne désormais femmes et hommes, mais épargne les femmes mariées, dont l’inactivité est acceptée voire encouragée dans les dispositifs sociaux ou fiscaux.
L’article présente une analyse sexuée de l’évolution des droits et devoirs qui lient les personnes percevant l’aide sociale et l’Etat en France et aux Etats-Unis. Dans les deux pays, la contrepartie exigée en retour de la solidarité nationale a longtemps reposé pour les femmes sur leur rôle de " mère ", pour les hommes sur celui de " pourvoyeur de ressources de la famille ". Les réformes successives des programmes de lutte contre la pauvreté aux ...

FRANCE ; ETATS-UNIS ; POLITIQUE SOCIALE ; PRECARITE ; POLITIQUE FAMILIALE ; GENRE ; FEMME ; TRAVAIL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 20 - p. 111-128
Cote : P 256

Le travail salarié des femmes, fait courant au xixe et xxe siècles, est à l’instar des multiples législations qui le régissent une réalité combattue ou soutenue en fonction d’une part de la conjoncture économique et, d’autre part, de la nécessité de légitimation de l’ordre social. Sous le double auspice des prérogatives capitalistes et patriarcales, l’interdiction du travail de nuit des femmes, entérinée par une Convention de l’Organisation Internationale du Travail en 1919, cristallise les rapports de force entre autorités nationales, bien-fondé d’une jeune institution internationale, organisations syndicales, patronales et féministes. L’article met en évidence le processus de perpétuation de la division sexuelle du travail dans les secteurs secondaire et tertiaire en mutation pour la période de 1919 à 1934, année de révision de la Convention.
Le travail salarié des femmes, fait courant au xixe et xxe siècles, est à l’instar des multiples législations qui le régissent une réalité combattue ou soutenue en fonction d’une part de la conjoncture économique et, d’autre part, de la nécessité de légitimation de l’ordre social. Sous le double auspice des prérogatives capitalistes et patriarcales, l’interdiction du travail de nuit des femmes, entérinée par une Convention de l’Organisation ...

FEMME ; TRAVAIL ; ANNÉES 20 ; ANNEES 30

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 29 - p. 5-22
Cote : P 256

Voici un portrait qui invite au voyage : suivre le parcours de cette figure incontournable du féminisme français, cette femme dont la vie est un vrai roman nous emmène aux quatre coins du monde.

PORTRAIT ; MAYA SURDUTS ; FEMINISME ; HISTOIRE ; MLAC ; CADAC ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 22 - p. 31-52
Cote : P 256

Les services à domicile renvoient à un ensemble de prestations variées. LEurs contours peuvent être fixés par les législations successives qui affectent le secteur. Par-delà leur caractère hétéroclite, on peut considérer que trois grands axes structurent cet ensemble : services de prise en charge de la dépendance, garde à domicile des enfants, services de facilitation de la vie quotidienne.

TRAVAIL DOMESTIQUE ; FRANCE ; PERSONNE ÂGEE ; FEMME ; MODE DE GARDE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 0 - n° 31 - p. 51-68
Cote : P 256

Il y a tout juste vingt ans, une génération d'universitaires féministes pionnières accueillait la première promotion d'étudiant-e-s sélectionné-e-s pour suivre un enseignement unique en son genre. Cette nouvelle formation professionnelle de niveau bas+5, le DESS "Politiques sociales et rapports sociaux de sexe" localisé au sein du département de sociologie de l'université Toulouse II-Le Mirail, vise à diffuser les savoirs issus des études et des srecherches féministes, en passant léanalyse des polituqes sociales ua prisem des rapports sociaux de sexe.
Il y a tout juste vingt ans, une génération d'universitaires féministes pionnières accueillait la première promotion d'étudiant-e-s sélectionné-e-s pour suivre un enseignement unique en son genre. Cette nouvelle formation professionnelle de niveau bas+5, le DESS "Politiques sociales et rapports sociaux de sexe" localisé au sein du département de sociologie de l'université Toulouse II-Le Mirail, vise à diffuser les savoirs issus des études et des ...

HISTOIRE ; FEMME ; GENRE ; ENSEIGNEMENT ; ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ; FEMINISME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 15 - p. 69-82
Cote : P 256

La revendication " à travail égal, salaire égal " est ancienne et a pu être ambiguë. Elle s’est d’abord exprimée dans un contexte de concurrence économique avant d’être reconnue comme un principe de justice puis comme un droit fondamental. La notion de salaire " féminin " a perduré jusqu’à l’affirmation du principe d’égalité entre hommes et femmes. Mais des difficultés se sont maintenues face à la liberté de fixation des salaires par l’employeur au-delà des minima légaux et conventionnels. Des " outils " juridiques et judiciaires existent pourtant, construits d’abord par le droit communautaire afin de renforcer le principe d’égalité de rémunération et de lutter contre les discriminations. La construction du sens et de l’efficacité du principe d’égalité s’est faite par la voie judiciaire. Elle est d’abord l’affaire des acteurs car une loi ne signifie rien par elle-même, elle implique la construction de son sens. Or la lutte contre de telles inégalités de rémunérations est encore faible en France. Pourquoi ?
La revendication " à travail égal, salaire égal " est ancienne et a pu être ambiguë. Elle s’est d’abord exprimée dans un contexte de concurrence économique avant d’être reconnue comme un principe de justice puis comme un droit fondamental. La notion de salaire " féminin " a perduré jusqu’à l’affirmation du principe d’égalité entre hommes et femmes. Mais des difficultés se sont maintenues face à la liberté de fixation des salaires par l’employeur ...

EGALITE SALARIALE ; HISTOIRE ; XXe SIECLE ; ANNÉES 40 ; FRANCE ; MONDE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 31 - p. 103-121
Cote : P 256

Le féminisme des années 1970 a débouché sur la création de réseaux associatifs aujourd’hui incontournables : Planning familial, Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, Fédération Nationale Solidarité Femmes. Ces réseaux, producteurs d’un service de défense et d’accès aux droits pour les femmes, remplissent une fonction de " service public ", grâce à l’emploi de salariés qui sont essentiellement des femmes. A partir des résultats d’une enquête qualitative de type monographique auprès d’associations de ces réseaux, nous montrerons que, si l’on peut observer dans ces organisations des conditions d’emploi souvent précaires, il faut sans doute référer ces observations aux conditions d’emploi que rencontrent par ailleurs les femmes dans d’autres secteurs de l’économie. Autrement dit, il semble que, paradoxalement, ces organisations féministes reproduisent simplement des normes d’emploi structurées par le genre.
Le féminisme des années 1970 a débouché sur la création de réseaux associatifs aujourd’hui incontournables : Planning familial, Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, Fédération Nationale Solidarité Femmes. Ces réseaux, producteurs d’un service de défense et d’accès aux droits pour les femmes, remplissent une fonction de " service public ", grâce à l’emploi de salariés qui sont essentiellement des femmes. A partir des ...

TRAVAIL ; SALARIAT ; ASSOCIATION ; FRANCE ; GENRE ; FEMINISME ; PLANNING FAMILIAL ; FEMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 28 - p. 133-149
Cote : P 256

Ce texte présente de manière synthétique les débats qui ont pris place aux Etats-Unis et en France à propos de deux grands volets de l’éducation des filles : l’éducation formelle telle qu’elle est organisée dans des classes mixtes ou non mixtes d’une part, d’autre part, l’éducation plus informelle qui se réalise via les medias, l’habillement, les jeux ... Concernant la mixité scolaire, la perspective américaine s’appuie sur des considérations biologisantes ou empiriques, alors qu’en France les considérations de principe dominent. Quant à la tendance à une sexualisation de plus en plus marquée et de plus en plus précoce des petites filles, elle est largement démontrée et débattue aux Etats-Unis, alors que la France reste jusqu’alors plus en retrait. Derrière ces débats, de vrais clivages existent, entre ceux et celles qui prônent la ressemblance et l’indifférenciation entre hommes et femmes et ceux et celles qui défendent au contraire l’affichage de différences à respecter voire à promouvoir via l’éducation.
Ce texte présente de manière synthétique les débats qui ont pris place aux Etats-Unis et en France à propos de deux grands volets de l’éducation des filles : l’éducation formelle telle qu’elle est organisée dans des classes mixtes ou non mixtes d’une part, d’autre part, l’éducation plus informelle qui se réalise via les medias, l’habillement, les jeux ... Concernant la mixité scolaire, la perspective américaine s’appuie sur des considérations ...

FRANCE ; ETATS-UNIS ; EDUCATION ; GENRE ; MIXITE ; ASPECT SOCIOLOGIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 19 - p. 131-149
Cote : P 256

L’école joue-t-elle, dans la reproduction des rapports sociaux de sexe, un rôle comparable à celui qu’elle joue en matière de reproduction des inégalités sociales ? C’est la question que pose ce texte. Après avoir rappelé l’impact déterminant des pratiques éducatives parentales, il analysera les différentes facettes potentielles de l’influence de l’école. Nombre de mécanismes mis en avant dans l’analyse de la reproduction des inégalités sociales à et par l’école s’avèrent ici inopérants. De fait, c’est plutôt la passivité de l’institution, face à des élèves et à des situations marquées par les modèles de sexe, qui apparaît essentielle. Ceci laisse ouverte la question de la légitimation des inégalités entre les sexes, dès lors que l’école ne peut la fournir.
L’école joue-t-elle, dans la reproduction des rapports sociaux de sexe, un rôle comparable à celui qu’elle joue en matière de reproduction des inégalités sociales ? C’est la question que pose ce texte. Après avoir rappelé l’impact déterminant des pratiques éducatives parentales, il analysera les différentes facettes potentielles de l’influence de l’école. Nombre de mécanismes mis en avant dans l’analyse de la reproduction des inégalités sociales ...

GENRE ; ECOLE MATERNELLE ; ECOLE PRIMAIRE ; LYCEE ; FRANCE ; RELATIONS FILLES-GARCONS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 20 - p. 129-150
Cote : P 256

Contrairement à ce qu’on observe lorsque toutes les disciplines scolaires sont confondues, en éducation physique et sportive (eps), les filles réussissent beaucoup moins bien que les garçons. En complément des travaux existants, cet article propose d’analyser et d’interpréter ces inégalités de réussite en privilégiant la dimension relative aux contenus d’enseignement. En se référant à certaines recherches conduites dans le champ de la sociologie de l’éducation (sociologie du curriculum et sociologie des enseignants), on tâchera de montrer que la nature des activités physiques proposées en eps ainsi que les modalités de pratique privilégiées peuvent expliquer en grande partie la moindre réussite des filles. Du point de vue méthodologique, les matériaux utilisés proviennent de trois sources : deux enquêtes nationales réalisées en 2006 par les services statistiques du ministère de l’Éducation nationale en France ayant permis d’interroger 1954 élèves et 1317 enseignants ; les textes officiels les plus récents présentant les programmes d’enseignement en eps ; les statistiques nationales relatives à la réussite aux épreuves D’eps du baccalauréat.
Contrairement à ce qu’on observe lorsque toutes les disciplines scolaires sont confondues, en éducation physique et sportive (eps), les filles réussissent beaucoup moins bien que les garçons. En complément des travaux existants, cet article propose d’analyser et d’interpréter ces inégalités de réussite en privilégiant la dimension relative aux contenus d’enseignement. En se référant à certaines recherches conduites dans le champ de la sociologie ...

ECOLE PRIMAIRE ; COLLEGE ; SPORT ; ENSEIGNEMENT ; LYCEE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 0 - n° 31 - p. 29-33
Cote : P 256

L’histoire du congé de maternité est celle d’une politique sociale mise au service des intérêts masculins par l’entremise d’instruments d’action publique genrés. Le recours imposé aux services de remplacement agricole, foncièrement tournés vers le remplacement des exploitants masculins, s’est doublé d’une procédure subordonnant l’utilisation de la prestation aux décisions du chef d’exploitation. Il en a résulté une captation opportuniste par l’exploitant de la main-d’œuvre salariée destinée au remplacement de sa conjointe, contribuant à exclure cette dernière d’une prestation lui étant dédiée, et fournissant des ressources de développement à l’activité de remplacement. À tel point que les services de remplacement se sont ensuite efforcés d’améliorer ce droit des agricultrices, en lieu et place des porte-parole féminines, dans le but de consolider une rente indispensable à leur professionnalisation.
L’histoire du congé de maternité est celle d’une politique sociale mise au service des intérêts masculins par l’entremise d’instruments d’action publique genrés. Le recours imposé aux services de remplacement agricole, foncièrement tournés vers le remplacement des exploitants masculins, s’est doublé d’une procédure subordonnant l’utilisation de la prestation aux décisions du chef d’exploitation. Il en a résulté une captation opportuniste par ...

HISTOIRE ; FEMME ; CONGÉ DE MATERNITÉ ; AGRICULTURE ; FRANCE ; MILIEU RURAL

... Lire [+]

Z