m

Documents  Politiques sociales et familiales - CAF | enregistrements trouvés : 138

O

-A +A

P Q

UV

Recherches & prévisions - CAF ; Recherche et prévision CAF ; Recherche et prévision ; P 218

32 av de la sibelle
75685 Paris - cedex 14

01 45 65 52 80

Revue trimestrielle de la CAF de 1991 à décembre 2008 puis change de nom devient Politiques sociales et familiales au n° 95


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 46 - pp.1-8
Cote : non coté

POLITIQUE FAMILIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 62 - p. 43-56
Cote : P 218

Si l'expérience de la parentalité est aujourd'hui fortement valorisée, certain(e)s font le choix de ne pas s'y engager et d'autres, bien que l'ayant souhaitée, ne la connaîtront jamais. L'analyse des parcours biographiques ayant conduit à l'absence d'enfant, souhaitée ou non, montre la complexité des déterminants sociaux des désirs et des refus d'enfants des hommes et des femmes. Le choix volontaire et positif de ne pas avoir d'enfant répond à des aspirations et des modes de vie différents pour les hommes et les femmes; le choix négatif, quant à lui, se fonde sur la peur d'investir le rôle de père ou de mère dans sa dimension relationnelle et affective. Entre choix positif et choix négatif, l'absence d'enfant dans les autres parcours résulte des aléas de la vie sentimentale et du décalage entre le vécu du temps biographique et les contraintes du temps socialement prescrit pour la procréation, qui touchent davantage les femmes.
Si l'expérience de la parentalité est aujourd'hui fortement valorisée, certain(e)s font le choix de ne pas s'y engager et d'autres, bien que l'ayant souhaitée, ne la connaîtront jamais. L'analyse des parcours biographiques ayant conduit à l'absence d'enfant, souhaitée ou non, montre la complexité des déterminants sociaux des désirs et des refus d'enfants des hommes et des femmes. Le choix volontaire et positif de ne pas avoir d'enfant répond à ...

PARENTALITE ; NON DESIR D'ENFANT ; STERILITE ; FECONDITE ; LOGEMENT ; SOCIETE ; FRANCE ; COUPLE ; FEMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 64 - p. 120-125
Cote : P 218

Les souhaits et les conditions de réalisation d’un projet familial ont fait l’objet de deux études. La première à été réalisée à partir d’une enquête de l’INSEE et de l’INED auprès d’hommes et de femmes âgés de 15 ans à 45 ans. A quel moment les couples projettent-ils de donder une famille, à quel âge, avec combien d’enfants, pour quels motifs et quels sont leurs comportements ? Tels sont les élélments de questionnement. Dans le prolongement et de façon complémentaire à cette étude quantitative, la deuxième s’intéresse au processus menant au désir d’enfant et à sa concrétisation. L’étude apporte des informations qualitatives sur les motifs des couples et leurs intentions de fonder une famille aisni que sur les conditions de réalisation de leur projet.
Les souhaits et les conditions de réalisation d’un projet familial ont fait l’objet de deux études. La première à été réalisée à partir d’une enquête de l’INSEE et de l’INED auprès d’hommes et de femmes âgés de 15 ans à 45 ans. A quel moment les couples projettent-ils de donder une famille, à quel âge, avec combien d’enfants, pour quels motifs et quels sont leurs comportements ? Tels sont les élélments de questionnement. Dans le prolongement et ...

FAMILLE ; DEMOGRAPHIE ; STATISTIQUE ; POLITIQUE FAMILIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 64 - p. 65
Cote : P 218

ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ; SUEDE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 67 - p. 3-19
Cote : P 218

A travers les modes d'attribution des aides financières extralégales de l'Aide sociale à l'enfance, cet article interroge le rôle et la place des assistantes sociales polyvalentes dans la lutte contre la pauvreté. Il montre d'abord un décalage entre le critère théoriquement ponctuel de l'aide sociale et les situations réelles de précarité persistante. Il analyse ensuite comment les assistantes sociales parviennent à s'adapter tout à la fois aux directives administratives qui s'empilent et aux demandes des usagers, hétérogènes et massives. En cherchant à rendre compatible la réalité des situations familiales et les exigences institutionnelles, la relation d'aide navigue entre bricolage et maternage, duplicité et complicité.
A travers les modes d'attribution des aides financières extralégales de l'Aide sociale à l'enfance, cet article interroge le rôle et la place des assistantes sociales polyvalentes dans la lutte contre la pauvreté. Il montre d'abord un décalage entre le critère théoriquement ponctuel de l'aide sociale et les situations réelles de précarité persistante. Il analyse ensuite comment les assistantes sociales parviennent à s'adapter tout à la fois aux ...

TRAVAILLEUR SOCIAL ; AIDE SOCIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 70 - p. 2-3
Cote : P 218

La médiation, entendue comme une forme négociée de résolution des conflits par l’intermédiaire d’un tiers neutre, rencontre depuis plusieurs années un certain succès. Rares sont les secteurs d’activités publics ou privés qui, aujourd’hui, n’y ont pas recours. On trouve ainsi des médiateurs dans les principales administrations et services publics français pour régler les litiges avec les usagers, dans des entreprises mais également dans un nombre croissant de municipalités où, notamment dans le cadre des politiques de la ville, les médiateurs - dans la diversité de leurs statuts et missions - essaient d’apaiser les tensions existantes (1). Les caisses d’Allocations familiales (CAF) ne sont pas en reste. Ce numéro de Recherches et Prévisions s’attarde sur une forme particulière de médiation qui les intéresse directement : la médiation familiale. La revue lui consacre la totalité de son numéro dans une double approche théorique et pratique. Influencée tout à la fois par les théories cliniques et par les modes de conciliation issus du droit, la médiation familiale cherche à répondre aux transformations profondes des structures familiales, dans un contexte de renouvellement des interventions de l’action sociale. En développant cette fonction, des travailleurs sociaux de la branche Famille de la Sécurité sociale, ou les associations qu’elle finance, se confrontent aux enjeux essentiels de la transformation des structures familiales : fragilisation de l’alliance au profit de la parenté en raison de la montée du divorce et de la reconnaissance des droits des conjoints, transformations des modes de mise en couple et du rôle des parents... Les acteurs de la médiation familiale souhaitent, en outre, répondre au souci des pouvoirs publics d’aider les parents à assumer leur rôle en privilégiant un mode de règlement négocié des conflits familiaux. Tous ces éléments sont mis en lumière dans la première partie de la revue.
La médiation, entendue comme une forme négociée de résolution des conflits par l’intermédiaire d’un tiers neutre, rencontre depuis plusieurs années un certain succès. Rares sont les secteurs d’activités publics ou privés qui, aujourd’hui, n’y ont pas recours. On trouve ainsi des médiateurs dans les principales administrations et services publics français pour régler les litiges avec les usagers, dans des entreprises mais également dans un nombre ...

FAMILLE ; DIVORCE ; MÉDIATION FAMILIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 70 - p. 5-18
Cote : P 218

Observatrice des travaux réalisés dans le cadre du groupe de travail dirigé par Monique Sassier sur la médiation familiale, Laurence Dumoulin examine cette pratique de gestion non conflictuelle de la rupture conjugale. Puisant dans les débats qui ont entouré la préparation du rapport mais également dans la littérature sur la médiation, l'auteur donne des éléments de définition de ce qu'est, aujourd'hui, la médiation et analyse les discours et positions des acteurs concernés par cette pratique. L. Dumoulin livre ainsi des éléments de compréhension sur les relations ambiguës qu'entretiennent justice et médiation, sur le contenu d'une pratique et, plus largement, sur la vision du monde qu'elle véhicule. Enfin, sont mis en exergue les paradoxes et points problématiques de la médiation, l'insuffisante connaissance dont on dispose sur cette activité... et les nécessaires évaluations qu'il conviendrait d'entreprendre.
Observatrice des travaux réalisés dans le cadre du groupe de travail dirigé par Monique Sassier sur la médiation familiale, Laurence Dumoulin examine cette pratique de gestion non conflictuelle de la rupture conjugale. Puisant dans les débats qui ont entouré la préparation du rapport mais également dans la littérature sur la médiation, l'auteur donne des éléments de définition de ce qu'est, aujourd'hui, la médiation et analyse les discours et ...

MÉDIATION FAMILIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 70 - p. 19-29
Cote : P 218

Cet article retrace les années de constitution de la médiation familiale en France, de son importation d'Amérique du Nord à son acclimatation française, et jusqu'à sa reconnaissance institutionnelle. L'intérêt de cette présentation est de bien mettre en avant ce que les auteurs nomment le paradoxe de la médiation, à savoir l'institutionnalisation d'une pratique qui, dans son fonctionnement quotidien, reste assez peu répandue. Expliquant ce paradoxe, ils démontent et illustrent la conjonction favorable à la médiation familiale. En effet, cette pratique est en phase avec une vision de plus en plus prégnante de i'après-couple où une entente minimale entre les deux ex-conjoints doit prévaloir pour le bien-être de l'enfant. Un paradoxe en amenant un autre, cet article souligne également le fossé existant entre la vision " politique " et " extérieure " du divorce et la situation vécue de l'intérieur où l'écoute et la prise en compte de l'autre, même pour le bien-être de l'enfant, sont parfois difficiles à accepter et à mettre en oeuvre par les divorçants.
Cet article retrace les années de constitution de la médiation familiale en France, de son importation d'Amérique du Nord à son acclimatation française, et jusqu'à sa reconnaissance institutionnelle. L'intérêt de cette présentation est de bien mettre en avant ce que les auteurs nomment le paradoxe de la médiation, à savoir l'institutionnalisation d'une pratique qui, dans son fonctionnement quotidien, reste assez peu répandue. Expliquant ce ...

MÉDIATION FAMILIALE ; DIVORCE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 70 - p. 31-48
Cote : P 218

L'avènement de la médiation familiale constitue une innovation en regard de la rupture conjugale et de la prise en charge publique des rapports familiaux. Au-delà des considérations entourant ses modalités d'exercice, la reconnaissance juridique de la médiation met surtout en évidence un glissement plus général des modes de régulation de l'Etat. Elle suppose la définition d'un nouveau type de rapports entre les sphères publiques et privées, en phase avec la définition contemporaine de la famille et la valorisation des individualités. En même temps, la médiation offre l'exemple de l'institutionnalisation toujours - difficile d'une nouvelle pratique sociale. Le cas québécois présente ici un intérêt particulier. En effet, la médiation y est maintenant pratiquée depuis plus de vingt ans. La définition qu'en donnent les médiateurs bénéficie ainsi de l'avantage d'une certaine distance. On constatera, cependant, qu'il en est de la médiation comme de toute nouvelle modalité d'intervention sociale: sa définition comporte encore une part d'imprécision.
L'avènement de la médiation familiale constitue une innovation en regard de la rupture conjugale et de la prise en charge publique des rapports familiaux. Au-delà des considérations entourant ses modalités d'exercice, la reconnaissance juridique de la médiation met surtout en évidence un glissement plus général des modes de régulation de l'Etat. Elle suppose la définition d'un nouveau type de rapports entre les sphères publiques et privées, en ...

MÉDIATION FAMILIALE ; DIVORCE ; QUEBEC ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 72
Cote : P 218

Cet article examine les arrangements auxquels les parents bi-actifs recourent pour faire garder leurs enfants non scolarisés. Il se fonde sur une enquête originale auprès d'un échantillon de 3 216 familles allocataires de caisses d'Allocations familiales réparties dans diverses régions françaises.
La diversité des solutions adoptées par les parents se traduit par d'importantes variations des dépenses consacrées à la garde selon leur milieu social et leur lieu de résidence. Quel que soit le mode d'accueil, les frais de garde sont plus élevés en région parisienne qu'en province où les familles peuvent plus fréquemment recourir à l'entraide familiale. Lorsque les parents ont des horaires de travail décalés, dans les trois quarts des cas, le père en profite pour garder les enfants - au moins par bellement - pendant que la mère travaille, ce qui diminue les frais de garde. Cette organisation serait davantage le fruit de contraintes budgétaires que d'une volonté de mettre en pratique un principe entre les deux partenaires.
Cet article examine les arrangements auxquels les parents bi-actifs recourent pour faire garder leurs enfants non scolarisés. Il se fonde sur une enquête originale auprès d'un échantillon de 3 216 familles allocataires de caisses d'Allocations familiales réparties dans diverses régions françaises.
La diversité des solutions adoptées par les parents se traduit par d'importantes variations des dépenses consacrées à la garde selon leur milieu ...

MODE DE GARDE ; ENFANT ; ASSISTANTE MATERNELLE ; CRECHE ; FRANCE ; ARTICULATION VIE FAMILIALE ET PROFESSIONNELLE ; FEMME ; MÈRE ; TEMPS PARENTAL ; TRAVAIL ; TRAVAIL A TEMPS PARTIEL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 72 - p. 7-20
Cote : P 218

L'auteur propose de mettre au jour les voies par lesquelles une pratique familiale, la monoparentalité, a progressivement été érigée en problème politique au terme d'un processus d'émergence qui l'a extraite du champ social pour " l'installer" parmi les objets d'intervention du champ politique. Ce qui se joue alors à l'intersection du politique et du social à propos de la famille semble digne d'intérêt. En effet, comment expliquer que la monoparentalité se soit retrouvée, à un moment de son histoire - alors qu'elle se déroule mais ne commence pas - parmi les problèmes politiques ? Pourquoi au début des années soixante-dix ? Comment et pourquoi a-t-elle acquis une visibilité sociale, préalable indispensable à toute politisation ? Ce travail est donc consacré à la découverte des logiques s'exerçant aux frontières du politique et du social elles réalisent l'articulation entre ces deux secteurs auxquels on peut attribuer des caractéristiques et des forces autonomes, mais l'on ne saurait les considérer comme indépendants l'un de l'autre.
L'auteur propose de mettre au jour les voies par lesquelles une pratique familiale, la monoparentalité, a progressivement été érigée en problème politique au terme d'un processus d'émergence qui l'a extraite du champ social pour " l'installer" parmi les objets d'intervention du champ politique. Ce qui se joue alors à l'intersection du politique et du social à propos de la famille semble digne d'intérêt. En effet, comment expliquer que la ...

FAMILLE MONOPARENTALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 72 - p. 53-63
Cote : P 218

Cet article invite la sociologie à traiter du "système de parenté " des sociétés occidentales modernes. Dans un premier temps, il finit et souligne l'intérêt d'une sociologie des structures de la parenté et montre qu'une telle approche suppose la réappropriation critique de certaines notions classiques de l'ethnologie. Il propose, dans un second temps, quelques catégories d'analyse destinées à cerner l'organisation structurale de la parenté et les relations dont elle est constituée et les illustre à partir de résultats concernant la France. Pour finir, l'auteur insiste sur nécessité de se défaire des fausses dichotomies (tradition versus modernité) qui entravent l'étude des faits de parenté.
Cet article invite la sociologie à traiter du "système de parenté " des sociétés occidentales modernes. Dans un premier temps, il finit et souligne l'intérêt d'une sociologie des structures de la parenté et montre qu'une telle approche suppose la réappropriation critique de certaines notions classiques de l'ethnologie. Il propose, dans un second temps, quelques catégories d'analyse destinées à cerner l'organisation structurale de la parenté et ...

EDUCATION PARENTALE ; SOCIOLOGIE ; FILIATION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 72 - p. 69-73
Cote : P 218

FAMILLE ; SOCIOLOGIE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 72 - p. 74-78
Cote : P 218

DEMOGRAPHIE ; FAMILLE ; FRANCE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 73 - p. 7-24
Cote : P 218

La question de l'individualisation des droits sociaux est abordée ici sous l'angle des droits fondamentaux de la personne. L'approche s'écarte des points de vue techniques et comptables qui ont prévalu jusqu'alors, notamment en France. L'accès familialisé aux droits sociaux tel qu'il existe en France, et dans les régimes de protection sociale des pays voisins, reflète une conception du rôle des femmes au sein de la famille et dans la société qui ne correspond plus à la situation présente, ni aux conventions internationales des droits de l'homme (notamment la Convention de l'ONU sur l'élimination de toute discrimination à l'égard des femmes) ni aux recommandations et directives communautaires, en matière d'emploi comme en matière d'égalité entre hommes et femmes. Ce texte se propose de rediscuter la question de l'accès aux droits sociaux en lien avec le principe d'égalité entre hommes et femmes qui prévaut dans l'Union européenne et que met en oeuvre la Cour de justice des Communautés européennes.
La question de l'individualisation des droits sociaux est abordée ici sous l'angle des droits fondamentaux de la personne. L'approche s'écarte des points de vue techniques et comptables qui ont prévalu jusqu'alors, notamment en France. L'accès familialisé aux droits sociaux tel qu'il existe en France, et dans les régimes de protection sociale des pays voisins, reflète une conception du rôle des femmes au sein de la famille et dans la société qui ...

DROIT ; FAMILLE ; EUROPE ; EGALITE FEMME HOMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 73 - p. 25-334
Cote : P 218

Aujourd'hui, le droit social est confronté à une diversification des formes de familles et à l'apparition de nouveaux types de couples. Passant en revue le droit de la Sécurité sociale, de l'aide sociale et du travail, les auteurs analysent la manière dont ces composantes du droit social prennent ou non en compte les différentes formes de familles. Cet examen leur permet d'interroger la légitimité de la référence à la famille traditionnelle fondée sur le mariage à être la seule à conférer des droits complets. Il les amène également à se demander si e droit social est encore adapté à son environnement socioculturel et s'il n'est pas temps pour lui d'accueillir une définition plus large de la famille, ce qui lui permettrait de remplir plus efficacement ses finalités.
Aujourd'hui, le droit social est confronté à une diversification des formes de familles et à l'apparition de nouveaux types de couples. Passant en revue le droit de la Sécurité sociale, de l'aide sociale et du travail, les auteurs analysent la manière dont ces composantes du droit social prennent ou non en compte les différentes formes de familles. Cet examen leur permet d'interroger la légitimité de la référence à la famille traditionnelle ...

EGALITE FEMME HOMME ; DROIT ; SECURITE SOCIALE ; FAMILLE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 73 - p. 35-44
Cote : P 218

A lexia Gardin traite dans son article de l'articulation juridique des différents temps de vie du salarié et, plus précisément, de la prise en compte par le droit du travail des impératifs liés au temps familial. L'auteur revient sur les dispositifs légaux et conventionnels accordant à chaque salarié la possibilité d'opérer des choix temporels. Relancée avec les récentes lois de réduction du temps de travail, cette question du choix a connu des développements importants en droit du travail. A. Gardin passe en revue les différentes manifestations juridiques de l'idée de " temps choisi " que celles-ci se traduisent par des mesures ciblées sur l'élément " famille " où qu'elles favorisent un choix du temps en général, sans affectation précise du temps libéré.
A lexia Gardin traite dans son article de l'articulation juridique des différents temps de vie du salarié et, plus précisément, de la prise en compte par le droit du travail des impératifs liés au temps familial. L'auteur revient sur les dispositifs légaux et conventionnels accordant à chaque salarié la possibilité d'opérer des choix temporels. Relancée avec les récentes lois de réduction du temps de travail, cette question du choix a connu des ...

TRAVAIL ; FAMILLE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 73 - p. 45-51
Cote : P 218

Même si elle n'a pas fondamentalement remis en cause l'architecture générale du modèle mis en place en 1945, l'évolution, depuis une vingtaine d'années, du système français de Sécurité sociale n'en apparaît pas moins tout à fait considérable. En effet, cette évolution se trouve marquée par deux grandes tendances qui, sans être totalement nouvelles, se sont considérablement amplifiées depuis le début des années quatre-vingt : la tendance à une fiscalisation de plus en plus accentuée dudit système et la tendance à une certaine étatisation ou, à défaut, à une certaine " re-centralisation ". Par ailleurs, cette évolution est à la fois le produit et la source d'un certain nombre d'interrogations et de questionnements dont deux au moins ont progressivement émergé sur la scène politico-sociale d'une part, la question de savoir si, et dans quelle mesure, il conviendrait d'établir une distinction plus poussée entre logique d'assurance et logique de solidarité ; d'autre part, la question de savoir si, et dans quelle mesure, il conviendrait de procéder à un recentrage de la protection sociale sur les plus démunis en mettant résolument en oeuvre une politique active de " ciblage ". Constat important car c'est probablement autour de ces tendances et questionnements que semble devoir se jouer, aujourd'hui, l'avenir même du système global de protection sociale.
Même si elle n'a pas fondamentalement remis en cause l'architecture générale du modèle mis en place en 1945, l'évolution, depuis une vingtaine d'années, du système français de Sécurité sociale n'en apparaît pas moins tout à fait considérable. En effet, cette évolution se trouve marquée par deux grandes tendances qui, sans être totalement nouvelles, se sont considérablement amplifiées depuis le début des années quatre-vingt : la tendance à une ...

SECURITE SOCIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 75 - p. 5-20
Cote : P 218

Les parents d'enfants nés à partir du 1er Janvier 2004 peuvent bénéficier d'une nouvelle prestation, la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE), dont la vocation est à la fois de mieux les solvabiliser s'ils optent pour une garde payante et de les soutenir financièrement s'ils réduisent leur activité professionnelle afin de s'occuper eux-mêmes de leurs enfants. Pour mieux rendre compte des effets budgétaires et redistributifs de cette nouvelle prestation, le modèle de microsimulation de la Caisse nationale des allocations familiales - MYRIADE a été amendé. Il s'agissait de mieux décrire la situation antérieure à la réforme -en matière de modes de garde - afin de simuler plus précisément les effets potentiels de modifications de la réglementation dans ce domaine. En plus de la PAJE, deux réformes alternatives des prestations en
vigueur en 2003 sont étudiées dans cet article. En fournissant des éléments comparatifs, leur analyse permet d'apprécier les options retenues dans le cadre de la nouvelle prestation.
Les parents d'enfants nés à partir du 1er Janvier 2004 peuvent bénéficier d'une nouvelle prestation, la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE), dont la vocation est à la fois de mieux les solvabiliser s'ils optent pour une garde payante et de les soutenir financièrement s'ils réduisent leur activité professionnelle afin de s'occuper eux-mêmes de leurs enfants. Pour mieux rendre compte des effets budgétaires et redistributifs de cette ...

POLITIQUE FAMILIALE ; GARDE DE L'ENFANT ; FRANCE ; FRANCE

... Lire [+]

Z