m

Documents  Critique internationale | enregistrements trouvés : 1

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 2010
Cote : 204 KHO

Le Féminisme peut-il être Islamique ? Peut-il, en d’autres termes, être lié à une religion ? Surtout à l’islam, connu comme étant pour le moindre, oppressif à l’égard des femmes ? Les réponses à ces questions, dans ce numéro, sont pour la plupart surprenantes. Elles sont particulièrement d’actualité en France avec le débat sur la Burqa, prolongeant celui du foulard et le débat concomitant sur l’identité nationale, dans une France qui demeure hermétique à cette problématique. Est-il possible, alors, qu’Islam et féminisme soient compatibles ? Serait-il un oxymore, comme le demande Stéphanie Latte Abdallah dans son article d’introduction au dossier ? Cette juxtaposition entre les deux termes, est d’emblée, contestée de deux bords : Islamique et féministe. Le premier la considérant comme « occidentale » et « étrangère aux cultures islamiques », et le deuxième comme une « aberration ou un non objet scientifique ».

Ce recueil de cinq articles amplement documentés nous informe qu’il existe, bel et bien, un féminisme islamique qui se développe depuis une vingtaine d’années. Il englobe un domaine de recherche sur l’exégèse islamique par des féministes croyantes et/ou spécialistes du sujet, un militantisme féminin contre la domination masculine dans les pays musulmans et ceux d’immigration, une intervention féminine au niveau des politiques sociales (parfois au niveau étatique) et enfin, une voie d’affirmation et de subjectivation féminine. Ces féministes sont arrivées à la conclusion que la défense des droits des femmes dans les pays musulmans passe par une réinterprétation des textes constitutifs de l’Islam, le Coran, le hadith et la Sunna (qui exigent, respectivement, des musulmans la croyance en la parole divine, l’obéissance à la parole du Prophète et l’imitation de ses actes). In fine, si ces féministes critiquent l’idée d’égalité entre hommes et femmes revendiquée par le féminisme, elles réclament une égalité « islamique » fondée sur des rôles distincts, mais égaux en valeur. En sollicitant le référant religieux, ces activistes et intellectuelles remettent en cause une interprétation historiquement misogyne de l’islam. Elles revendiquent une distinction doctrinale, naguère impossible, entre les obligations rituelles et religieuses fixées une fois pour toutes (ibadat) et les règles sociales susceptibles d’évolution (mu’amalat). Margot Badran cite dans son article l’une de ces féministes, A. Wadud, qui réfute le fait de voir dans le Coran un texte définitif et fixe mais « une parole ou un texte en cours ». On peut alors discuter le texte, le contester et même s’y opposer (position prohibée en terre d’islam, mais tout de même tolérée parmi ces féministes).
Le Féminisme peut-il être Islamique ? Peut-il, en d’autres termes, être lié à une religion ? Surtout à l’islam, connu comme étant pour le moindre, oppressif à l’égard des femmes ? Les réponses à ces questions, dans ce numéro, sont pour la plupart surprenantes. Elles sont particulièrement d’actualité en France avec le débat sur la Burqa, prolongeant celui du foulard et le débat concomitant sur l’identité nationale, dans une France qui demeure ...

ISLAM ; FEMME ; EGALITE FEMME HOMME ; DROITS DES FEMMES ; IRAN ; ARABIE SAOUDITE ; MONDE ARABE ; MAROC ; ETATS-UNIS

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Auteurs
Descripteurs

0
Z