Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Rapport relatif à l'éducation à la sexualité : répondre aux attentes des jeunes, construire une société d'égalité femmes-hommes. LAURANT Françoise ; COLLET Margaux | Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes 13/06/2016 H

Ouvrage

y

- 133 p.
Cote : 120 LAU

La sexualité et les relations intimes et affectives forment une découverte et un apprentissage qui, à tous les âges de la vie, mais plus particulièrement chez les jeunes, soulèvent de nombreuses questions et besoins. Compte-tenu des enjeux posés en matière de citoyenneté, d’égalité femmes-hommes et de santé, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de répondre à tou.te.s les jeunes par des informations objectives, sans jugement ni stéréotype, et, lorsqu’elles ou ils en expriment le besoin, de leur apporter l’accompagnement nécessaire. Si les âges des filles et des garçons au premier rapport sexuel se sont rapprochés, des inégalités filles-garçons et représentations empreintes de stéréotypes et rôles de sexe sont très fortes en matière de sexualité. La responsabilité de la prévention des grossesses non désirées et des maladies sexuellement transmissibles continue de peser principalement sur les filles et les femmes. Par conséquent, les enjeux d’égalité posés par l’éducation à la sexualité sont nombreux : accès à l’IVG et à la contraception, prévention des grossesses à l’adolescence, prise en compte du désir et du plaisir des jeunes femmes, stigmate de la " réputation ", inégalités et violences sexistes au sein d’un groupe ou au sein du couple, question du consentement, instrumentalisation des codes culturels et religieux justifiant l’inégalité filles-garçons, invisibilisation et intolérance vis-à-vis de l’homosexualité et notamment du lesbianisme.
La sexualité et les relations intimes et affectives forment une découverte et un apprentissage qui, à tous les âges de la vie, mais plus particulièrement chez les jeunes, soulèvent de nombreuses questions et besoins. Compte-tenu des enjeux posés en matière de citoyenneté, d’égalité femmes-hommes et de santé, il est de la responsabilité des pouvoirs publics de répondre à tou.te.s les jeunes par des informations objectives, sans jugement ni ...

EDUCATION A LA SEXUALITE ; PLANNING FAMILIAL ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe. ABILY Gaëlle | Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes 11/2015 H

Ouvrage

y

- 36 p.
Cote : 216 ABI

Discours, colloques, affiches, vidéos, sites web, textes officiels, nominations des équipements et des rues : la communication des pouvoirs publics, qu’elle soit interne ou externe, prend des formes très diverses. Sans une vigilance continue, les stéréotypes de sexe sont reproduits, parfois de manière inconsciente. Leur présence se manifeste par trois aspects. D’abord, un fort déséquilibre entre le nombre de femmes et le nombre d’hommes représenté.e.s. Ensuite, un enfermement des femmes et des hommes dans un répertoire restreint de rôles et de situations, limitant de fait leurs possibilités d’être et d’agir. Enfin, une hiérarchisation des statuts et des fonctions de chaque sexe au détriment des femmes. Or ces représentations auxquelles les citoyen.ne.s sont constamment exposé.e.s renforcent les stéréotypes de sexe et les inégalités entre les femmes et les hommes. Pour renverser cette tendance, l’Etat et les collectivités territoriales se doivent d’être exemplaires, notamment via l’utilisation de l’argent public destiné à la communication. Pour ce faire, ce Guide est un véritable outil à votre disposition. Il s’inscrit dans
la poursuite du rapport relatif à la lutte contre les stéréotypes de sexe.
Discours, colloques, affiches, vidéos, sites web, textes officiels, nominations des équipements et des rues : la communication des pouvoirs publics, qu’elle soit interne ou externe, prend des formes très diverses. Sans une vigilance continue, les stéréotypes de sexe sont reproduits, parfois de manière inconsciente. Leur présence se manifeste par trois aspects. D’abord, un fort déséquilibre entre le nombre de femmes et le nombre d’hommes ...

SEXISME ; LANGAGE ; RECOMMANDATION ; FRANCE ; STÉRÉOTYPE ; LUTTE FEMINISTE ; GENRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Rapport relatif à la lutte contre les stéréotypes : pour l'égalité femmes-hommes et contre les stéréotypes de sexe, conditionner les financements publics. BOUSQUET Danièle ; GERMAIN Isabelle ; GUIRAUD Claire ; GRESY Brigitte ; VOUILLOT Françoise ; ABILY Gaëlle | Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes 20/10/2014 H

Ouvrage

UH

- 138 p.
Cote : 216 BOU

Le HCEfh a été saisi d'un travail d'analyse globale sur les stéréotypes et nous a demandé de formuler ldes préconisations pour les faire reculer et les rendre de plus en plus intolérables dans la société, apr najat Vallaud Belkacem, alors ministre chargée des droits des femmes. Actant le fait que de nobmreeux et riches rapports sectoriels avaient, ces dernières années largement décrypté les stéréoyypes, le HCEfh a concentré ses efforts sur un travail de conceptualisation et le développement d'une méthodologie transverse et novatrice pour faire reculer structurellement les stéréotypes et les inégalistés : la budgétisation senseible à l'égalité femmes-hommes. et en particulier le mécanisme "d'éga-conditionnalité" des financements publics, qui consiste à subordonner les financements publics transférés à une partie tierce au respect de légalité femmes-hommes et à la lutte contre les stéréotypes de sexe. Cette méthode doit être appliquée à trois champs prioritaires : les médias, la communication institutionnelle et l'éducation.
Le HCEfh a été saisi d'un travail d'analyse globale sur les stéréotypes et nous a demandé de formuler ldes préconisations pour les faire reculer et les rendre de plus en plus intolérables dans la société, apr najat Vallaud Belkacem, alors ministre chargée des droits des femmes. Actant le fait que de nobmreeux et riches rapports sectoriels avaient, ces dernières années largement décrypté les stéréoyypes, le HCEfh a concentré ses efforts sur un ...

STÉRÉOTYPE ; MEDIA ; IMAGE DES FEMMES ; ASPECT SOCIO-ECONOMIQUE ; FRANCE ; POLITIQUE ; EDUCATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Rapport relatif à l'accès à l'IVG. Volet 2 : Accès à l'IVG dans les territoires. LAURANT Françoise ; BAJOS Nathalie ; FAVIER Carine ; FOURCADE Sabine ; GRALL Jean-Yves ; JAUNAIT Alexandre ; FAUCHER Philippe Dr ; GELLY Maud ; LEFEBVRE Philippe Dr ; MAGNIER Jean-Claude ; SURDUTS Maya | Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes 11/2013 H

Ouvrage

UH

- 109 p.
Cote : 140 LAU

Le volet 1 du rapport sur l'accès à l'IVG publié en septembre 2013 faisait état de la grande place d'internet dans la recherche d'information en matière de santé, et plus particulièrement pour les femmes et les jeunes. Or le Haut conseil constatait la forte présence des mouvements anti-avortement sur internet, entravant l'accès à une information fiable et de qualité. Compte tenu de ce constat, le Haut Conseil recommandait le financement d'un dispositif global d'information et de communication à quatre piliers : site internet institutionnel, numéro de téléphone national unique à quatre chiffres anonyme et gratuit, équipe assurant la veille et l'animation des outils, et campagne nationale d'information. Dans ce volet 2, le Haut conseil s'intéresse plus globalement aux difficultés pour l'accès aux services IVG dans l'organisation territoriale des soins, avec d'importantes disparités d'accès entre les territoires. Pour lutter contre les obstacles rencontrés par les femmes dans l'accès à l'IVG, le HCE complète les recommandations formulées dans le volet 1 : faire de l'IVG un droit à part entière en poursuivant la modernisation de la loi ; développer une offre de soins permettant aux femmes un accès rapide et de proximité à l'IVG et leur garantissant le choix de la méthode, la gratuité et la confidentialité ; clarifier les responsabilités, organiser un véritable suivi de l'activité et permettre la coordination des professionnel-le-s.
Le volet 1 du rapport sur l'accès à l'IVG publié en septembre 2013 faisait état de la grande place d'internet dans la recherche d'information en matière de santé, et plus particulièrement pour les femmes et les jeunes. Or le Haut conseil constatait la forte présence des mouvements anti-avortement sur internet, entravant l'accès à une information fiable et de qualité. Compte tenu de ce constat, le Haut Conseil recommandait le financement d'un ...

DROIT ; AVORTEMENT ; INFORMATION ; FRANCE ; MINISTÈRE DES DROITS DES FEMMES ; STRUCTURE D'ACCUEIL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Rapport relatif à l'accès à l'IVG. Volet 1 : Information sur l'avortement sur Internet. LAURANT Françoise ; BAJOS Nathalie ; FAVIER Carine ; FOURCADE Sabine ; GRALL Jean-Yves ; JAUNAIT Alexandre ; FAUCHER Philippe Dr ; GELLY Maud ; LEFEBVRE Philippe Dr ; MAGNIER Jean-Claude ; SURDUTS Maya | Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes 09/2013 H

Ouvrage

UH

- 35 p.
Cote : 140 LAU

Réalisé à la demande de la ministre des droits des femmes par la Commission " Santé, droits sexuels et reproductifs " du Haut conseil, ce rapport part d'un double constat : des difficultés pour l'accès aux services IVG dans l'organisation territoriale des soins, avec d'importantes disparités d'accès entre les territoires ; une information publique sur l'IVG trop peu visible sur internet et en concurrence avec des sites délivrant une information biaisée. Après un état des lieux de l'information relative à l'avortement sur internet et un décryptage des stratégies des organisations anti-IVG (ou " anti-choix "), le rapport présente les pistes juridiques envisagées, avant de détailler les recommandations retenues sur le terrain de l'information et de la communication (financement d'un dispositif global d'information et de communication à quatre piliers : site internet institutionnel, numéro de téléphone national unique à quatre chiffres anonyme et gratuit, équipe assurant la veille et l'animation des outils, et campagne nationale d'information). A noter que le présent document correspond à un pré-rapport portant spécifiquement sur l'information relative à l'avortement sur internet, appelé " Volet 1 ". Un rapport global portant plus généralement sur l'accès à l'IVG, appelé " Volet 2 " et publié en novembre 2013, est également disponible.
Réalisé à la demande de la ministre des droits des femmes par la Commission " Santé, droits sexuels et reproductifs " du Haut conseil, ce rapport part d'un double constat : des difficultés pour l'accès aux services IVG dans l'organisation territoriale des soins, avec d'importantes disparités d'accès entre les territoires ; une information publique sur l'IVG trop peu visible sur internet et en concurrence avec des sites délivrant une information ...

DROIT ; AVORTEMENT ; INFORMATION ; FRANCE ; MINISTÈRE DES DROITS DES FEMMES ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; INTERNET ; MOUVEMENT ANTICHOIX

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

0

Dossiers

 
Z
5791396&File=hce_avis_viol_2016_10_05_2_pdf" target="_blank" class="figure" title="Télécharger : hce_avis_viol_2016_10_05-2.pdf" style="background-image:url('/GED_SKH/preview/P195785791396.jpg');">4y

- 48 p.
Cote : 233 MOI

Avis n°2016-09-30-VIO-02
SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DU HCE
AXE 1 : SENSIBILISATION DE LA SOCIETÉ
RECOMMANDATION N°1 : Lancer la première campagne de sensibilisation gouvernementale contre les agressions sexuelles, en particulier le viol, afin de faire baisser la tolérance sociale face à de tels crimes.
RECOMMANDATION N°2 : Développer des partenariats avec les écoles de journalisme et les rédactions pour élaborer des chartes pédagogiques relatives au traitement médiatique des violences faites aux femmes.
AXE 2 : FORMATION DES PROFESSIONNEL.LE.S
RECOMMANDATION N°3 : Intégrer aux formations développées en application de l’article 51 de la Loi du 4 août 2014 un focus spécialisé sur le viol et autres agressions sexuelles, en particulier à l’encontre des femmes handicapées ou femmes migrantes, et actionner le levier des diplômes et examens pour s’assurer de l’effectivité de ces formations.
AXE 3 : ACCUEIL, PROTECTION ET ACCOMPAGNEMENT DES VICTIMES
RECOMMANDATION N°4 : Permettre aux victimes de violences sexuelles l’accès direct et en urgence aux Unités Médico-Judiciaires même sans dépôt de plainte préalable.
RECOMMANDATION N°5 : Intégrer dans les soins pris en charge à 100 % par l’État les soins dispensés aux victimes de violences sexuelles, même quand elles sont majeures, incluant les soins dispensés par des psychologues et psychiatres formé.e.s et spécialisé.e.s aux conséquences psycho-traumatiques des violences de genre.
RECOMMANDATION N°6 : Renforcer l’accès au droit à l’indemnisation des victimes grâce à une meilleure formation des professionnel.le.s de la Justice et à une meilleure information des victimes de violences sexuelles.
AXE 4 : TRAITEMENT JUDICIAIRE
RECOMMANDATION N°7 : Modifier les articles 222-22 et 222-22-1 du code pénal pour renforcer la définition des éléments constitutifs des agressions sexuelles et du viol.
RECOMMANDATION N°8 : Instaurer un seuil d’âge de 13 ans en dessous duquel un.e enfant est présumé.e ne pas avoir consenti à une relation sexuelle avec un.e majeur.e, et renforcer la protection des mineur.e.s contre l’inceste en prévoyant qu’une atteinte sexuelle commise sur un.e mineur.e par une personne
ayant autorité parentale est présumée ne pas avoir été consentie.
RECOMMANDATION N°9 : Allonger les délais de prescription relatifs aux délits et crimes sexuels, en particulier ceux touchant aux délits et crimes sexuels sur mineur.e.s.
RECOMMANDATION N°10 : Demander, par la voie de la circulaire pénale aux parquets, de veiller à ce que la qualification criminelle du viol soit retenue et poursuivie en Cour d’assises.
RECOMMANDATION N°11 : Renforcer significativement dans le Projet de loi de finances pour 2017 les moyens dévolus à la Justice, en particulier ceux consacrés à la poursuite et à la répression des crimes et délits contre les personnes.
AXE 5 : ÉDUCATION ET PROTECTION DES JEUNES
RECOMMANDATION N°12 : Rendre effective l’obligation légale d’éducation à la sexualité de l’école au lycée en mettant en oeuvre les recommandations formulées par le HCE dans son rapport de juin 2016, et en intégrant à cette éducation des programmes de prévention élaborés sur le modèle de " Mon corps, c’est mon corps " ou " ViRAJ ", afin de prévenir les agressions sexuelles dont sont victimes les enfants et les adolescent.e.s.
Ces recommandations sont l’expression du travail collégial des membres du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes. La Direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice souscrit à l’ensemble des recommandations à l’exception des recommandations liées à l’axe 4.
Avis n°2016-09-30-VIO-02
SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DU HCE
AXE 1 : SENSIBILISATION DE LA SOCIETÉ
RECOMMANDATION N°1 : Lancer la première campagne de sensibilisation gouvernementale contre les agressions sexuelles, en particulier le viol, afin de faire baisser la tolérance sociale face à de tels crimes.
RECOMMANDATION N°2 : Développer des partenariats avec les écoles de journalisme et les rédactions pour élaborer des chartes pédagogiques ...

VIOL ; VIOLENCE SEXUELLE ; JUSTICE ; FRANCE ; PROCES

... Lire [+]