m

Documents  Anamosa | enregistrements trouvés : 3

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 261 p.
Cote : 216 BAR

"Retourne faire la vaisselle et du tricot" / "Qu'elles s'occupent de leurs casseroles…" / "On dirait un tir de femme enceinte"… Autant de "petites phrases", d'"expressions" entendues, fréquentes, dans le monde du sport qui en disent long sur un milieu où le machisme et le sexisme semblent régner sinon en maîtres, du moins dans une forme de connivence naturelle. A la fois actrice et observatrice, car sociologue, Béatrice Barbusse livre ici un essai engagé et documenté pour analyser l'ancrage du sexisme dans le sport et montrer aussi les changements en cours. Le sport ne saurait-il être qu'un genre masculin ?
"Retourne faire la vaisselle et du tricot" / "Qu'elles s'occupent de leurs casseroles…" / "On dirait un tir de femme enceinte"… Autant de "petites phrases", d'"expressions" entendues, fréquentes, dans le monde du sport qui en disent long sur un milieu où le machisme et le sexisme semblent régner sinon en maîtres, du moins dans une forme de connivence naturelle. A la fois actrice et observatrice, car sociologue, Béatrice Barbusse livre ici un ...

SPORT ; SEXISME ; GENRE ; FEMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 363 p.
Cote : 231 VAN

Mot de l'éditeur. Devenue un « fait de société », la question des violences conjugales avance lestée de chiffres, mais aussi d’une « belle » mythologie : nous autres modernes serions les premiers à lutter contre elles, à les juger réprouvables et même à les punir. À l’heure où les historiens s’emploient à revisiter la place de l’État dans l’organisation des sociétés, ce livre est une contribution majeure à la compréhension historique de la place du droit et de la justice dans le processus de pacification des moeurs qui tenaille tant le XIXe siècle. Nourri des centaines d’affaires de violences conjugales dont les tribunaux n’ont pas cessé d’être saisis, il souligne la difficulté de saisir ces violences bien particulières, pour les victimes notamment, il plonge le lecteur dans l’ambiance des tribunaux et il fait le pari de se placer au plus près des magistrats qui traitent ces affaires. Y apportant des arguments solides et historiquement fondés, il permet également d’alimenter les débats citoyens et d’aller à l’encontre de certaines idées reçues : les hommes battus existent aussi, le XIXe siècle ne fut pas que celui du « droit de correction » et peut-être, ayant fait de ces violences un « fait de droit » et non pas un « fait de société », savait-il mieux les punir qu’aujourd’hui.
Mot de l'éditeur. Devenue un « fait de société », la question des violences conjugales avance lestée de chiffres, mais aussi d’une « belle » mythologie : nous autres modernes serions les premiers à lutter contre elles, à les juger réprouvables et même à les punir. À l’heure où les historiens s’emploient à revisiter la place de l’État dans l’organisation des sociétés, ce livre est une contribution majeure à la compréhension historique de la place ...

VIOLENCE AU SEIN DU COUPLE ; HISTOIRE ; XIXe SIECLE ; JUSTICE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 355 p.
Cote : 100.4 GRA

C'est l'histoire de l'été et des corps qui vont avec, allongés, dénudés, offerts au soleil. En France, elle se noue entre 1920 et 1970. Alors s'impose un répertoire proprement estival de gestes et de postures légitimes. Alors les édits changeants de la silhouette, le bronzage, l'horizontalité publique et le périmètre capricieux des dévoilements inventent, à échelle d'hommes et de femmes, de nouveaux savoir-faire et de nouvelles exclusions. Mais ce n'est pas tout. Dans la levée des accoutumances, les corps d'été ont des allures de civilisation suspendue. Ils font exister un pli annuel des rapports au monde, qui sacralise le retour à la simplicité, la variation des expériences et des identités. Cette morale des corps d'été est travaillée de jeux sociaux considérables. De résistances, aussi, et de liesses punitives, qui, oubliées depuis (ou presque), ont pourtant viscéralement tourmenté l'avènement de cette variation saisonnière des manières d'être. Il y a peu, la question du burkini a réactivé ces débats anciens, soulignant de nouveau les tiraillements sociaux qui entourent nos corps.
C'est l'histoire de l'été et des corps qui vont avec, allongés, dénudés, offerts au soleil. En France, elle se noue entre 1920 et 1970. Alors s'impose un répertoire proprement estival de gestes et de postures légitimes. Alors les édits changeants de la silhouette, le bronzage, l'horizontalité publique et le périmètre capricieux des dévoilements inventent, à échelle d'hommes et de femmes, de nouveaux savoir-faire et de nouvelles exclusions. Mais ...

CORPS ; IMAGE DU CORPS ; VETEMENT ; IMAGE DES FEMMES ; IMAGE DE L'HOMME ; FRANCE ; HISTOIRE

... Lire [+]

Z