m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
     
Article

H 0 Les médicaments de la stimulation ovarienne. Tableauscopie concise pour s'y repérer.

Prescrire

236

p. 120-123

02/2003

P 174

10248

• La maturation folliculaire dépend surtout de l'action de la FSH sur l'ovaire; un taux minimal de LH est cependant nécessaire.
• Quand la cause de la stérilité n'est pas un trouble de l'ovulation, le but de la stimulation ovarienne est d'obtenir la maturation simultanée de plusieurs follicules. Quand la cause de la stérilité est due à une absence d'ovulation, le but, en début de traitement, est d'obtenir la maturation d'un seul follicule.
• La stimulation ovarienne doit maîtriser quatre processus: provoquer la maturation folliculaire, bloquer une ovulation prématurée, déclencher l'ovulation au moment choisi, éviter une hyperstimulation ovarienne.
• La maturation folliculaire peut être déclenchée de manière indirecte par action sur l'hypothalamus (clomifène (Clomid°, Pergotime°)) ou sur l'hypophyse (gonadoréline (Lutrelef°)). Elle peut être provoquée en stimulant directement les ovaires par la ménotropine (Menopur°) qui apporte à la fois FSH et LH, ou par l'apport de FSH (follitropine alfa (Gonal F°) ou follitropine bêta (Puregon°)) associée éventuellement à de la LH (lutropine alfa (Luveris°)).
• L'ovulation peut être déclenchée par une gonadotrophine chorionique (urinaire ou recombinante). Un pic spontané prématuré de LH peut être prévenu par un analogue de la GnRH, triptoréline (Décapeptyl°) ou buséréline (Suprefact°).
• Le principal danger immédiat de la stimulation ovarienne est le risque d'hyperstimulation qui peut aller jusqu'à une prise de poids de plus de 10 kg, une hypovolémie et des troubles hycoélectrolytiques mettant en jeu Ie pronostic vital.

Français

INDUCTION DE L'OVULATION ; MEDICAMENT ; OVULATION ; FRANCE ; STERILITE ; FEMME

Z