m
     
Ouvrage

H 0 La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle.

FARGE Arlette

Hachette

Paris

1986

355 pages

211 FAR

12862

Sur quels systèmes d'intelligence et de sentiments se fonde la convivialité d'une société en mutation? Dans quelles archives faut-il débusquer les rythmes quotidiens d'un vivre ensemble, avec ses drames et ses jours, avec ses ferveurs collectives ou intimes? Comment rendre compte de ce qui détermine hommes et femmes, patrons et ouvriers. princes et commis, à se lier, à se fâcher, à s'organiser ou à se révolter.
C'est à ces questions que répond le livre d'Arlette Farge en prenant l'exemple de la société parisienne au XVIIIe siècle. Elle y explore - à travers l'étrangeté d'archives judiciaires singulièrement inexploitées à ce jour - tout ce qui, vers la fin de l'Ancien Régime, signale le fait divers et le dilate en symbole. On rencontrera ainsi une vaste population d'artisans, de femmes séduites et abandonnées, de revendeurs et de filous. d'enfants de la rue, de contremaîtres, de couples querelleurs aux prises avec tous les instants de la vie, les instants d'une "vie fragile" dans laquelle les moeurs résument tout ce qu'une société met en scène, tant dans l'ordre des alliances que dans celui des ruptures. On rencontrera surtout une population à la recherche du sens le plus juste, soucieuse d'être le moins dupe possible des événements qui surviennent, une population guidée par l'urgence de la raison et des affects. Avec cette résurrection d'existences anonymes, Ariette Farge a écrit un livre exubérant et grave, aussi précieux à la science des historiens qu'au plaisir des lecteurs.

Français

Livre

Bibliogr.

Service de presse

CONDITION FEMININE ; HISTOIRE ; FRANCE

Z