m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
     
Ouvrage

H 0 Le sang de l'histoire. Michelet, l'histoire et l'idée de la femme au XIXe siècle.

MOREAU Thérèse

Flammarion

Paris

1982

250 pages

211 MOR

12966

Le Sang de l'Histoire décrit la vision de la 'femme" et de la "féminité" selon Michelet ; vision extraordinaire, exposée dans L'Amour, La Femme, La Sorcière, Le Journal aussi, et dont l'influence a dépassé au XIXème siècle les cadres propres de l'histoire. Michelet rêvait de la naissance pacifique d'une république fraternelle où la lutte des classes s'effacerait devant l'amour universel. Or, ce processus rencontre nécessairement le problème de la femme.
Michelet aborde la question en historien, en savant et en politique. Il a ancré la description de son Eve future dans la biologie alors naissante or, la révélation du processus ovologique fait désormais entrer la femme dans le cycle de a production. De simple réceptacle devenue matrice, elle s'harmonise avec les cycles naturels de l'univers le sang féminin n'est plus le signe habituel de l'impureté.
Cependant, pour Michelet, que ces découvertes médicales passionnent, la femme reste une malade, une éternelle blessée. Elle est esclave de sa nature, dont le flux et le reflux la ballottent entre maladie et souffrance, lui ôtant toute possibilité de création, affectant sa mentalité... Seul le mariage peut apaiser sa souffrance, mais cet état est lui-même plein de dangers... pour l'homme, qui doit en canaliser la violence...
Cette image clinique et lyrique s'incarne aussi dans des figures collectives. L'Histoire de France a ses rôles féminins, ses propres convulsions.

Français

Livre

Service de presse

CONDITION FEMININE ; HISTOIRE ; REGLES ; SANG ; SEXUALITE ; FRANCE

Z