m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
     
Vidéo

H 0 Magazine de la Santé : le Planning Familial a 50 ans.

CARRÈRE D'ENCAUSSE Marina ; CYMES Michel

France 5;17 juin Productions

03/2006

V 312 FEM

14624

Cette année 2006 célèbre un anniversaire particulièrement important pour les femmes : les 50 ans du Mouvement français pour le planning familial ! Cette institution s'organise sous forme de centres ouverts à tous. Femmes en détresse ou adolescents en manque d'informations, tous peuvent y trouver des réponses adaptées à leurs besoins, ainsi qu'une écoute attentive. Les prémices du Planning familial voient le jour le 8 mars 1956, grâce au docteur Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé, qui découvre, aux Etats-Unis, à New York, l'existence d'une clinique où le contrôle des naissances est pratiqué. Au même moment, en France, les femmes n'ont pas le droit de vote et sont encore moins éligibles. L'avortement, lui, comme la contraception, est interdit afin de repeupler la patrie après la Seconde Guerre mondiale. On imagine alors facilement la réaction française devant la volonté de ce médecin de retour en France de rendre sa liberté aux corps des femmes... Elle ouvre donc une association, la Maternité heureuse, censée aider le couple et améliorer la santé des femmes. Faux prétextes pour couvrir l'association qui n'a qu'un objectif : donner le droit aux femmes et aux couples de choisir ou non une naissance. En clair, c'est la légalisation de la contraception que ce médecin précurseur revendique ! L'association, devenue Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF) en 1960, se heurte à de nombreux adversaires : l'Eglise catholique, l'Ordre des médecins et, plus étonnant, le Parti communiste, entre autres. Rien n'y fait, les centres de planning se multiplient dans l'illégalité. Ils importent de Grande-Bretagne des préservatifs, des diaphragmes féminins ou des gelées spermicides et même, des pilules contraceptives ! Celles-ci ont été mises au point aux Etats-Unis en 1955. Avec 16 000 adhérents en 1963, le MFPF rallie à sa cause de plus en plus de monde, dont des hôpitaux. En 1967, la loi Neuwirth autorise la contraception. Un premier objectif est atteint ! Les moyens contraceptifs restent toutefois délivrés sur ordonnance et ne sont pas remboursés. En outre, les mineurs, de moins de 21 ans à cette époque, doivent avoir l'autorisation de leurs parents. 1968 va faire exploser les derniers tabous et interdictions, qui verront son apogée en 1975, lorsque Simone Veil réussit à faire passer la loi sur l'avortement. Mais le Planning familial poursuit sa lutte. Il revendique l'allongement des délais, la généralisation des centres d'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG), des facilités pour les mineures sans autorisation parentale... En cinquante ans, ce mouvement a ainsi remporté un grand nombre de combats. Le tout petit groupe des débuts a donné naissance a plus de soixante-dix associations départementales. Aujourd'hui encore, tous ces centres continuent d'accueillir des femmes et à leur venir en aide.
Parmi les femmes qui se rendent au Planning, la question qui revient le plus fréquemment est celle du droit à l'avortement. Les grossesses non prévues sont loin d'être une éventualité rare. En moyenne, chaque femme y serait confrontée une fois au cours de sa vie, et une sur deux aurait alors recours à l'IVG.
En France, la loi autorise l'interruption volontaire de grossesse jusqu'à quatorze semaines d'aménorrhée. Au-delà, les femmes sont contraintes de partir à l'étranger, en Hollande, en Espagne ou au Royaume-Uni pour se faire avorter. Depuis quelques années, le Planning familial a élargi son champ d'action en luttant notamment contre les violences faites aux femmes. Le viol, l'inceste et les mariages forcés font ainsi partie des nouvelles priorités de l'association.

Français

Emission télévisée

52

Emission plateau télévisé;Reportage

Tout public

PLANNING FAMILIAL ; HISTOIRE ; LUTTE FEMINISTE ; MILITANTISME ; FEMME ; SANTE DES FEMMES ; ACCUEIL ; CONTRACEPTION ; AVORTEMENT ; VIOLENCE SEXUELLE ; VIOLENCE AU SEIN DU COUPLE ; MARIAGE FORCÉ ; FRANCE

Z