m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
     
Article

H 0 Ulipristal (Ellaone) : contraception postcoïtale : pas mieux que le lévonorgestrel.

Prescrire

314

p. 886-888

12/2009

P 174

19068

Pour réaliser une contraception post coïtale, (dans les 3 jours après un rapport sexuel non protégé ) la référence est la prise de 1,5 mg de lévonorgestrel, un progestatif. Quand il est pris à 4 ou 5 jours après le rapport, son efficacité ne semble guère différente. L'ulipristal est un agoniste -antagoniste du recepteur de la progesterone objet d'une AMM européenne pour la contraception post coïtale dans les 5 jours, alors que l'AMM du lévonorgestrel limite le délai à 3 jours.
L'évaluation clinique de l'ulipristal dans cette situation repose sur deux essais versus levonorgestrel et un essai comparatif. Pour Prescrire, il n'est pas démontré que l'ulipristal apporte quelquechose de vraiment nouveau, et le profil des effets indésirables n'est pas apparu comme plus favorable, mieux vaut rester au levonorgestrel quitte à l'utiliser jusqu'à 5 jours.

Français

CONTRACEPTION D'URGENCE ; EFFICACITE ; ETUDE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

Z