m

Documents  POUJOL Geneviève | enregistrements trouvés : 3

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 286 p.
Cote : 202 POU

Les femmes protestantes font leur entrée sur la scène militante au milieu du xlxe siècle avec les philanthropes, préoccupées par les grands problèmes sociaux de l'époque. Puis, souvent à partir d'activités proposées par ces dernières, se créent les Unions chrétiennes de jeunes filles qui connaissent rapidement une meilleure fréquentation que leurs homologues pour jeunes gens. Les UCJF, qui ont constitué un continent à part à l'intérieur du protestantisme, furent le vivier qui engendra ou nourrit bien des mouvements, des Éclaireuses unionistes au Mouvement jeunes femmes et au Planning familial. Les protestantes furent également pionnières dans l'éducation des jeunes filles et leur formation aux métiers du social et de la santé. Mais là comme ailleurs, les résistances s'exercèrent, qui tendaient à limiter l'autonomie des organisations féminines et à plus forte raison féministes. S'affranchir de la tutelle masculine demanda donc à ces femmes beaucoup d'énergie et de volonté. Cet ouvrage, fruit d'un travail de plusieurs années, retrace l'histoire de ces mouvements et de leurs militantes, de la fin du Premier Empire à la deuxième moitié du xxe siècle. Il présente en outre, sous forme de notices biographiques, 112 protestantes françaises et 23 de leurs compagnes de route, choisies parmi les 475 femmes citées dans le texte. Un apport original à l'histoire du féminisme français.
Les femmes protestantes font leur entrée sur la scène militante au milieu du xlxe siècle avec les philanthropes, préoccupées par les grands problèmes sociaux de l'époque. Puis, souvent à partir d'activités proposées par ces dernières, se créent les Unions chrétiennes de jeunes filles qui connaissent rapidement une meilleure fréquentation que leurs homologues pour jeunes gens. Les UCJF, qui ont constitué un continent à part à l'intérieur du ...

EGLISE PROTESTANTE ; FEMINISME ; HISTOIRE ; MILITANTISME ; FRANCE ; XIXe SIECLE ; XXe SIECLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 245
Cote : 552 POU

Mai 68 fut un moment d'effervescence pour les associations d'éducation populaire. Rien ne sera plus comme avant, en particulier dans les rapports entre les associations. Quant à leurs relations avec l'Etat, elles ne paraissent guère évoluer. Pourtant les politiques publiques, nationales et locales, vont prendre leur distance vis-à-vis d'un projet inspiré de l'éducation populaire. Au tournant des années soixante-dix, le socio-culturel détrône pour un temps l'éducation populaire.
Au même moment, les politiques locales s'affirment. Sous la bannière de l'animation globale, des municipalités se confrontent aux associations en matière de loisirs. Le modèle unique d'équipement pour les jeunes est progressivement abandonné, et les pouvoirs publics locaux et nationaux diversifient leurs interlocuteurs. Les MJC perdent de leur prestige, les associations rurales se trouvent plutôt consolidées.
Favorisée par la loi de 1971, la professionnalisation des animateurs est en marche. Elle s'accompagne de diplômes que l'Etat ne tarde pas à mettre en oeuvre. Cette professionnalisation consacre l'institutionnalisation des associations d'éducation populaire. C'est sans doute le fait le plus marquant de ces années.
Dix auteurs se penchent sur une période charnière, sous la direction de Geneviève Poujol, chercheur au Laboratoire Sociologie du Changement des Institutions (CNRS). Cet ouvrage constitue le dernier volume de l'histoire de l'éducation populaire, entamée voilà vingt ans dans le cadre des cahiers de l'animation. Il apporte aux acteurs, militants et décideurs des clés pour analyser la situation actuelle et intervenir dans le débat qui anime aujourd'hui l'éducation populaire.
Mai 68 fut un moment d'effervescence pour les associations d'éducation populaire. Rien ne sera plus comme avant, en particulier dans les rapports entre les associations. Quant à leurs relations avec l'Etat, elles ne paraissent guère évoluer. Pourtant les politiques publiques, nationales et locales, vont prendre leur distance vis-à-vis d'un projet inspiré de l'éducation populaire. Au tournant des années soixante-dix, le socio-culturel détrône ...

POLITIQUE DE L'EDUCATION ; ASSOCIATION ; FRANCE ; EDUCATION POPULAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 225 pages
Cote : 552 POU

Le mythe de l'éducation populaire, un moment éclipsé par celui de l'animation connaît un regain de faveur. Quelles réalités sociales recouvre-t-il ?
La fin du XIXe siècle marque l'apogée de l'éducation populaire. L'affaire Dreyfus bat son plein. Le combat entre laïques et catholiques excite les militants des deux bords.
L'éducation populaire représente les enjeux sociaux et politiques d'une période. Elle côtoie le mouvement ouvrier mais ne le rencontre pas. L'histoire des grandes associations de l'éducation populaire de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle éclaire la pratique actuelle du mouvement. La réalité est alors plus intéressante que le mythe. L'auteur trace les contours de ce courant d'idées et de cette pratique sociale. Le conflit permanent remplace la lente marche vers le progrès social. L'éducation populaire se forge dans le creuset des classes moyennes et dans les luttes de factions. Mais malgré cela, et à cause de cela, elle est présente aujourd'hui dans de nombreux secteurs de la vie sociale et culturelle.
Le mythe de l'éducation populaire, un moment éclipsé par celui de l'animation connaît un regain de faveur. Quelles réalités sociales recouvre-t-il ?
La fin du XIXe siècle marque l'apogée de l'éducation populaire. L'affaire Dreyfus bat son plein. Le combat entre laïques et catholiques excite les militants des deux bords.
L'éducation populaire représente les enjeux sociaux et politiques d'une période. Elle côtoie le mouvement ouvrier mais ne le ...

EDUCATION POPULAIRE ; ASSOCIATION ; HISTOIRE ; EGLISE CATHOLIQUE ; EDUCATION ; FRANCE

... Lire [+]

Z