m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  RAVOUX-RALLO Elisabeth | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 272 pages
Cote : 211 RAV

Elles éblouissent l'Europe. Elles règnent sur les cours. Les hommes parlent d'elles, rêvent d'elles, écrivent sur elles. Elles sont belles : un petit chignon fait tourner la tête d'un Procurateur, la blancheur d'un sein celle de Jean-Jacques Rousseau et de Casanova. Elles s'habillent avec élégance, se maquillent avec art; elles sont habiles dans les affaires de cour et, mariées ou nonnes, patriciennes ou soubrettes, savent utiliser leurs charmes, mener leurs fêtes, se choisir des chevaliers servants, «martyrs de la galanterie et esclaves du beau sexe » comme l'écrit Goldoni.
Elles sont partout les reines : à la maison et au palais, sur la place Saint-Marc et dans leurs « casini », sur les scènes des théâtres et au fond des couvents.
Les belles Vénitiennes ne sont pas prises que par les soins de leur corps et le souci de leurs amours, elles sont aussi intellectuelles et artistes, s'intéressent aux Sciences et aux Idées; mais leur liberté de ton et leur goût de l'écriture inquiètent les hommes qui expriment leur misogynie en pamphlets virulents. Il n'empêche que les Vénitiennes, présentes dans les académies de Belles Lettres et les ateliers de peinture, dirigent des journaux et, plus que nulle part ailleurs, se battent pour accéder à la culture.
Bientôt, la chute de la Dominante les ramènera à la raison et à la maison. En attendant, pendant tout un siècle, Venise, gouvernée par les hommes, sera la « cité des femmes». C'est le récit de leur vie, de leurs ambitions, de leurs luttes et de leurs créations dans cette ville brillante, fertile en scandales et en cabales, que nous offre Elisabeth Ravoux-Rallo, récit d'autant plus intéressant qu'il fait une large part à des textes originaux et peu connus, écrits par les femmes elles-mêmes.
Elles éblouissent l'Europe. Elles règnent sur les cours. Les hommes parlent d'elles, rêvent d'elles, écrivent sur elles. Elles sont belles : un petit chignon fait tourner la tête d'un Procurateur, la blancheur d'un sein celle de Jean-Jacques Rousseau et de Casanova. Elles s'habillent avec élégance, se maquillent avec art; elles sont habiles dans les affaires de cour et, mariées ou nonnes, patriciennes ou soubrettes, savent utiliser leurs ...

CONDITION FEMININE ; HISTOIRE ; MISOGYNIE ; ITALIE

... Lire [+]

Z