m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  BERGER Maurice | enregistrements trouvés : 3

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 585
- p. 20-23
Cote : P 38

Certains cliniciens s'alarment de cette idéologie du maintien du lien parent-enfant à risque d'une co-parentalité qui, en cas, de violences familiales, nier la souffrance des enfants.
Karen Sadlier : "Comment peut-on maintenir la coparentalité et la loi qui dit que le père doit être informé des soins et du suivi psychologique et des décisions importantes dans la vie dse l'enfant, alors qu'on sait que souvent dans ce contexte le père s'oppose souvent au suivi psychologique proposé aux enfants. On sait aussi que bien souvent la séparation ne fait qu'aggraver les épisodes de violences dont les enfants sont témoins et victimes.
Dans un contexte de séparation des suites de violences conjugales exercées contre l'un des deux parents ,
Maurice Berger : "La France a trente ans de retard sur la prise en compte des conséquences psychologiques des violences conjugales sur l'enfant, de la non protection de l'enfant en cas de séparation. Nous sommes encore obnibulés au niveau judiciaire par la volonté de maintenir le lien à tous prix entre les parents et les enfants, alors même que l'enfant a subi de graves atteintes psychiques et physiques dans le milieu familial. C'est une aberration. L'idée qu'un mari violent puisse être un bon père ne tient pas la route, un homme qui tape sa femme devant son enfant n'a pas de réelles compétences parentales car il perd toute identification à l'enfant et crée de l'angoisse chez ce dernier. La responsabiltié des parents est de protéger ses enfants dans sa sécurité, sa santé et de veiller à son bon développement. Or là, il y a manquement grave à cette responsabilité et par conséquent la coparentalité doit tre évitée.
Certains cliniciens s'alarment de cette idéologie du maintien du lien parent-enfant à risque d'une co-parentalité qui, en cas, de violences familiales, nier la souffrance des enfants.
Karen Sadlier : "Comment peut-on maintenir la coparentalité et la loi qui dit que le père doit être informé des soins et du suivi psychologique et des décisions importantes dans la vie dse l'enfant, alors qu'on sait que souvent dans ce contexte le père s'oppose ...

VIOLENCE AU SEIN DU COUPLE ; ENFANT ; ACCOMPAGNEMENT ; COPARENTALITÉ ; DIVORCE ; GARDE DE L'ENFANT ; JUSTICE ; DÉVELOPPEMENT DE L'ENFANT ; PSYCHIATRIE ; PEDIATRIE ; AUTEUR DE VIOLENCES ; VICTIME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 219 p.
Cote : 818 BER

Les auteurs étudient la mort à l'hôpital sous tous ses aspects : comportement des mourants, difficultés des familles et des professionnels de santé, possibilités thérapeutiques et relationnelles.

PROFESSIONNEL DE LA SANTE ; HOPITAL ; MORT ; PSYCHANALYSE ; RELATION SOIGNANT-SOIGNE ; FRANCE ; PATIENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 254
Cote : 401 BER

270000 enfants et adolescents sont concernés en France par le dispositif de protection de l'enfance. Ce dispositif est souvent inefficace et même très nuisible ; il repose depuis des décennies sur deux règles implicites :
- ne pas évaluer les résultats, c'est à dire l'état des enfants dont il est supposé favoriser le bien ou le mieux-être ;
- ne pas prendre connaissance des nombreux travaux qui démontrent qu'on peut mieux faire;
De fait, nous ne sommes pas en retard sur d'autres pays... nous sommes sur une voie différente avec une idéologie bien ancrée, hors réalité : celle du maintien du lien familial à tout prix. Rappelons au passage que ce dispositif coûte au contribuable cinq milliards d'euros par an. La première partie de ce livre détaille ce que les enfants nous montrent quand on les écoute. La deuxième partie décrit les dispositifs mis en place pour leur permettre de penser, de parler, de progresser. La troisième analyse les raisons profonds de l'échec de notre système de protection de l'enfance, et tente d'expliquer comment on peut et on doit améliorer ce dispositif.
270000 enfants et adolescents sont concernés en France par le dispositif de protection de l'enfance. Ce dispositif est souvent inefficace et même très nuisible ; il repose depuis des décennies sur deux règles implicites :
- ne pas évaluer les résultats, c'est à dire l'état des enfants dont il est supposé favoriser le bien ou le mieux-être ;
- ne pas prendre connaissance des nombreux travaux qui démontrent qu'on peut mieux faire;
De fait, nous ne ...

SOCIOLOGIE ; VIOLENCES FAITES AUX ENFANTS ; PLACEMENT FAMILIAL ; FRANCE ; ENFANT ; PSYCHOLOGIE

... Lire [+]

Z