m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  BOMBARDIER Denise | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 76 P.
Cote : 234 BOM

Le « séisme » du 14 mai 2011 au Sofitel de New York a permis de dévoiler une France étrangement tolérante à l’égard d’agressions sexuelles qui, sous couvert de « présomption d’innocence », drapée dans son supposé affranchissement des mœurs, justifie sans vergogne des comportements indéfendables. Depuis ce jour, nous avons lu et entendu ce qui s’est dit et écrit en France : un ouragan de réactions sexistes, misogynes, de réactions de caste, de classe, dans un assourdissant silence des femmes. Où sont passées nos grandes voix humanistes et féministes ?
La France, terre des Lumières, a fait de la séduction et du libertinage un trait culturel qui lui interdit d’en voir la face obscure, comme si s’indigner du harcèlement sexuel relevait d’une contagion du puritanisme des Anglo-Saxons, considérés comme des sous-développés sexuels.
Le machisme à la française est un archaïsme que nous voulons dénoncer. Le silence est l’allié maudit de toutes les formes d’exploitation sexuelle, alors nous disons : Ne vous taisez plus !
Le « séisme » du 14 mai 2011 au Sofitel de New York a permis de dévoiler une France étrangement tolérante à l’égard d’agressions sexuelles qui, sous couvert de « présomption d’innocence », drapée dans son supposé affranchissement des mœurs, justifie sans vergogne des comportements indéfendables. Depuis ce jour, nous avons lu et entendu ce qui s’est dit et écrit en France : un ouragan de réactions sexistes, misogynes, de réactions de caste, de ...

FEMINISME ; SEXISME ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; VIOLENCE SEXISTE ; PATRIARCAT ; FRANCE ; MEDIA ; POUVOIR ; RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE ; RAPPORTS HOMME-FEMME ; SOCIETE ; XXIe SIECLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 138
Cote : 312 BOM

« Où sont passés les hommes, les vrais ? psalmodient les femmes.
Mais qu'est-ce qu'elles veulent de plus ? rétorque le chœur des hommes.
Les femmes expriment leur déception. Les hommes leur désarroi, voire leur peur. Bref, c'est l'impasse, la déroute, la Bérézina.[…] » (extrait de la 4ème de couverture).
Voici un ouvrage-type de ce Susan dénonce dans son ouvrage “Backlash. La guerre froide contre les femmes”: Les femmes seraient responsables de leur propre malheur, et de celui des hommes…
Morceaux choisis : « “Qu'il est difficile d'aimer”, chante Gilles Vigneault. Plus encore après le féminisme, est-o, tenté d'ajouter.[…]
Elles [les femmes] se sont imaginé qu'elles pouvaient se battre contre eux [les hommes] le jour pou obtenir justice sur le plan social tout en continuant le soir de roucouler dans leur bras[…]. »
« Car le travail distrait de l'amour. Les grandes amoureuses de la littérature sont encore la référence obligée de notre conception de l'amour. Eh bien, imagine-t-on Mme de Rênal, Georges Sand ou Lady Chatterley allant conduire les enfants à la garderie à sept heures trente le matin puis s'enfermant au bureau, emportées par un tourbillon de réunions, […] pour renter le soir fourbues, accueillies par des enfants en quête d'attention et un mari tout aussi fatigué et désireux de trouver un repos mérité ? »
« […] Les femmes d'antan n'étaient pas à l'abri des problèmes.[…] Les “femmesd'intérieur”, comme on les appelaient si justement, n'avaient pas que tu temps physique à consacrer à leur mari ; leur disponibilité d'esprit leur permettait à la fois de rêver l'amour et d'offrir à ce dernier un soutien indéfectible et une oreille constante. Assurer le triomphe de l'amour représentait un objectif auquel elles se concacraient à temps plein. “Je vis pour mon mari et mes enfants”, telle était leur devise.
« Sur le plan politique et social, les femmes ont remporté des victoires nécessaires et irréversibles, et cela va continuer. Mais ce combat ne peut plus se déroulait dans un espace qu'aban,donneraient les hommes. Une trêve est nécessaire[…] ».
« Où sont passés les hommes, les vrais ? psalmodient les femmes.
Mais qu'est-ce qu'elles veulent de plus ? rétorque le chœur des hommes.
Les femmes expriment leur déception. Les hommes leur désarroi, voire leur peur. Bref, c'est l'impasse, la déroute, la Bérézina.[…] » (extrait de la 4ème de couverture).
Voici un ouvrage-type de ce Susan dénonce dans son ouvrage “Backlash. La guerre froide contre les femmes”: Les femmes seraient responsables ...

CONDITION MASCULINE ; CONDITION FEMININE ; FEMINISME ; FRANCE ; FEMME ; TRAVAIL

... Lire [+]

Z