m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  DANIEL Audrey | enregistrements trouvés : 5

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 77 - 130 p.
Cote : P 218

Les « solidarités familiales » dans l'espace public. La solidarité familiale dans le cadre de l'aide sociale. L'aide sociale départementale en direction des personnes âgées. Le soutien apporté aux jeunes adultes dans les familles recomposées. La prise en charge de la garde des jeunes enfants par l'aide informelle La dispersion spatiale des familles : un problème de taille.

`n° 77 - Les solidarités familiales

Partie 1
- Introduction / Jérôme Minonzio et Gilles Nezosi
- Les "solidarités familiales" dans l'espace public. Emergence et controverses dans le cas de la dépendance des personnes âgées / Jérôme Minonzio - La solidarité familiale dans le cadre de l'aide sociale / Manuela Grévy - L'aide sociale départementale en direction des personnes âgées / Jocelyne Mauguin - Le soutien apporté aux jeunes adultes dans les familles recomposées / Sylvie Cadolle
- La prise en charge de la garde des jeunes enfants par l'aide informelle / Audrey Daniel La dispersion spatiale des familles : un problème de taille. Les solidarités familiales de 1800 à 1940 / Jérôme Bourdieu, Gilles Postel-Vinay, Paul-André Rosental et Akiko Suwa-Eisenmann Partie 2 Les enquêtes sur l'entraide familiale en Europe : Jim Ogg et Catherine Bonvalet Les TIC des CAF : une analyse en terme de philosophie d'usage / Laëtitia Morin Les bénéficiaires des prestations légales versées par les CAF. Analyse des évolutions des effectifs de 2000 à 2001 / Ronan Mahieu, Françoise Mathieu, Marie-Josée Robert et Chantal Salesses
Les « solidarités familiales » dans l'espace public. La solidarité familiale dans le cadre de l'aide sociale. L'aide sociale départementale en direction des personnes âgées. Le soutien apporté aux jeunes adultes dans les familles recomposées. La prise en charge de la garde des jeunes enfants par l'aide informelle La dispersion spatiale des familles : un problème de taille.

`n° 77 - Les solidarités familiales

Partie 1
- Introduction / Jérôme ...

FAMILLE ; AIDE SOCIALE ; HISTOIRE ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; GARDE DE L'ENFANT ; PERSONNE ÂGEE ; JEUNE ADULTE ; FAMILLE RECOMPOSEE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 319 - entier
Cote : P 221

Au 1" janvier 2003, la France métropolitaine comptait 2,3 millions de jeunes âgés de 15 à 17 ans (4 % de la population), dont 51 % de jeunes hommes. La plupart des adolescents vivent encore au sein du foyer parental. Si sept sur dix habitent avec leurs deux parents, près de deux sur dix vivent au sein d'une famille monoparentale et un sur dix dans une famille recomposée. 92 % des adolescents âgés de 15 à 17 ans poursuivent des études tandis que 6 % travaillent le plus souvent en apprentissage. Leur niveau d'études est en hausse depuis dix ans. Environ deux adolescents sur dix vivent en zone rurale alors que huit sur dix vivent en ville dont la moitié en banlieue. Deux tiers vivent en outre dans une maison individuelle. 88 % des adolescents considèrent qu'il est agréable de vivre dans leur quartier même s'ils souhaiteraient avoir accès à davantage d'activités. Ils consacrent en moyenne plus de 4 heures par jour à leurs loisirs et près d'1 h 15 à leurs activités sociales, soit bien plus que leurs parents. S'ils disposent de davantage de temps libre que leur père ou mère, c'est surtout en raison d'une plus faible participation aux tâches domestiques. Les filles se caractérisent par davantage de temps passé à la toilette et à l'habillage, mais surtout par une plus forte participation aux tâches ménagères. Les enfants d'ouvriers et de cadres ou de professions intermédiaires se distinguent avant tout par des temps différents consacrés respectivement aux travaux domestiques, à la lecture et à la télévision. Enfin, la sociabilité occupe une place très importante chez les adolescents qui déclarent dans sept cas sur dix appartenir à un groupe d'amis ou à une bande de copains (76 % pour les garçons contre 62 % pour les filles).
Au 1" janvier 2003, la France métropolitaine comptait 2,3 millions de jeunes âgés de 15 à 17 ans (4 % de la population), dont 51 % de jeunes hommes. La plupart des adolescents vivent encore au sein du foyer parental. Si sept sur dix habitent avec leurs deux parents, près de deux sur dix vivent au sein d'une famille monoparentale et un sur dix dans une famille recomposée. 92 % des adolescents âgés de 15 à 17 ans poursuivent des études tandis que ...

ADOLESCENT ; JEUNESSE ; FRANCE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 318 - entier
Cote : P 221

Selon l'enquête Modes de garde et d'accueil des jeunes enfants, réalisée par la Drees en 2002,3 240 000 enfants âgés de moins de 7 ans ont été pris en charge a moins une fois grâce à l'aide informelle de leur famille ou de leur entourage, de façon régulière ou ponctuelle. L'aide informelle est sollicitée en semaine pour environ un tiers des enfants et concerne surtout ceux qui sont scolarisés. Elle est généralement assurée par la famille, dans plus de 60 % des cas par les grands-parents, plutôt maternels, en premier lieu pour des raisons de proxi mité géographique. Si les aînés interviennent parfois en semaine, les oncles, tantes ou voisins sont quant à eux essentiellement sollicités en cas d'imprévus. Alors que la prise en charge quotidienne pendant les temps périscolaires constitue la situation la plus fréquente, c'est le mercredi que les plages horaires de prise en charge sont les plus longues. Moins d'un enfant sur cinq est confié à un aidant informel pendant le week-end mais dans ce cas pendant une durée assez longue. Un quart des enfants dont les familles ont recours à une aide informelle ont une mère dont les horaires de travail sont en outre atypiques. Quant au choix de l'aide informelle, les parents le déclarent motivé par des raisons d'ordre principalement affectif et monétaire.
Selon l'enquête Modes de garde et d'accueil des jeunes enfants, réalisée par la Drees en 2002,3 240 000 enfants âgés de moins de 7 ans ont été pris en charge a moins une fois grâce à l'aide informelle de leur famille ou de leur entourage, de façon régulière ou ponctuelle. L'aide informelle est sollicitée en semaine pour environ un tiers des enfants et concerne surtout ceux qui sont scolarisés. Elle est généralement assurée par la famille, dans ...

POLITIQUE FAMILIALE ; CRECHE ; GARDE DE L'ENFANT ; FRANCE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 235 - entier
Cote : P 221

L'enquête sur les modes d'accueil des jeunes enfants, réalisée en mai 2002, a interrogé les familles sur leur recours à différents modes de garde pendant une semaine type. Elle permet ainsi d'apprécier, pour la première fois, les différentes façons dont un enfant est pris en charge tout au long de la semaine en lien avec la situation de sa famille. En 2002, plus de 4 millions d'enfants de moins de 6ans sont concernés en France métropolitaine. Avant 3 ans, près des deux tiers des enfants accèdent à un ou plusieurs modes d'accueil au moins une fois dans la semaine tandis qu'un tiers est gardé exclusivement par ses parents. Au cours d'une semaine type, de 8 heures à 18 heures, deux tiers des enfants de moins de 3 ans son: principalement gardes parleurs parents, même si ces derniers font appel à un mode de garde subsidiaire près d'une fois sur deux. Ces parents consacrent en outre en moyenne plus de temps à leur enfant que l'assistante maternelle ou la crèche lorsqu'il leur est confié Près de huit enfants sur dix âgés de 3 à 6 ans sont scolarisés. Sinon, c'est une assistante maternelle ou les parents qui sen occupent en premier lieu. Les enfants de 3à 6 ans passent en moyenne 7 heures par jour à l'école, voire 8 pour le quart d'entre eux. Les jours de classe, 42 % des enfants scolarisés sont, en dehors de l'école, uniquement pris en charge parleurs parents, mais ils sont aussi 21 % à fréquenter diverses structures d'accueiL Le mercredi, la garde principale assurée par les parents, les grands-parents ou les assistantes maternelles s'accompagne souvent pour les 3 à 6 ans de temps d'accueil collectif Deux tiers des parents en charge d'enfants de moins de 6 ans disent, quant à eux, ne pas rencontrer de difficultés d'organisation pour faire garder leurs enfants, et ne sont que 10 % à déclarer y être souvent ou très souvent confrontés.
L'enquête sur les modes d'accueil des jeunes enfants, réalisée en mai 2002, a interrogé les familles sur leur recours à différents modes de garde pendant une semaine type. Elle permet ainsi d'apprécier, pour la première fois, les différentes façons dont un enfant est pris en charge tout au long de la semaine en lien avec la situation de sa famille. En 2002, plus de 4 millions d'enfants de moins de 6ans sont concernés en France métropolitaine. ...

POLITIQUE FAMILIALE ; PETITE ENFANCE ; MODE DE GARDE ; ECOLE MATERNELLE ; ASSISTANTE MATERNELLE ; CRECHE ; FEMME ; TRAVAIL ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; FRANCE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 217 - entier
Cote : P 221

Fin 2000, environ un million de familles bénéficient d'une prestation de garde d'enfant dans le cadre du régime général des caisses d'allocations familiales. Sur les 4300000 enfants de moins de 6 ans potentiellement concernés en France métropolitaine, environ 19 % sont gardes par des parents qui perçoivent l'Allocation parentale d'éducation (APE), 16 % Sont couverts par l'Aide à la famille pour l'emploi d'une assistante maternelle agréée (AFFAMA) et 2 % sont gardés chez eux avec le bénéfice de l'Allocation de garde d'enfant à domicile (AGED). Un tiers des enfants de moins de 6 ans dont les parents vivent en couple appartiennent à des familles qui perçoivent l'une de ces trois prestations, les deux parents travaillant dans plus de 9 cas sur 10 lorsqu'il s'agit de I'AFEAMA ou de I'AGED. Les enfants sont plus souvent couverts par l'APE et l'AFEAMA avant l'âge de 3 ans, et leurs parents sont d'ailleurs plus jeunes. Les revenus des familles semblent en outre, comme le nombre des enfants à garder, être un facteur de différenciation dans le recours aux prestations. Les bénéficiaires de I'APE sont davantage présents dans les tranches de revenus les plus faibles et ceux de I'AGED dans les tranches les plus élevées. L'AFEAMA concerne de son côté plus de familles avec un seul enfant et ayant une position de revenus intermédiaire. Elle couvre aussi, comme I'APE, davantage les populations des zones rurales, contrairement à I'AGED dont les bénéficiaires résident souvent en région parisienne.
Fin 2000, environ un million de familles bénéficient d'une prestation de garde d'enfant dans le cadre du régime général des caisses d'allocations familiales. Sur les 4300000 enfants de moins de 6 ans potentiellement concernés en France métropolitaine, environ 19 % sont gardes par des parents qui perçoivent l'Allocation parentale d'éducation (APE), 16 % Sont couverts par l'Aide à la famille pour l'emploi d'une assistante maternelle agréée ...

POLITIQUE FAMILIALE ; FRANCE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Z