m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  GRAESSLIN O. | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 2 - p. 120-126
Cote : P 2

D'après cette étude du GRECO portant sur 551 femmes en 2002, 88 % concernaient une pilule oestroprogestative, 8,7 % micorprogestatif, 0,39% un macroporogestaitf, et 2,4 % les autres pilules. 60,8 % des échecs étaient dus à des oublis et après des vomissements ou diarrhées. En conclusion, les oublis représentent la cause la plus importante des échecs de la contraception orale. 81,5% des femmes ont chois de mettre un terme à leur grossesse.

PILULE ; RISQUE ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 2 - p. 154-158
Cote : P 2

En 1995 et 1996, quatre études ont montré une augmentation du risque thromboembolique veineux (TEV) des pilules de troisième génération par rapport aux pilules de seconde génération. Les progestatifs de troisième génération ont été mis en cause. Ces publications ont eu un impact médiatique important. La relecture de l'information scientifique a cependant permis de mettre en évidence de nombreux biais, aussi bien méthodologique que de prescription et de diagnostic. Plus récemment, les conclusions contradictoires de deux études publiées dans le BMJ et portant sur la même base de données (General Practitioner Research Database), analysant le risque thromboembolique veineux des pilules de troisième génération, sèment le trouble. Il existe une probable augmentation du risque TEV avec les progestatifs de troisième génération mais qui a été surévalué à l'origine. Une réanalyse des différentes informations s'impose en s'appuyant non seulement sur les mécanismes biologiques imputables mais aussi sur... de nouvelles études épidémiologiques solides.
En 1995 et 1996, quatre études ont montré une augmentation du risque thromboembolique veineux (TEV) des pilules de troisième génération par rapport aux pilules de seconde génération. Les progestatifs de troisième génération ont été mis en cause. Ces publications ont eu un impact médiatique important. La relecture de l'information scientifique a cependant permis de mettre en évidence de nombreux biais, aussi bien méthodologique que de pr...

PILULE PROGESTATIVE MICRODOSEE ; RISQUE ; MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE ; FRANCE

... Lire [+]

Z