m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  JANIER Michel | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 26-27-28 - 319 p.
Cote : P 195

Depuis les débuts de mon internat de dermatologie dans les années 1980, à l’aube de l’ère du sida, je n’ai cessé d’entendre que les maladies/ infections sexuellement transmissibles (MST/IST) étaient en recrudescence. Force est cependant de reconnaître que, si l’on compare les chiffres actuels de syphilis et de gonococcie à ceux observés jusqu’en 1980, on est bien en deçà, et fort heureusement. Que s’est-il passé ? Faut-il se réjouir ? Entre temps, le sida est arrivé, et la fin des années 1990 a vu dans tous les pays développés une quasi-disparition de la syphilis et de la gonococcie. Ces résultats impressionnants étaient moins dus au succès des campagnes de prévention qu’à l’adoption de comportements liés à la simple peur de mourir du sida. Mais ces deux maladies ont ré-augmenté, alors même que la France supprimait la déclaration obligatoire des quatre maladies vénériennes classiques (syphilis, gonococcie, maladie de Nicolas-Favre, chancre mou). En 2000, une épidémie de syphilis a touché la communauté homosexuelle des grandes villes des pays riches. Avec un peu de retard, une recrudescence de la gonococcie a suivi. D’une population homosexuelle à très haut risque, fréquemment séropositive, l’épidémie de syphilis a progressivement atteint les homosexuels séronégatifs. Sa pénétration dans la population générale hétérosexuelle reste très faible. Cette épidémie de syphilis doit nous rappeler à des sentiments d’humilité car la syphilis a tous les caractères d’une maladie facile à éradiquer : plutôt simple à diagnostiquer (sérologie) et à traiter (une seule injection de benzathine benzylpénicilline G pour la syphilis précoce), à un coût minime. Reprise de comportements à risque et transmission facile par le sexe oral expliquent cette épidémie.
Depuis les débuts de mon internat de dermatologie dans les années 1980, à l’aube de l’ère du sida, je n’ai cessé d’entendre que les maladies/ infections sexuellement transmissibles (MST/IST) étaient en recrudescence. Force est cependant de reconnaître que, si l’on compare les chiffres actuels de syphilis et de gonococcie à ceux observés jusqu’en 1980, on est bien en deçà, et fort heureusement. Que s’est-il passé ? Faut-il se réjouir ? Entre ...

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; EPIDEMIOLOGIE ; FRANCE ; PREVENTION ; TRAITEMENT MEDICAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 220 p.
Cote : 820 JAN

La prise en charge des maladies sexuellement transmissibles bénéficie de méthodes diagnostiques qui ont fait leurs preuves. Malgré ces moyens de dépistage et les nombreuses campagnes de prévention, ces maladies restent un problème de santé publique. En effet, les symptômes sont variés et n'apparaissent pas toujours dans les jours qui suivent un rapport ; ce qui a pour conséquence de compliquer le diagnostic dont la précocité est souvent un atout majeur dans la guérison. Afin d'établir le bon diagnostic et prescrire un traitement efficace, cet ouvrage de référence pratique, clair et illustré, regroupe les nombreux champs d'application liés au domaine des MST (dermato- vénéréologie, gynécologie, microbiologie...) et permet ainsi aux médecins généralistes d'améliorer la prise en charge de leurs patients. Cet ouvrage collectif, rédigé par une équipe de spécialistes, rappelle aux praticiens les connaissances indispensables en anatomie, histologie, physiologie et indique les conduites à tenir et les traitements préconisés face aux principales dermatoses, MST et tumeurs cutanées.
La prise en charge des maladies sexuellement transmissibles bénéficie de méthodes diagnostiques qui ont fait leurs preuves. Malgré ces moyens de dépistage et les nombreuses campagnes de prévention, ces maladies restent un problème de santé publique. En effet, les symptômes sont variés et n'apparaissent pas toujours dans les jours qui suivent un rapport ; ce qui a pour conséquence de compliquer le diagnostic dont la précocité est souvent un atout ...

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; RISQUE SEXUEL ; MALADIE ; TRAITEMENT MEDICAL ; ORGANES SEXUELS FEMININS ; ORGANES SEXUELS MASCULINS ; HÉPATITE ; HEPATITE B ; HERPES ; MEDECIN ; CONSULTATION MEDICALE ; SUIVI GYNECOLOGIQUE ; TRANSMISSION ; DEPISTAGE ; VIH/ SIDA ; ANATOMIE ; EPIDEMIOLOGIE ; HÉPATITE C ; TRAITEMENT VIH D'URGENCE ; GROSSESSE ; HOMOSEXUALITE ; VIOL ; VIOLENCE SEXUELLE ; PRECARITE ; FEMME ; HPV ; PREVENTION

... Lire [+]

Z