m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  LEIBOWITCH Jacques | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.


Cote : 830 LEI

Une éblouissante synthèse sur les recherches récentes qui obligent à rompre avec le "prêt à penser" dont le SIDA est aujourd'hui l'objet. Face au SIDA, il a fallu parer au plus pressé : venir en aide aux malades, malgré des connaissances partielles sinon partiales ; combattre les préjugés, quitte à verser dans le "politiquement correct". Maintenant que les trithérapies ont rendu un avenir aux séropositifs, à défaut de les guérir, nous disposons d'un répit pour réévaluer les dogmes trop vite admis. Et c'est peu dire que les recherches actuelles renversent les certitudes. Contrairement à l'opinion courante, le virus du SIDA n'a pas besoin de sang ni de déchirure pour traverser une muqueuse. Si la sodomie, qu'elle soit hétéro ou homosexuelle, accroît le risque de transmission, c'est simplement que le type de globules blancs dans lesquels le virus pénètre pour s'y multiplier est plus abondant dans les parois du rectum. Très peu d'hétérosexuels, finalement, sont séropositifs dans les pays occidentaux. Et s'ils sont beaucoup plus nombreux à l'être au sud de l'Afrique, c'est parce que des infections génitales mal soignées favorisent la transmission. L'idée que le SIDA détruit les défenses immunitaires ne suffit pas à expliquer les corps décharnés et prématurément vieillis de ceux qui en sont victimes. Il apparaît que le virus, en modifiant le fonctionnement des cellules, les prive de leurs ressources nutritives qu'il détourne au profit d'agents infectieux. Nous découvrons progressivement pourquoi les hommes circoncis risquent moins d'être contaminés, pourquoi l'hygiène masculine intime pourrait jouer un rôle préventif à côté du "latex anti-sex", pourquoi des précurseurs du HIV sont passés de grand singes à des braconniers entre 1920 et 1940 mais pas avant ni après ! Le virus étant ce qu'il est, les vaccins anti-HIV risquent de se faire attendre longtemps. Le SIDA continuera de hanter les alcôves : raison de plus pour renoncer aux idées toutes faites, souvent fausses, que l'on propage encore et pour s'interroger sur ce qui nous a poussé à leur accorder pendant tant d'années un tel crédit. Le SIDA, c'est vraiment plus que ça !
Une éblouissante synthèse sur les recherches récentes qui obligent à rompre avec le "prêt à penser" dont le SIDA est aujourd'hui l'objet. Face au SIDA, il a fallu parer au plus pressé : venir en aide aux malades, malgré des connaissances partielles sinon partiales ; combattre les préjugés, quitte à verser dans le "politiquement correct". Maintenant que les trithérapies ont rendu un avenir aux séropositifs, à défaut de les guérir, nous disposons ...

VIH/ SIDA ; TRAITEMENT MEDICAL ; SEROPOSITIVITE ; DEPISTAGE ; PREVENTION ; STÉRÉOTYPE ; REPRESENTATION ; MALADIE ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; SEXUALITE ; COMPORTEMENT SEXUEL ; MODE DE TRANSMISSION DU VIH ; TRANSMISSION SANGUINE DU VIH ; TRANSMISSION SEXUELLE DU VIH ; TRANSMISSION MATERNO-FOETALE ; STRUCTURE DE SOINS ; ACCES ; HETEROSEXUALITE ; HOMOSEXUALITE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 222 p.
Cote : 831 LEI

Le sida, nouvelle maladie du siècle ? Le Dr Jacques Leibowitch a entrepris une enquête à travers le monde, pour remonter la trace d'une maladie non répertoriée pour suivre la piste biologique du virus du Zaïre en Haïti jusqu'à Miami.

VIH/ SIDA ; HISTOIRE ; ANNÉES 80 ; MALADIE

... Lire [+]

Z