m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  VAN NECK Anne | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 233 p.
Cote : 100.4 STE

La masturbation (...) est regardée comme un vice affreux(...). On lui prÍte des effets sur la santé à ce point néfastes qu'elle apparait comme une forme d'autodestruction. (...) Cette horreur et cette peur pénètrent la société occidentale. Elles ont traversé l'Atlantique.(...) Pour prévenir ou pour guérir le mal, des médecins ou des éducateurs n'hésitent pas à déclarer qu'il faut inspirer aux jeunes gens un véritable sentiment de terreur. Cette histoire n'est donc pas celle seulement des illusions de la médecine, mais aussi celle des souffrances de la jeunesse.
La masturbation (...) est regardée comme un vice affreux(...). On lui prÍte des effets sur la santé à ce point néfastes qu'elle apparait comme une forme d'autodestruction. (...) Cette horreur et cette peur pénètrent la société occidentale. Elles ont traversé l'Atlantique.(...) Pour prévenir ou pour guérir le mal, des médecins ou des éducateurs n'hésitent pas à déclarer qu'il faut inspirer aux jeunes gens un véritable sentiment de terreur. Cette ...

MASTURBATION ; HISTOIRE ; XVIIIe SIECLE ; ADOLESCENCE ; JEUNESSE ; JEUNE ADULTE ; CULPABILISATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 233 p.
Cote : 100.4 STE

La masturbation au 19e siècle, est regardée comme un vice affreux qui , comme l'écrit Proudhon, "décime la jeunesse". On lui prête des effets sur la santé à ce point néfastes qu'elle apparaît comme une forme d'autodestruction. "Cette pratique abominable, dit, en 1860, un médecin français, a mis à mort plus d'individus que ne l'ont fait les plus grandes guerres jointes aux épidémies les plus dépopulatrices". Cette horreur et cette peur pénètrent la société occidentale. Elles ont traversé l'Atlantique. "Les mots, lit-on dans un ouvrage américain de 1870, sont impuissants à décrire les misères que la masturbation vous inflige durant votre vie entière et jusqu'à votre mort. Mieux vaut encore mourir sur le champ que de vous polluer". Pour prévenir ou pour guérir le mal, les médecins ou des éducateurs n'hésitent pas à déclarer qu'il faut inspirer aux jeunes gens un véritable sentiments de terreurs. Cette histoire n'est donc pas celle seulement des illusions de la médecine, mais aussi celle des souffrances de la jeunesse. Quelles en sont les racines ? Chose curieuse, elles ne remontent pas très loin : au 18e siècle seulement. On peut donc suivre un cycle complet : la naissance, l'efflorescence et la disparition de la grande peur de la masturbation.
La masturbation au 19e siècle, est regardée comme un vice affreux qui , comme l'écrit Proudhon, "décime la jeunesse". On lui prête des effets sur la santé à ce point néfastes qu'elle apparaît comme une forme d'autodestruction. "Cette pratique abominable, dit, en 1860, un médecin français, a mis à mort plus d'individus que ne l'ont fait les plus grandes guerres jointes aux épidémies les plus dépopulatrices". Cette horreur et cette peur pénètrent ...

MASTURBATION ; FRANCE ; HISTOIRE ; SEXUALITE

... Lire [+]

Z