m

Documents  VIGARELLO Georges | enregistrements trouvés : 9

O
     

-A +A

P Q

UV

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 29 - p. 5-22
Cote : P 256

Sommaire du dossier
- La virilité et ses crises
- Le masculin pluriel
- Virilités : au delà du populaire
- Fantasmes de meurtre et vie pratique

PORTRAIT ; HOMME ; IMAGE DE L'HOMME ; VIRILITE ; FRANCE ; CONDITION MASCULINE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 11 - p. 5-8
Cote : P 15

Chacun s'accorde à souligner le déplacement de la question du féminisme; le temps de l'affrontement a laissé place à une appropriation mutuelle par chacun des deux sexes de certaines valeurs spécifiques à l'autre. Cependant, le consensus s'effrite lorsque est évoquée la thèse de la féminisation des moeurs; mutation profonde et originale pour les uns, épiphénomène masquant des mécanismes de domination masculine toujours plus subtils pour les autres, tels sont les termes du débat.
Chacun s'accorde à souligner le déplacement de la question du féminisme; le temps de l'affrontement a laissé place à une appropriation mutuelle par chacun des deux sexes de certaines valeurs spécifiques à l'autre. Cependant, le consensus s'effrite lorsque est évoquée la thèse de la féminisation des moeurs; mutation profonde et originale pour les uns, épiphénomène masquant des mécanismes de domination masculine toujours plus subtils pour les ...

RAPPORTS HOMME-FEMME ; FEMINISME ; GENRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 214 p.
Cote : 211 VIG

L'évolution de la robe du XIIIe au XXIe siècle, en fonction du contexte social et culturel définissant le rôle des femmes. Peintures, gravures et photographies illustrent l'histoire de ce vêtement féminin.

FEMME ; VETEMENT ; CREATION ARTISTIQUE ; MOYEN-ÂGE ; XXIe SIECLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 260 p.
Cote : 210 SAG

"Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme." (Clément d’Alexandrie). Déjà chez Aristote, et bien avant les Pères de l’Eglise, la femme est matière sans qualité aucune, la qualité restant à l’évidence le propre de l’homme. Tel est le paradoxe du "beau sexe" : source du péché, sa plaisante apparence ne peut que dissimuler un être répugnant. Plus tard, sa beauté enfin reconnue, la femme se voit sommée de s’épanouir dans le mariage et dans la maternité. Haro donc sur les célibataires, les bas-bleus, les féministes, les inverties et autres déviantes de la société, qui ne sont que disgrâce et souvent même monstruosité ! De nos jours, enfin, disposant d’un vaste attirail cosmétique, la voici inexorablement soumise à la tyrannie de la séduction permanente. Inexcusable, insupportable, véritable aberration sociale, la laideur féminine révèle crûment négligence, manque de volonté, pire, secrète pathologie. S’appuyant tout à la fois sur l’histoire, l’anthropologie, la littérature et la peinture, Claudine Sagaert, par cette contribution essentielle à l’histoire des genres, nous permet de mieux comprendre dans quel carcan le corps de la femme a été enfermé durant des siècles, carcan dont elle doit, aujourd’hui comme hier, toujours se libérer…
"Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu’elle est femme." (Clément d’Alexandrie). Déjà chez Aristote, et bien avant les Pères de l’Eglise, la femme est matière sans qualité aucune, la qualité restant à l’évidence le propre de l’homme. Tel est le paradoxe du "beau sexe" : source du péché, sa plaisante apparence ne peut que dissimuler un être répugnant. Plus tard, sa beauté enfin reconnue, la femme se voit sommée de s’épanouir ...

FEMME ; HISTOIRE ; APPARENCE ; CORPS ; INJONCTION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 578 p.
Cote : 701 COR

En ce début de XXIe siècle, la rumeur enfle en Occident : les hommes ne seraient plus des hommes, des " vrais ". De ce malaise dans la part masculine de la civilisation, la virilité reste un indicateur crucial. Car c’est bien sur cet idéal de force physique et de puissance sexuelle, de maîtrise et de courage que s’est historiquement construit dans la culture ce qui passe pour la " nature " de l’homme. Et demeure le socle la domination masculine. Or une crise se propage, semble-t-il, dans l’Empire du mâle : les carnages guerriers ont élimé l’étoffe des héros, le retour cyclique des dépressions économiques érodé la fierté du travailleur, la montée des conformismes tari les goûts d’aventure. L’éveil et les progrès de l’égalité entre les sexes, les avancées du féminisme sont venus contester d’anciens privilèges et d’inacceptables violences. Il y a donc un paradoxe de la virilité contemporaine : comment comprendre que cette représentation hégémonique de la puissance masculine ait fini par apparaître aussi incertaine ? Les hommes d’aujourd’hui entendent-ils porter longtemps encore cette charge millénaire,ou vont-ils souhaiter sentir s’en alléger le poids ? Quitte à renoncer à ses avantages…
En ce début de XXIe siècle, la rumeur enfle en Occident : les hommes ne seraient plus des hommes, des " vrais ". De ce malaise dans la part masculine de la civilisation, la virilité reste un indicateur crucial. Car c’est bien sur cet idéal de force physique et de puissance sexuelle, de maîtrise et de courage que s’est historiquement construit dans la culture ce qui passe pour la " nature " de l’homme. Et demeure le socle la domination m...

HOMME ; HISTOIRE ; ROLE FEMININ-MASCULIN ; CONDITION MASCULINE ; REPRESENTATION ; GENRE ; RAPPORTS HOMME-FEMME ; RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE ; XXIe SIECLE ; XXe SIECLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 498 p.
Cote : 701 COR

La période concernée par ce deuxième volume correspond à l’emprise maximale de la vertu de virilité. Le système de représentations, de valeurs et de normes qui la constitue s’impose alors avec une telle force qu’il ne saurait être véritablement contesté. La multiplication des lieux de l’entre-soi masculin ? le collège, le pensionnat, le séminaire, le caveau de la société chantante, le bordel, la salle de garde, la salle d’armes, le fumoir, nombre d’ateliers et de cabarets, en attendant la réunion politique et la société de chasse ? constituent autant de théâtres de l’inculcation et de l’épanouissement des traits qui dessinent la figure de l’homme viril. Au XIXe siècle, la virilité, qui a partie liée avec la mort ? mort héroïque sur le champ de bataille ou le pré carré du duel, mort provoquée par la fatigue du travailleur, mort d’épuisement de l’homme par la femme ? ne constitue pas une simple vertu individuelle. Elle ordonne, irrigue la société dont elle sous-tend les valeurs. Elle induit des effets de domination. Elle structure la représentation du monde.
La période concernée par ce deuxième volume correspond à l’emprise maximale de la vertu de virilité. Le système de représentations, de valeurs et de normes qui la constitue s’impose alors avec une telle force qu’il ne saurait être véritablement contesté. La multiplication des lieux de l’entre-soi masculin ? le collège, le pensionnat, le séminaire, le caveau de la société chantante, le bordel, la salle de garde, la salle d’armes, le fumoir, ...

HOMME ; HISTOIRE ; ROLE FEMININ-MASCULIN ; CONDITION MASCULINE ; REPRESENTATION ; GENRE ; RAPPORTS HOMME-FEMME ; RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 578 p.
Cote : 701 COR

La virilité serait vertu. Elle viserait le " parfait ", fondant sur un idéal de domination masculine une des caractéristiques des sociétés occidentales. Une puissance a été inventée, de la force physique au courage moral, imposant ses codes, ses rituels, sa formation. Tradition plus complexe pourtant, elle ne saurait en rien figer la virilité dans une histoire immobile. Les qualités se recomposent avec le temps. La société marchande ne saurait avoir le même idéal viril que la société militaire. Le courtisan ne saurait avoir le même idéal viril que le chevalier. La cour et la ville inventent des modèles décalés. Ce sont ces différences et ces changements que retrace ce premier volume, de l’Antiquité jusqu’aux Lumières, introduisant de l’histoire dans ce qui semble ne pas en avoir.
La virilité serait vertu. Elle viserait le " parfait ", fondant sur un idéal de domination masculine une des caractéristiques des sociétés occidentales. Une puissance a été inventée, de la force physique au courage moral, imposant ses codes, ses rituels, sa formation. Tradition plus complexe pourtant, elle ne saurait en rien figer la virilité dans une histoire immobile. Les qualités se recomposent avec le temps. La société marchande ne saurait ...

HOMME ; HISTOIRE ; ROLE FEMININ-MASCULIN ; CONDITION MASCULINE ; REPRESENTATION ; GENRE ; RAPPORTS HOMME-FEMME ; RAPPORTS SOCIAUX DE SEXE ; ANTIQUITE ; MOYEN-ÂGE ; XVIe SIECLE ; XVIIe SIECLE ; XVIIIe SIECLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 364 p.
Cote : 233 VIG

Ce livre est d'abord l'histoire des relatives tolérances envers la violence sexuelle dans la France ancienne, celles qui enveloppent de surcroit la victime dans l'indignité de l'acte et tendent invinciblement à la condamner. Il faut du temps pour que change la vision du viol dans la jurisprudence ou la loi à la fin du XVIIIe siècle. Et aussi la reconnaissance, au XIXe, de la violence morale, celle des peurs et des menaces caractérisant souvent le viol. Impossible pourtant de s'en tenir aux seuls changements de la loi. Cet ouvrage retrace aussi l'histoire des obstacles opposés à cette conscience juridique. C'est avec les enfants d'abord que change fortement au XIXe siècle la réalité des procès : cas plus nombreux, condamnations plus fermes, recensements plus précis. Il faut les repères d'aujourd'hui pourtant, l'égalité nouvelle entre hommes et femmes, la suspicion sur les pratiques de domination pour que soient bouleversés les jugements anciens. Il faut plus encore une attention toute particulière à l'espace psychique et au monde intime pour que les effets du viol soient totalement reconsidérés. On peut alors mesurer, pour les cas sur enfants, toute la distance entre les procès du XIXe siècle rapportant la gravité de l'acte au risque de débauche et les procès d'aujourd'hui rapportant cette gravité au risque de meurtre psychique ou de ravage intérieur.
Ce livre est d'abord l'histoire des relatives tolérances envers la violence sexuelle dans la France ancienne, celles qui enveloppent de surcroit la victime dans l'indignité de l'acte et tendent invinciblement à la condamner. Il faut du temps pour que change la vision du viol dans la jurisprudence ou la loi à la fin du XVIIIe siècle. Et aussi la reconnaissance, au XIXe, de la violence morale, celle des peurs et des menaces caractérisant souvent ...

VIOL ; HISTOIRE ; XVIe SIECLE ; XVIIe SIECLE ; XVIIIe SIECLE ; XIXe SIECLE ; XXe SIECLE ; VIOLENCE SEXUELLE ; LEGISLATION ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 500 VIG

" Un livre serré, dense, subtil. Un livre très “ propre ”, a-t-on envie d’écrire. Son sujet : les définitions, les repères, les techniques de la propreté culturelle entre Moyen Age et XX esiècle, avec les pratiques qui aujourd’hui ont charge d’assurer la netteté du corps […]. Mais le livre est plus que cela. Il s’appuie, en effet, avec liberté et intelligence, sur les hypothèses proposées par le sociologue allemand Norbert Elias pour rendre compte du " processus de civilisation" qui caractérise les sociétés d’Occident entre XIIe et XIXe siècles […]. Là est sans doute le prix de ce livre qui analyse le procès de civilisation occidental à partir de l’un de ses traits les plus fondamentaux : à savoir les transformations du rapport que les hommes ont eu avec leur corps. Séché, baigné, lavé. ". Roger Chartier, Libération
" Un livre serré, dense, subtil. Un livre très “ propre ”, a-t-on envie d’écrire. Son sujet : les définitions, les repères, les techniques de la propreté culturelle entre Moyen Age et XX esiècle, avec les pratiques qui aujourd’hui ont charge d’assurer la netteté du corps […]. Mais le livre est plus que cela. Il s’appuie, en effet, avec liberté et intelligence, sur les hypothèses proposées par le sociologue allemand Norbert Elias pour rendre ...

CORPS ; HISTOIRE ; HYGIENE ; FRANCE ; ASPECT SOCIO-CULTUREL

... Lire [+]

Z