m

Documents  CAMEROUN | enregistrements trouvés : 88

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : A 1127 SOC

Le Planning a pour missions la prévention autour des sexualités dont la prévention de violences de genre. engagé dans la défense des droits des femmes dans le monde, il a été développé ce programme au Burkina Faso, au Cameroun, et à Madagascar.

VIH/ SIDA ; FEMME ; PROGRAMME D'ACTION ; RISQUE SEXUEL ; BURKINA FASO ; MADAGASCAR ; CAMEROUN ; PLANNING FAMILIAL ; POLITIQUE DE RELAIS ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; PRESERVATIF FEMININ ; SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : A 1155 FEM

Photo d'une femme camerounaise debout les bras croisés et se cachant le visage avec la main.

VIOL ; CAMEROUN ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 18 - n° 35 - p. 137-144
Cote : P 370

Si les femmes qui ont avorté illégalement sont rarement poursuivies au Cmeroun, celles qui ont une raison légitime de demander un avortement légal, par exmeple un viol, peuvent rarement l'obtenir. C'est parce que la loi n'est pas appliquée, que ce soit en cas d'infraction ou d'indication.

CAMEROUN ; AVORTEMENT ; TEMOIGNAGE ; LEGISLATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 14 - p.29-31
Cote : P 404

Au cameroun, les homosexuel.les encourent toujours la prison. A leur côté depui douze ans, l'avocat Alice Nkom investit toute son énergie dans la lutte contre l'homophobie d'Etat.

HOMOSEXUALITE ; DISCRIMINATION ; CAMEROUN ; HOMOPHOBIE ; ASPECT JURIDIQUE ; LEGISLATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 10 - pp 34-36
Cote : P 393

CAMEROUN ; FEMME ; DROITS DES FEMMES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 4 - 335-346
Cote : P 303

To reduce the prevalence of reproductive health problems among adolescents, governmental and nongovernmental organizations in Cameroon are implementing youth-oriented reproduction health programs. To faciltate the design of effective programs to increase condom use, this study examines survey data on the determinants of having ever used condoms and on current comdom use with regular and casual partners among unmarried young people in urban Cameroon.
To reduce the prevalence of reproductive health problems among adolescents, governmental and nongovernmental organizations in Cameroon are implementing youth-oriented reproduction health programs. To faciltate the design of effective programs to increase condom use, this study examines survey data on the determinants of having ever used condoms and on current comdom use with regular and casual partners among unmarried young people in urban ...

CAMEROUN ; MILIEU URBAIN ; SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE ; PRESERVATIF MASCULIN ; VIH/ SIDA

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 77 - 38-40
Cote : P 382

Au Cameroun, la violence à l'égard des femmes se manifeste sous toutes ses formes. Elle porte atteinte à la santé génésique et aux droits de la femme et affecte la santé et l'environnement.

CAMEROUN ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 6 - p. 941-973
Cote : P 18

A partir de trois enquêtes successives représentatives au niveau national et au moyen d'une analyse des biographies, on teste l'hypothèse que l'entrée en vie conjugale avant 20 ans est de moins en moins fréquente au Cameroun. L'évaluation des données montre que les informations fournies par les femmes de 20-34 ans, et surtout de 20-24 ans, sont les plus fiables pour cerner les changements matrimoniaux à partir d'enquêtes rétrospectives répétées. La nuptialité précoce diminue dans la quasi-totalité des régions du pays induisant au plan national une forte tendance au report des unions. Le déclin de la nuptialitë précoce est le plus marqué parmi les femmes des jeunes générations, les plus scolarisées, les résidentes des grandes villes de Yaoundé/Douala, les musulmanes et les adeptes des religions traditionnelles. Le déclin de l'âge aux premières règles est concomitant d'un recul de l'âge à la première union, et les femmes pubères précocement entrent en union plus tôt que celles dont la puberté est tardive. Les principaux résultats de cette étude et leur portée sont discutés à la lumière des travaux de recherche réalisés ailleurs, notamment dans d'autres pays en développement.
A partir de trois enquêtes successives représentatives au niveau national et au moyen d'une analyse des biographies, on teste l'hypothèse que l'entrée en vie conjugale avant 20 ans est de moins en moins fréquente au Cameroun. L'évaluation des données montre que les informations fournies par les femmes de 20-34 ans, et surtout de 20-24 ans, sont les plus fiables pour cerner les changements matrimoniaux à partir d'enquêtes rétrospectives répétées. ...

CAMEROUN ; MARIAGE ; AFRIQUE SUBSAHARIENNE ; SEXUALITE ; ADOLESCENCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 2 - p. 171-200
Cote : P 18

On observe souvent que les femmes instruites ont moins d'enfants que les femmes moins instruites, ce qui appelle une interprétation en termes de lien de cause à effet. Toutefois, les femmes instruites diffèrent de bien d'autres façons des femmes n'ayant jamais fréquenté l'école les deux facteurs sont liés de façon multiple. Le présent article analyse la relation entre instruction et fécondité dans le Cameroun d'aujourd'hui en tant que phénomène à la fois statistique et social, à l'aide de données tirées de l'enquête démographique et de santé (EDS) de 1998 au Cameroun, ainsi que des données ethnographiques collectées sur le terrain par l'auteur. Ces données montrent que les femmes camerounaises instruites se marient plus tardivement et ont moins d'enfants que leurs consoeurs non instruites, conformément à des schémas déjà établis. Toutefois, les femmes instruites ont des taux de fécondité prénuptiale annuelle plus clercs que les femmes non instruites, contrairement à ce que prédisent la plupart des modèles causaux. Il est affirmé ici que ces schémas statistiques résultent du oiseau élevé de la sélectivité de l'accès à l'école. Les filles instruites viennent de communautés plus tolérantes à l'égard des relations sexuelles prénuptiales, qui accordent une plus grande importance au développement de la personnalité de l'individu, et un rôle moins primordial au mariage. Ensemble, ces différences sociales ont autant d'importance que l'instruction sur la fécondité.
On observe souvent que les femmes instruites ont moins d'enfants que les femmes moins instruites, ce qui appelle une interprétation en termes de lien de cause à effet. Toutefois, les femmes instruites diffèrent de bien d'autres façons des femmes n'ayant jamais fréquenté l'école les deux facteurs sont liés de façon multiple. Le présent article analyse la relation entre instruction et fécondité dans le Cameroun d'aujourd'hui en tant que phénomène ...

SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE ; MARIAGE ; CAMEROUN ; FECONDITE ; DEMOGRAPHIE ; SANTE DES FEMMES

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 84 - p. 76-78
Cote : P 200

Pas de poitrine, pas de rapports sexuels. Parce qu'elles ignorent comment protéger leurs filles des grossesses précoces à la puberté, certaines mères pratiquent le "repassage" des seins, un massage ancestral avec des objets brûlants réalisé à même le buste des fillettes. Une association de filles mères oeuvre pour faire reculer la pratique et aider ces femmes à se reconstruire, sans honte.

CAMEROUN ; VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; GENRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 10 - p. 798-801
Cote : P 2

Les grossesses indésirées sont une cause prépondérante des déperditions scolaires chez les adolescentes au Cameroun. Nous avons évalué les connaissances et les pratiques des adolescentes dans le but d'une gestion responsable de la sexualité. La prévention des grossesses indésirées et des maladies sexuellement transmis sibles (MST). Des 670 questionnaires distribués dans 10 classes d'un échantillon aléatoire de 5 établissements de la ville de Yaoundé, 574 élèves dont 233 garçons et 341 filles, âgés de 12 à 19 ans ont répondu. Les réponses au questionnaire ont montré que 52 % des élèves étaient sexuellement actifs, et 56 % de ceux-ci ont leurs premiers rapports sexuels entre 15 et 17 ans. L'utilisation des contraceptifs a été déclaré par 41 % des élèves sexuellement actifs. Ia fréquence moyenne des rapports sexuels était 5 fois pendant le mois ayant précédé l'enquête. Le taux de grossesses indésirées étaient de 24 %. Les sources de connaissances acquises sur la contraception étaient plus les masse média (53%), I'école (21 %), les camarades (16 %) que les parents (9 %). Une éducation en vue de la déculpabilisation de la contraception et la gestion rationnelle de la sexualité devrait être entrepris auprès des associations d'adolescents. Les parents d'élèves devraient être invités à plus de dialogue sur la sexualité avec leurs enfants, afin de prévenir les MST, les grossesses indésirées, les avortements provoqués clandestins et leurs conséquences psychosociales et médicales néfastes.
Les grossesses indésirées sont une cause prépondérante des déperditions scolaires chez les adolescentes au Cameroun. Nous avons évalué les connaissances et les pratiques des adolescentes dans le but d'une gestion responsable de la sexualité. La prévention des grossesses indésirées et des maladies sexuellement transmis sibles (MST). Des 670 questionnaires distribués dans 10 classes d'un échantillon aléatoire de 5 établissements de la ville de ...

CAMEROUN ; AFRIQUE SUBSAHARIENNE ; ADOLESCENTE ; GROSSESSE ; SEXUALITE ; ADOLESCENCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 3 - 249-260
Cote : P 303

CAMEROUN ; AVORTEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 56 - p. 41-58
Cote : P 252

À partir de deux études de cas ethnographiques recueillies en France et au Cameroun, cet article analyse, au prisme du genre, la mobilité transnationale de deux couples d’Afrique subsaharienne confrontés à l’infertilité. Les deux cas révèlent un processus similaire de désengagement masculin articulé à une volonté acharnée de la femme à être enceinte. Le travail reproductif avec assistance médicale à la procréation (AMP) s’il peut révéler des pratiques d’émancipation par rapport à des normes socioculturelles (notamment en termes de relations conjugales avec un refus de la polygamie), continue néanmoins de reposer sur les femmes et ne remet pas en cause la dichotomie entre travail productif masculin et travail reproductif féminin.
À partir de deux études de cas ethnographiques recueillies en France et au Cameroun, cet article analyse, au prisme du genre, la mobilité transnationale de deux couples d’Afrique subsaharienne confrontés à l’infertilité. Les deux cas révèlent un processus similaire de désengagement masculin articulé à une volonté acharnée de la femme à être enceinte. Le travail reproductif avec assistance médicale à la procréation (AMP) s’il peut révéler des ...

PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE ; AFRIQUE ; GENRE ; CAMEROUN ; FRANCE ; TOURISME MEDICAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 50 - p. 12-32
Cote : P 247

Après avoir été sous le feu des projecteurs, le sida en milieu carcéral suscite désormais l'inertie et l'indifférence. Un constat qui s'expliquerait par l'interaction délétère de la prison et de la maladie, renforcée par la primauté du sécuritaire sur le sanitaire. Pour le détenu séropositif, la peine est double.

PRISON ; VIH/ SIDA ; DROIT ; FRANCE ; AFRIQUE DU SUD ; CAMEROUN ; ASSOCIATION ; PREVENTION ; BURUNDI ; THAILANDE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 1 - p. 35-60
Cote : P 18

L'Enquête Démographique et de Santé réalisée en 1991 au Cameroun donne les chiffres les plus récents sur le niveau de fécondité dans ce pays. L'ISF y est estimé à 5,8 enfants en moyenne par femme à cette date. Si l'on en croit les résultats de la précédente enquête (1978) qui donnait un nombre moyen d'enfants de 6,5, le Cameroun connaît un léger fléchissement de sa fécondité (11%). Cette diminution est surtout le fait de l'évolution de ce phénomène en milieu urbain et plus précisément à Yaoundé/Douala, les deux principales villes du pays. L'ISF y est passé de 5,3 en 1978 à 4,4 en 1991, soit presqu'un enfant de moins. Outre l'évolution de la fécondité au Cameroun, I'article traite également des déterminants de la fécondité en 1991. Il ressort de cet article que ce phénomène y demeure quasi naturel puisqu'il continue d'être déterminé par la pé riode de non susceptibilité post-partum associée à l'allaitement et l'abstinence sexuelle post-partum. La pratique de l'allaitement maternel et de l'abstinence réduit à elle seule la fécondité de plus de 40 %, et la nuptialité de 17 %. A ces deux facteurs, il convient d'ajouter la stérilité primaire qui touche encore 10 % des femmes de 45-49 ans et dont l'effet inhibiteur sur la fécondité n'est pas à négliger (11%). L'incidence de la contraception est quant à elle faible puis que seules 4 % des femmes utilisaient la contraception en 1991. Ce taux de prévalence est à mettre en parallèle avec une demande d'enfants qui demeure élevée (6,8 enfants désirés en moyenne par femme). On le voit donc, l'évolution future de la fécondité au Cameroun sera déterminée par ceux de ces déterminants proches (en l'occurrence la contraception) qui pourraient à leur tour être influencées par le comportement de la population face à un environnement socioéconomique actuellement défavorable.
L'Enquête Démographique et de Santé réalisée en 1991 au Cameroun donne les chiffres les plus récents sur le niveau de fécondité dans ce pays. L'ISF y est estimé à 5,8 enfants en moyenne par femme à cette date. Si l'on en croit les résultats de la précédente enquête (1978) qui donnait un nombre moyen d'enfants de 6,5, le Cameroun connaît un léger fléchissement de sa fécondité (11%). Cette diminution est surtout le fait de l'évolution de ce ...

CAMEROUN ; NATALITE ; SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE ; CONTRACEPTION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 272
Cote : P 393

Ancien P 168

CAMEROUN ; GYNECOLOGIE ; OBSTETRIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 4
Cote : P 301


vol 21

CAMEROUN ; NIGERIA ; STERILITE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Cameroon (Country profile). | Africa Link 10/1994

Article

UV

- n° 1 - pp 16-17
Cote : P 191

CAMEROUN ; PLANIFICATION FAMILIALE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 1 - p. 131
Cote : P 18


Malgré le développement des politiques de planning familial en Afrique sub-sahaAenne, le déclin de la fécondité ne suit que lentement celui de la mortalité. Pour s'en convaincre, il suffit de constater que les niveaux de la fécondité vont encore de 7,4 enfants par femme au Niger à 4,3 au Zimbabwe (Tabutin, 1997). Pour expliquer ce phénomène, la plupart des auteurs mettent en avant le maintien de mentalités favorables à une forte fécondité. Dans ce cadre, on a multiplié les recherches sur les normes et valeurs des femmes en matière de fécondité et sur les facteurs susceptibles de les modifier (Noumbissi et Wayack, 1994).
Or, il apparaît de plus en plus clairement que la reproduction est davantage un comportement de couple qu'un choix individuel (Akinrinola Bankole, 1995). C'est d'autant plus vrai en Afrique, que le mariage y demeure le lieu privilégié de la procréation. Certains auteurs vont plus loin, en affirmant que le pouvoir de décision dépend principalement du mari. En fait, il faut ajouter que pour comprendre la fécondité, plus paculièrement en Afrique, il est difficile de ne pas tenir compte des pressions exercées par la famille de chacun des conjoints, qu'il a été jusqu'à présent difficile de prendre en compte dans une analyse statistique. Aussi, dans le cadre de ce travail, nous limiterons-nous au couple et nous interrogerons-nous sur la construction des normes et valeurs ainsi que sur la prise de décision au sein du couple.
A partir de l'exemple camerounais, nous allons confronter les normes et valeurs de la femme en matière de fécondité avec celles de son mari. En vue d'expliquer les résultats obtenus, nous essayerons de construire une typologie des couples camerounais à partir des caractéristiques socioéconomiques et des normes et valeurs de chacun des conjoints. Enfin, nous mettrons cette typologie en relation avec la fécondité réalisée. Dans cette ultime étape, il nous sera possible de repérer les parts respectives de l'homme et de la femme dans la prise de décision.

Malgré le développement des politiques de planning familial en Afrique sub-sahaAenne, le déclin de la fécondité ne suit que lentement celui de la mortalité. Pour s'en convaincre, il suffit de constater que les niveaux de la fécondité vont encore de 7,4 enfants par femme au Niger à 4,3 au Zimbabwe (Tabutin, 1997). Pour expliquer ce phénomène, la plupart des auteurs mettent en avant le maintien de mentalités favorables à une forte fécondité. ...

CAMEROUN ; AFRIQUE ; PLANIFICATION FAMILIALE ; COUPLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 3 - 118-123
Cote : P 301

Résumé:
Contexte: l'augmentation du niveau de sensibilisation au VIH et de la connaissance quant à sa transmission et à sa prévention n'a pas toujours été associée à une diminution des comportements sexuels à risques parmi les jeunes Camerounais. Les facteurs associés à ces comportements ne sont pas suffisamment documentés. Méthodes: Des données relatives aux caractéristiques socio-économiques et démographiques et aux comportements sexuels ont été recueillies auprès de 671 jeunes résidents de Bamenda, au Cameroun, en 1995. Les effets de ces caractéristiques sur les rapports sexuels précoces, avec plusieurs partenaires et de passage et la non-utilisation du préservatif ont été analysés au moyen de techniques multi variées. Conclusions: Les jeunes économiquement démunis et ceux vivant dans des milieux moins stables sont plus susceptibles que les autres d 'adopter des comportements sexuels leur faisant courir le risque de contracter le sida. L'amélioration des conditions de vie des familles -celles dirigées par des femmes célibataires, surtout- pourrait aider à ralentir la propagation de la maladie.
Résumé:
Contexte: l'augmentation du niveau de sensibilisation au VIH et de la connaissance quant à sa transmission et à sa prévention n'a pas toujours été associée à une diminution des comportements sexuels à risques parmi les jeunes Camerounais. Les facteurs associés à ces comportements ne sont pas suffisamment documentés. Méthodes: Des données relatives aux caractéristiques socio-économiques et démographiques et aux comportements sexuels ont ...

CAMEROUN ; ASPECT SOCIO-ECONOMIQUE ; VIH/ SIDA ; SEXUALITE ; ADOLESCENCE

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

0

Dossiers

 
Z