m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  CONTRACEPTION PROGESTATIVE | enregistrements trouvés : 34

O

-A +A

Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 60 - p. 28-29
Cote : P 246

Le nombre de femmes utilisant une contraception hormonale augmente au niveau mondial et notamment dans les régions où la prévalence du VIH est élevée. L'information sur les interactions entre contraception hormonale et VIH demeure insuffisante.
1 - Progestérone et VIH
2 - Oestrogènes et VIH
3 - Système immunitaire et cycle menstruel
4 - Hormones et système immunitaire

VIH/ SIDA ; CONTRACEPTION ; CONTRACEPTION HORMONALE ; FEMME ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 314 - p. 886-888
Cote : P 174

Pour réaliser une contraception post coïtale, (dans les 3 jours après un rapport sexuel non protégé ) la référence est la prise de 1,5 mg de lévonorgestrel, un progestatif. Quand il est pris à 4 ou 5 jours après le rapport, son efficacité ne semble guère différente. L'ulipristal est un agoniste -antagoniste du recepteur de la progesterone objet d'une AMM européenne pour la contraception post coïtale dans les 5 jours, alors que l'AMM du lévonorgestrel limite le délai à 3 jours.
L'évaluation clinique de l'ulipristal dans cette situation repose sur deux essais versus levonorgestrel et un essai comparatif. Pour Prescrire, il n'est pas démontré que l'ulipristal apporte quelquechose de vraiment nouveau, et le profil des effets indésirables n'est pas apparu comme plus favorable, mieux vaut rester au levonorgestrel quitte à l'utiliser jusqu'à 5 jours.
Pour réaliser une contraception post coïtale, (dans les 3 jours après un rapport sexuel non protégé ) la référence est la prise de 1,5 mg de lévonorgestrel, un progestatif. Quand il est pris à 4 ou 5 jours après le rapport, son efficacité ne semble guère différente. L'ulipristal est un agoniste -antagoniste du recepteur de la progesterone objet d'une AMM européenne pour la contraception post coïtale dans les 5 jours, alors que l'AMM du ...

CONTRACEPTION D'URGENCE ; EFFICACITE ; ETUDE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : PH 0057 060

Position de l'implant dans le bras. Sur cet photo, il est déposé sur le bras.

METHODE DE CONTRACEPTION ; CONTRACEPTION FEMININE ; CONTRACEPTION HORMONALE ; CONTRACEPTION LONGUE DUREE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; IMPLANT CONTRACEPTIF

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V


Cote : PH 0057 058

Une main montre l'endroit où l'implant devrait être inséré.

METHODE DE CONTRACEPTION ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; CONTRACEPTION HORMONALE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; CONTRACEPTION LONGUE DUREE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. 36 - n° 5 - p. 557-562
Cote : P 2

L'utilisation d'une contraception progestative pure répond à plusieurs grands objectifs.

CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; CONTRACEPTION ESTROPROGESTATIVE ; PRESCRIPTION MEDICALE ; GYNECOLOGIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 360 - p. 24-29
Cote : P 3

I Modes d'actions
II Efficacité de la contraception hormonale
III La contraception hormonale d'urgence, la "pilule du lendemain"
IV Les oestro progestatifs
V Les progestatifs macro-dosés
VI Les micro progestatifs
VIII Conduites à tenir en cas d'oubli ou de décalage horaire de la prise

CONTRACEPTION HORMONALE ; METHODE DE CONTRACEPTION ; CONTRACEPTION FEMININE ; PILULE DU LENDEMAIN ; CONTRACEPTION ESTROPROGESTATIVE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; CONTRACEPTIF INJECTABLE ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; ANNEAU VAGINAL ; PATCH CONTRACEPTIF ; DIAPHRAGME ; ALLAITEMENT ; POST PARTUM

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 265 - p. 645-647
Cote : P 174

Triafemi Tricilest, noms des marques de pilule

PILULE ; ETHINYLESTRADIOL ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; HORMONE ; ACNÉ ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 248 - p. 196-206
Cote : P 174

• Pour la contraception orale, l'association comprenant, par comprimé, = environ 30 µg d'éthinylestradiol + un progestatif, tel que le Iévonorgestrel ou la noréthistérone, constitue la référence.
• Lorsqu'un apport d'estrogène est à éviter, un progestatif seul, à faible dose, a aussi un effet contraceptif. Pour le Iévonorgestrel et la noréthistérone, on dispose d'un recul de plus de 20 ans. La commercialisation du désogestrel est beaucoup plus récente.
• Les données d'évaluation clinique de ce type de contraception concernent surtout la noréthistérone et le Iévonorgestrel (ou son racémique le norgestrel). On dispose seulement de 2 essais comparatifs randomisés versus estroprogestatif et de quelques études de cohorte.
• L'efficacité contraceptive des progestatifs faiblement dosés non associés, administrés en continu, paraît légèrement inférieure à celle des estroprogestatifs, et varie selon les études.
• Les différents progestatifs ont une efficacité similaire dans cette situation.
• Leur efficacité ne se distingue pas de celle des estroprogestatifs chez les femmes peu fertiles, les plus âgées et en cas d'allaitement.
• La moitié des échecs sont dus à une erreur de prise attribuable à la femme elle-même.
• Les principaux effets indésirables sont des troubles du cycle menstruel, surtout des saignements durant le cycle et un cycle prolongé. Ils surviennent chez environ la moitié des femmes. Ces troubles sont la principale cause d'interruption de la contraception par progestatif faiblement dosé. Il n'y a pas de différence entre progestatifs. Les causes exactes de ces saignements sont mal connues. Leur prise en charge est mal codifiée.
• Cette contraception augmente la fréquence des follicules persistants, structures liquidiennes à l'échographie, souvent nommées kystes fonctionnels, sur les ovaires. Cela est sans conséquence clinique démontrée. Mais le diagnostic différentiel d'avec des lésions organiques est parfois délicat.
• Les taux de continuation de cette contraception sont faibles: jusqu'à deux tiers d'arrêt dans un délai de 2 ans, mais une partie des arrêts sont planifiés, liés par exemple à la fin de l'allaitement.
• En cas de grossesse sous progestatif, il existe un risque de 5 % environ que la grossesse soit extra-utérine.
• En cas de grossesse survenant sous progestatif faiblement dosé, il ne paraît pas y avoir de risque augmenté de malformations chez l'enfant à naître.
• Les données cliniques chez les femmes qui présentent une contre-indication vis-à-vis des estroprogestatifs sont peu nombreuses voire inexistantes. Pour les diabétiques, pour les patientes présentant des antécédents thromboembolique ou d'accident artériel, il existe des données biologiques ou épidémiologiques rassurantes.
• Aucune donnée clinique ne montre un risque accru de cancer lié aux progestatifs faiblement dosés non associés, mais les données sont très limitées.
• Le Iévonorgestrel et la noréthistérone faiblement dosés ne paraissent pas avoir d'effets indésirables sur l'allaitement ni l'enfant allaité.
• Les progestatifs faiblement dosés sont à prendre en continu, à heure fixe, dès le premier jour des règles pour éviter une grossesse en cours. Le délai avant qu'un effet contraceptif puisse être garanti est incertain, vraisemblablement de l'ordre d'une semaine.
• En cas de retard à la prise du comprimé, compte tenu de la courte demivie moyenne d'élimination plasmatique des progestatifs faiblement dosés, on estime en général que l'effet sur la glaire cervicale participant à l'action contraceptive pourrait s'atténuer rapidement. 3 heures de retard dans la prise est le délai généralement retenu pour craindre un échec de la contraception, sans véritable évaluation de ce délai. En cas de rapport sexuel dans ces conditions, une contraception par préservatif ou contraception hormonale postcoïtale est recommandée pendant 2 jours à 7 jours suivant la reprise du contraceptif.
• Pour la contraception orale, l'association comprenant, par comprimé, = environ 30 µg d'éthinylestradiol + un progestatif, tel que le Iévonorgestrel ou la noréthistérone, constitue la référence.
• Lorsqu'un apport d'estrogène est à éviter, un progestatif seul, à faible dose, a aussi un effet contraceptif. Pour le Iévonorgestrel et la noréthistérone, on dispose d'un recul de plus de 20 ans. La commercialisation du désogestrel est beaucoup plus ...

CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; PILULE PROGESTATIVE MICRODOSEE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- non paginé
Cote : 133 IFR

Principe de la contraception orale, les progestatifs et oestrogènes de synthèse. Les méthodes de contraception orale et leur application pratique. Risques et inconvénients des contraceptifs oraux. Principe de la contraception intra-utérine. Application pratique de la contraception par DIU, évaluation de ses risques.Les méthodes naturelles de contraception, les méthodes mécaniques et les spermicides locaux. La contraception masculine. Aspects relationnels de la contraception et les résistances. Stérilisation de l'homme et de la femme. L'interruption de grossesse.
Principe de la contraception orale, les progestatifs et oestrogènes de synthèse. Les méthodes de contraception orale et leur application pratique. Risques et inconvénients des contraceptifs oraux. Principe de la contraception intra-utérine. Application pratique de la contraception par DIU, évaluation de ses risques.Les méthodes naturelles de contraception, les méthodes mécaniques et les spermicides locaux. La contraception masculine. Aspects ...

PILULE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; METHODE D'ABSTINENCE PERIODIQUE ; CONTRACEPTION MASCULINE ; STERILISATION ; CONTRACEPTION ; AVORTEMENT ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 89 p.
Cote : 133 IPP

publications médicales de l'IPPF
Préface; Introduction; Motivation et conseils; Méthodes de contraception; Méthodes féminines: Contraceptifs hormonaux, Pilules combinées, Pilules ne contenant que du progestatif, Injectables, Implants, Dispositifs intra-utérins, Diaphragmes et capes, Spermicides, Abstinence périodique, L'allaitement maternel comme méthode de contraception; Méthodes masculines: Retrait, Préservatifs; Stérilisation; Grossesse; Stérilité
publications médicales de l'IPPF
Préface; Introduction; Motivation et conseils; Méthodes de contraception; Méthodes féminines: Contraceptifs hormonaux, Pilules combinées, Pilules ne contenant que du progestatif, Injectables, Implants, Dispositifs intra-utérins, Diaphragmes et capes, Spermicides, Abstinence périodique, L'allaitement maternel comme méthode de contraception; Méthodes masculines: Retrait, Préservatifs; Stérilisation; Grossesse; ...

PLANIFICATION FAMILIALE ; METHODE DE CONTRACEPTION ; SAGE-FEMME ; INFIRMIERE ; CONTRACEPTION ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; CONTRACEPTIF INJECTABLE ; PILULE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; DIAPHRAGME ; CAPE CERVICALE ; GEL SPERMICIDE ; POST PARTUM ; CONTRACEPTION MASCULINE ; RETRAIT ; PRESERVATIF MASCULIN ; STERILISATION VOLONTAIRE ; GROSSESSE ; STERILITE ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 421 p.
Cote : 133 GUI


Introduction; Mode d'action et efficacité des oestroprogestatifs; Interactions médicamenteuses; Indications particulières des oestroprogestatifs; Indication des oestroprogestatifs chez la jeune fille; Indication des oestroprogestatifs dans le post partum et le post abortum; Indications d'un traitement hormonal aux alentours de la ménopause; Etudes des effets secondaires des oestroprogestatifs. Conclusions.

CONTRACEPTION FEMININE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 7 - p. 616-624
Cote : P 2

Si la fertilité après 40 ans chute, les risques de grossesse spontanée ne sont toutefois pas négligeables et la contraception de la femme de la quarantaine reste une nécessité. Différentes méthodes de contraception peuvent lui être proposées: méthodes locales, dispositifs intra-utérins, contraception hormonale. Les pilules progestatives pures microdosées en continu ne sont pas indiquées car elles peuvent être à l'origine de manifestations d'hyperestrogénie non souhaitables à cette période de la vie de la femme. Les implants progestatifs peuvent être intéressants en cas de contre-indications aux estrogènes et d'observance des contraceptifs oraux déficiente. La « pilule » estroprogestative présente de nombreux avantages après 40 ans : régularisation des cycles et des règles, réduction de la perte osseuse, de certaines affections gynécologiques, du risque de cancer de l'endomètre et de l'ovaire... Cependant, le risque vasculaire (accident thrombo-embolique veineux et accident artériel) demeure augmenté, quel que soit le type de « pilule » estroprogestative utilisée, de deuxième ou troisième génération, et malgré la réduction des doses d'éthinylestradiol, même si une tendance à l'amélioration de ce risque peut être observée. Ainsi, une contre-indication à la pilule estroprogestative est une contre-indication pour toutes les pilules estroprogestatives et le strict respect des contreindications est indispensable. Celles-ci ont d'ailleurs conduit à l'utilisation à visée contraceptive des progestatifs normodosés antigonadotropes; les dérivés prégnanes, dénués d'effets délétères métaboliques, n'ont cependant pas I'AMM dans l'indication «contraception ».
Si la fertilité après 40 ans chute, les risques de grossesse spontanée ne sont toutefois pas négligeables et la contraception de la femme de la quarantaine reste une nécessité. Différentes méthodes de contraception peuvent lui être proposées: méthodes locales, dispositifs intra-utérins, contraception hormonale. Les pilules progestatives pures microdosées en continu ne sont pas indiquées car elles peuvent être à l'origine de manifestations ...

CONTRACEPTION HORMONALE ; FEMME DE PLUS DE 40 ANS ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN ; METHODE BARRIERE CONTRACEPTIVE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; PILULE ESTROPROGESTATIVE ; RISQUE ; MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE ; MALADIE CARDIOVASCULAIRE ; CANCER ; COL DE L'UTERUS ; OVAIRE ; FRANCE ; CANCER DU COL DE L'UTERUS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 453 - p. 17-18
Cote : P 67

En fonction de leur mécanisme physiopathologique, les connectivites peuvent bénéficier de contraceptions diverses. Comme l'a expliqué Anne Gompel (Hôtel-Dieu, Paris) lors de la 6 session de I'EPUNG , les hormones ne sont pas hors jeu. Les progestatifs prégnanes en particulier rendent des services appréciables.

SYNDROME PREMENSTRUEL ; REGLES ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; TRAITEMENT MEDICAL ; FEMME ; HORMONE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 450 - p. 9
Cote : P 67

Après Minesse ou Melodia en 1999, Cerazette en 2000 et Implanon en 2001, de nouvelles contraceptions non encore commercialisées en France se profilent. Déjà autorisées dans les pays voisins ou aux Etats-Unis, elles ont été présentées en détail par Nelly Hormasson lors de la 6ème session de l'EPUNG (Enseignement post universitaire national de la gynécologie).

PILULE ; PATCH CONTRACEPTIF ; METHODE DE CONTRACEPTION ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; PILULE PROGESTATIVE MICRODOSEE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Filtrer

Type
Date de parution
Auteurs
Descripteurs

CONTRACEPTION PROGESTATIVE [34]

FRANCE [23]

METHODE DE CONTRACEPTION [11]

PILULE [9]

CONTRACEPTION FEMININE [8]

CONTRACEPTION HORMONALE [8]

IMPLANT CONTRACEPTIF [8]

CONTRACEPTION [5]

FEMME [5]

CONTRACEPTION LONGUE DUREE [4]

POST PARTUM [4]

RISQUE [4]

ALLAITEMENT [3]

CONTRACEPTIF INJECTABLE [3]

CONTRACEPTION D'URGENCE [3]

CONTRACEPTION MASCULINE [3]

DISPOSITIF INTRA-UTERIN [3]

HORMONE [3]

PILULE PROGESTATIVE [3]

AVORTEMENT [2]

CANCER [2]

CONTRACEPTION ESTROPROGESTATIVE [2]

COUT [2]

DIAPHRAGME [2]

FEMME DE PLUS DE 40 ANS [2]

GROSSESSE EXTRA-UTERINE [2]

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE [2]

MALADIE CARDIOVASCULAIRE [2]

MENOPAUSE [2]

METHODE D'ABSTINENCE PERIODIQUE [2]

PATCH CONTRACEPTIF [2]

PILULE DU LENDEMAIN [2]

PILULE ESTROPROGESTATIVE [2]

PILULE ESTROPROGESTATIVE MICRODOSÉE [2]

PILULE MINIDOSÉE [2]

PILULE PROGESTATIVE MICRODOSEE [2]

PRESCRIPTION MEDICALE [2]

PRESERVATIF MASCULIN [2]

REGLES [2]

SYNDROME PREMENSTRUEL [2]

TRAITEMENT MEDICAL [2]

ACCOMPAGNEMENT [1]

ACCUEIL [1]

ACCUEIL COLLECTIF [1]

ACNÉ [1]

ADOLESCENTE [1]

AMENORRHEE [1]

ANESTHESIE [1]

ANESTHESIE GENERALE [1]

ANESTHESIE LOCALE [1]

ANNEAU VAGINAL [1]

ASPECT MEDICAL [1]

ASPECT SOCIO-CULTUREL [1]

ASSOCIATION NATIONALE DES CENTRES D'INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET CONTRACEPTION [1]

AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE [1]

AVORTEMENT CHIRURGICAL [1]

AVORTEMENT MEDICAMENTEUX [1]

AVORTEMENT MEDICAMENTEUX AVEC HOSPITALISATION [1]

CANCER DU COL DE L'UTERUS [1]

CANCER DU SEIN [1]

CAPE CERVICALE [1]

COL DE L'UTERUS [1]

COMPLICATION [1]

CONSEILLER-E CONJUGAL-E ET FAMILIAL-E [1]

CONTRACEPTION POST ABORTUM [1]

CONTRE-INDICATION [1]

COUNSELING [1]

DROITS DES FEMMES [1]

EFFET SECONDAIRE [1]

EFFICACITE [1]

ENQUETE [1]

ENTRETIEN PRE-IVG [1]

ENTRETIEN SOCIAL PRE-IVG [1]

ETHINYLESTRADIOL [1]

ETUDE [1]

FECONDITE [1]

GEL SPERMICIDE [1]

GROSSESSE [1]

GYNECOLOGIE [1]

INFIRMIERE [1]

INTERACTION MEDICAMENTEUSE [1]

MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE [1]

MATERNITE [1]

METHODE BARRIERE CONTRACEPTIVE [1]

METHODE D'AVORTEMENT [1]

MIFEPRISTONE [1]

ORGANES SEXUELS FEMININS [1]

OVAIRE [1]

PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT [1]

PLANIFICATION FAMILIALE [1]

PLANNING FAMILIAL [1]

PREVENTION [1]

PROFESSIONNEL DE LA SANTE [1]

RECHERCHE MEDICALE [1]

REMBOURSEMENT [1]

RETRAIT [1]

SAGE-FEMME [1]

SANG [1]

SANTE DES FEMMES [1]

SEXUALITE [1]

STERILISATION [1]

J Plus

Z