Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Underreporting of induced and spontaneous abortion in United States : an analysis of the 2002 national survey of family growth. | Studies in Family Planning 09/2007

Article

UV

vol. 38 - n° 3 - p. 187-197
Cote : P 303

ETATS-UNIS ; AVORTEMENT ; STATISTIQUE ; FAUSSE COUCHE

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

0

Dossiers

 
Z
e1'>CURETAGE ; HYSTERECTOMIE ; FAUSSE COUCHE ; POST PARTUM ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les avortements spontanés du 1er trimestre de grossesse : l'aspiration utérine est-elle toujours de mise? collectif | Gynécologie-Obstétrique-Fertilité 10/2002

Article

UV

- n° 10 - p. 799-806
Cote : P 2

Les avortements spontanés du premier trimestre représentent une pathologie très fréquente en gynécologie-obstétrique (plus de 10 % des grossesses cliniques). Depuis le milieu du vingtième siècle, où la fréquence des avortements provoqués clandestins était très élevée, leur traitement repose sur l'évacuation rapide du contenu utérin par une aspiration utérine afin de réduire les pates sanguines, le nombre et le risque des infections (" crainte de la septicémie "). Ce traitement chirurgical, considéré comme le gold standard, est actuellement pratiqué pour presque toutes les grossesses arrêtées de plus de 7-8 semaines d'aménorrhée en France (soit plus de 40 000 en 1999) et souvent sous anesthésie générale. L'arrivée de l'échographie, en particulier endo-vaginale permettant un diagnostic plus précoce et le développement de nouvelles thérapeutiques nécessitent de reconsidérer le traitement de cette pathologie. En effet, la littérature nous rapporte depuis quelques innées deux autres façons de gérer l'expulsion des avortements spontanés du premier trimestre. La première est l'expectative prônée en particulier par les Allemands durant tout le premier trimestre de la grossesse. Cependant, elle nécessite du temps (jusqu'à I mois pour certains) et une prise en charge psychologique. La seconde, c'est le traitement médical utilisant le misoprostol ou la mifépristone éventuel1ement associés entre eux au-delà de 7 semaines d'aménorrhée permettant de réduire de 70 à 80 % le nombre d'aspiration utérine. es deux méthodes sont très peu pratiquées en France. L'objectif de cet article est donc de réaliser une revue de la littérature sur les modalités d'expulsion des avortements spontanés du 1er trimestre de la grossesse, de remettre en cause l'aspiration utérine comme traitement le référence et de proposer une nouvelle approche.
Les avortements spontanés du premier trimestre représentent une pathologie très fréquente en gynécologie-obstétrique (plus de 10 % des grossesses cliniques). Depuis le milieu du vingtième siècle, où la fréquence des avortements provoqués clandestins était très élevée, leur traitement repose sur l'évacuation rapide du contenu utérin par une aspiration utérine afin de réduire les pates sanguines, le nombre et le risque des infections (" crainte de ...

FAUSSE COUCHE ; METHODE ABORTIVE PAR ASPIRATION ; GYNECOLOGIE ; OBSTETRIQUE ; ANESTHESIE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

L'impact du stress dans le dialogue materno-foetal. collectif | Gynécologie-Obstétrique-Fertilité 09/2003

Article

UV

- n° 9 - p. 778-781
Cote : P 2

La grossesse est le résultat d'un équilibre complexe et évolutif des systèmes de reconnaissance entre la mère et le foetus mettant enjeu de nombreux acteurs de l'immunologie, cellules ou molécules. L'hypothèse qui nous intéresse ici est que le stress perturberait cet équilibre nécessaire. En modèle animal et humain, certaines études ont exploré les circuits psycho-neuro-immunologiques pouvant être impliqués dans des fausses couches à répétition et les échecs de FIV Le lien est indiscutable mais peu systématisable. La nature du stress, les capacités d'adaptation de sujet, le caractère aigu ou chronique du stress influent ; leurs variations induisent des effets immunologiques potentiellement inverses. Le contrôle du stress des patientes par l'équipe soignante est néanmoins indiscutablement bénéfique dans toute prise en charge d'infertilité.
La grossesse est le résultat d'un équilibre complexe et évolutif des systèmes de reconnaissance entre la mère et le foetus mettant enjeu de nombreux acteurs de l'immunologie, cellules ou molécules. L'hypothèse qui nous intéresse ici est que le stress perturberait cet équilibre nécessaire. En modèle animal et humain, certaines études ont exploré les circuits psycho-neuro-immunologiques pouvant être impliqués dans des fausses couches à répétition ...

FAUSSE COUCHE ; GROSSESSE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Bilan immunologique d'une maladie abortive: quels examens demander? collectif | Gynécologie-Obstétrique-Fertilité 09/2003

Article

UV

- n° 9 - p. 786-788
Cote : P 2

Les avortements spontanés à répétition, ou maladie abortive, correspondent à plusieurs avortements successifs du premier trimestre sans grossesse intercalaire menée à terme. L'implication de processus auto-immuns dans ces arrêts de grossesse répétés est désormais bien reconnue. La liste des examens biologiques proposés dans les avortements inexpliqués s'inspire du bilan immunologique du lupus érythémateux disséminé dans lequel la grossesse s'accompagne d'un risque élevé pour le foetus. D'autres examens sont dérivés des hypothèses issues des travaux sur l'immunologie de la grossesse, mais certains n'ont pas fait la preuve de leur intérêt et nécessitent encore des travaux de recherche clinique et immunologique sérieux.
Les avortements spontanés à répétition, ou maladie abortive, correspondent à plusieurs avortements successifs du premier trimestre sans grossesse intercalaire menée à terme. L'implication de processus auto-immuns dans ces arrêts de grossesse répétés est désormais bien reconnue. La liste des examens biologiques proposés dans les avortements inexpliqués s'inspire du bilan immunologique du lupus érythémateux disséminé dans lequel la grossesse ...

FAUSSE COUCHE ; FRANCE

... Lire [+]