m

Documents  IMPLANT CONTRACEPTIF | enregistrements trouvés : 85

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
2y


Cote : A 0895 CONT

Cette affiche, blanche sur fond mauve, a été réalisée par le Planning Familial. Elle présente les différents moyens de contraception. Chaque moyen est décrit succintement et comporte une photo. Cette affiche peut très bien servir d'outil pédagogique, en complément de la brochure contraception, disponible également au centre de documentation du MFPF. 3ème édition

CONTRACEPTION ; METHODE DE CONTRACEPTION ; CONTRACEPTION FEMININE ; CONTRACEPTION HORMONALE ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN ; METHODE BARRIERE CONTRACEPTIVE ; PATCH CONTRACEPTIF ; PILULE ; PRESERVATIF MASCULIN ; PRESERVATIF FEMININ ; ANNEAU VAGINAL ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; CONTRACEPTIF INJECTABLE ; DIAPHRAGME ; CAPE CERVICALE ; OUTIL PEDAGOGIQUE ; EDUCATION A LA SEXUALITE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 36 - n° 398 - p. 905
Cote : P 174

En octobre 2016, l'agendre française des produits de santé a rapporté 18 observations de migration d'implant contraceptifs à base d'étonogestrel (Nexplanon, ex Implanon) dans des vaisseaux sanguins, y compris dans l'artère pulmonaire et dans la paroi thoracique.

IMPLANT CONTRACEPTIF ; EFFET SECONDAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 357 - p. 513-516
Cote : P 174

Sans exposition à un contraceptif hormonal, le risque annuel de thrombose veineuse est estimé entre 5 cas et 10 cas pour 100 000 femmes âgées de 15 ans à 44 ans. Le risque augmente avec l'âge chez toutes les femmes. Le risque est d'environ 60 thromboses pour 100 000 grossesses.

CONTRACEPTION ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; ANNEAU VAGINAL ; RISQUE ; MALADIE CARDIOVASCULAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 3 - p. 73-75
Cote : P 200

Il existe une aujourd'hui plus d'une dizaine de contraceptifs performants, la majorité des françaises ne connaissent que la pilule pourtant bien plus contraignante. Encore trop de tabous, les choix de contraception se heurtent aux habitudes, aux idées reçues et à une information caricaturale, chargée de préjugés.

CONTRACEPTION ; METHODE DE CONTRACEPTION ; ANNEAU VAGINAL ; PATCH CONTRACEPTIF ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; COUT ; COUNSELLING

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 284 - p. 434-435
Cote : P 174

L'implant sous-cutané à base d'étonogestrel est destiné à assurer une contraception durant 3 ans. Il est parfois difficile à localiser avant son retrait, réalisés sous anesthésie locale dans certains cas. Des lésions du nerf ulnaire (alias nerf cubital) à la face interne du bras, en lien avec la manipulation de l'implant ont été rapportées surtout du retrait. La récupération des troubles neurologiques est parfois lente et incertaine.

IMPLANT CONTRACEPTIF ; RISQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 360 - p. 24-29
Cote : P 3

I Modes d'actions
II Efficacité de la contraception hormonale
III La contraception hormonale d'urgence, la "pilule du lendemain"
IV Les oestro progestatifs
V Les progestatifs macro-dosés
VI Les micro progestatifs
VIII Conduites à tenir en cas d'oubli ou de décalage horaire de la prise

CONTRACEPTION HORMONALE ; METHODE DE CONTRACEPTION ; CONTRACEPTION FEMININE ; PILULE DU LENDEMAIN ; CONTRACEPTION ESTROPROGESTATIVE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; CONTRACEPTIF INJECTABLE ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; ANNEAU VAGINAL ; PATCH CONTRACEPTIF ; DIAPHRAGME ; ALLAITEMENT ; POST PARTUM

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 33 - n° 12 - p. 986-990
Cote : P 2

IMPLANT CONTRACEPTIF

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 314 - p. 13-14
Cote : P 7

Implant, patch, anneau vaginal, l'offre contraceptive se diversifie pour le plus grand plaisir des femmes.

PATCH CONTRACEPTIF ; ANNEAU VAGINAL ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 1 - entier
Cote : P 384

Stérilet, implant contraceptif, pilule, anneau vaginal et patch.

METHODE DE CONTRACEPTION ; EFFET SECONDAIRE ; MONDE ; STATISTIQUE ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN HORMONAL ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; PILULE ; ANNEAU VAGINAL ; PATCH CONTRACEPTIF ; RISQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 7 - p. 616-624
Cote : P 2

Si la fertilité après 40 ans chute, les risques de grossesse spontanée ne sont toutefois pas négligeables et la contraception de la femme de la quarantaine reste une nécessité. Différentes méthodes de contraception peuvent lui être proposées: méthodes locales, dispositifs intra-utérins, contraception hormonale. Les pilules progestatives pures microdosées en continu ne sont pas indiquées car elles peuvent être à l'origine de manifestations d'hyperestrogénie non souhaitables à cette période de la vie de la femme. Les implants progestatifs peuvent être intéressants en cas de contre-indications aux estrogènes et d'observance des contraceptifs oraux déficiente. La " pilule " estroprogestative présente de nombreux avantages après 40 ans : régularisation des cycles et des règles, réduction de la perte osseuse, de certaines affections gynécologiques, du risque de cancer de l'endomètre et de l'ovaire... Cependant, le risque vasculaire (accident thrombo-embolique veineux et accident artériel) demeure augmenté, quel que soit le type de " pilule " estroprogestative utilisée, de deuxième ou troisième génération, et malgré la réduction des doses d'éthinylestradiol, même si une tendance à l'amélioration de ce risque peut être observée. Ainsi, une contre-indication à la pilule estroprogestative est une contre-indication pour toutes les pilules estroprogestatives et le strict respect des contreindications est indispensable. Celles-ci ont d'ailleurs conduit à l'utilisation à visée contraceptive des progestatifs normodosés antigonadotropes; les dérivés prégnanes, dénués d'effets délétères métaboliques, n'ont cependant pas I'AMM dans l'indication "contraception ".
Si la fertilité après 40 ans chute, les risques de grossesse spontanée ne sont toutefois pas négligeables et la contraception de la femme de la quarantaine reste une nécessité. Différentes méthodes de contraception peuvent lui être proposées: méthodes locales, dispositifs intra-utérins, contraception hormonale. Les pilules progestatives pures microdosées en continu ne sont pas indiquées car elles peuvent être à l'origine de manifestations ...

CONTRACEPTION HORMONALE ; FEMME DE PLUS DE 40 ANS ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN ; METHODE BARRIERE CONTRACEPTIVE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; PILULE ESTROPROGESTATIVE ; RISQUE ; MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE ; MALADIE CARDIOVASCULAIRE ; CANCER ; COL DE L'UTERUS ; OVAIRE ; FRANCE ; CANCER DU COL DE L'UTERUS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 36 - n° 1 - 3-4
Cote : P 101

IMPLANT CONTRACEPTIF ; SANTE DES FEMMES ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 450 - p. 9
Cote : P 67

Après Minesse ou Melodia en 1999, Cerazette en 2000 et Implanon en 2001, de nouvelles contraceptions non encore commercialisées en France se profilent. Déjà autorisées dans les pays voisins ou aux Etats-Unis, elles ont été présentées en détail par Nelly Hormasson lors de la 6ème session de l'EPUNG (Enseignement post universitaire national de la gynécologie).

PILULE ; PATCH CONTRACEPTIF ; METHODE DE CONTRACEPTION ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; PILULE PROGESTATIVE MICRODOSEE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 217 - p. 330-333
Cote : P 174

• La référence en matière de contraception hormonale est l'utilisation d'un contraceptif estroprogestatif. Un contraceptif hormonal à action prolongée est à envisager en cas de difficultés à utiliser un autre moyen de contraception.
• En France, deux contraceptifs injectables, à administrer tous les 3 mois, sont déjà disponibles: I'acétate de médroxyprogestérone (Dépo-Provera°) et l'énanthate de noréthistérone (Noristérat°).
• Il s'y ajoute l'étonogestrel commercialisé sous forme d'implant sous cutané (Implanon°), censé être efficace durant 3 ans.
• Le dossier d'évaluation clinique de l'implant d'étonogestrel ne comporte aucun essai versus médroxyprogestérone ou noréthistérone. Son efficacité contraceptive est similaire à celle d'autres contraceptifs. Dans les essais, aucune grossesse n'a été rapportée à
3 ans chez 546 femmes; ni à 4 ans chez 332 femmes. L'effet contraceptif n'est pas établi chez les obèses durant la troisième année. Après retrait, des grossesses sont intervenues dans les 3 mois, mais les données sont très limitées.
• Dans les essais, certains événements indésirables ont été plus fréquents en début de traitement: des saignements génitaux plus fréquents (9 % des femmes au premier trimestre), et des saignements prolongés (28 %). Ces troubles ont ensuite diminué avec le temps. Ils ont conduit au retrait de l'implant chez 21 % des femmes dans les essais européens et canadiens. Au-delà du troisième mois après l'insertion, 24 % des femmes ont eu une aménorrhée et environ 25 à 35 % ont eu des règles moins fréquentes; ces troubles ont conduit au retrait de l'implant chez environ 2 % des femmes incluses dans les essais.
• 36,9 % des femmes sous implant ont présenté une prise de poids supérieure à 3 kg en 2 ans.
• L'insertion sous-cutanée et le retrait de l'implant sont aisés, sous anesthésie locale. Dans les essais des saignements ou une impossible mise en place de l'implant notés chez 0,6 % des femmes.
• La dépense médicamenteuse annuelle pour un implant d'étonogestrel est de 302,06 FF, soit environ 3 fois supérieure à celle d'injections de Dépo-Provera° ou de Noristérat.
• En pratique, quand une contraception hormonale de longue durée choisie, I'implant d'étonogestrel, peut être préféré à des injections trimestrielles de médroxyprogestérone ou de noréthistérone.
• La référence en matière de contraception hormonale est l'utilisation d'un contraceptif estroprogestatif. Un contraceptif hormonal à action prolongée est à envisager en cas de difficultés à utiliser un autre moyen de contraception.
• En France, deux contraceptifs injectables, à administrer tous les 3 mois, sont déjà disponibles: I'acétate de médroxyprogestérone (Dépo-Provera°) et l'énanthate de noréthistérone (Noristérat°).
• Il s'y ajoute ...

IMPLANT CONTRACEPTIF ; CONTRACEPTIF INJECTABLE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 34 - n° 1 - 1-3
Cote : P 101

CONTRACEPTION ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; FRANCE

... Lire [+]

Z