m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  INFIRMIERE SCOLAIRE | enregistrements trouvés : 21

O

-A +A

Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 51 p.
Cote : 120 ERO

Dialogue n° 170 - Eros et logos. Education et sexualité
La sexualité, dans tous ses états et dimensions, intéresse l'éducation nouvelle. Les discours produits posent des questions socialement vives, enjeux de batailles politiques. Centrées essentiellement sur le champ scolaire, les contributions à ce numéro s'organisent autour de trois grandes thématiques :
- L'éducation à la sexualité. Ses différents aspects : biologique, affectif, social, sont à construire avec les élèves.
- La jouissance d'apprendre. Le désir de savoir se noue dans la continuité entre curiosité intellectuelle et curiosité sexuelle. En tant qu'émotion, la sexualité occupe une grande place dans les processus d'apprentissage et de création.
- Les questions de genre. Le genre qui se construit dès la maternelle. Le genre qui informe la langue, son orthographe et sa grammaire.
Chaque fois, ce qui intéresse, c'est recentrer la réflexion sur la question politique, sur sexualité et position de pouvoir. La sexualité, l'amour, sont des pratiques socialement construites. Il s'agit alors d'éduquer à un rapport au monde, émancipateur.
Dialogue n° 170 - Eros et logos. Education et sexualité
La sexualité, dans tous ses états et dimensions, intéresse l'éducation nouvelle. Les discours produits posent des questions socialement vives, enjeux de batailles politiques. Centrées essentiellement sur le champ scolaire, les contributions à ce numéro s'organisent autour de trois grandes thématiques :
- L'éducation à la sexualité. Ses différents aspects : biologique, affectif, social, ...

EDUCATION A LA SEXUALITE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; ADOLESCENCE ; SYSTEME SCOLAIRE ; GENRE ; LITTERATURE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. 36 - n° 395 - p. 661
Cote : P 174

En France, les infirmiers scolaires sont autorisés à donner une contraception oragle d'urgence aux élèves, sans qu'elles soient dans une situation de "détresse".

CONTRACEPTION D'URGENCE ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- p. 36-38
Cote : 142 RES w

Les chefs d’établissements peuvent être amenés à s’interroger sur l’attitude à adopter lorsque des élèves mineures sollicitent une autorisation de sortie en vue de recourir à la contraception ou afin d’effectuer des démarches pour une intervention volontaire de grossesse (I.V.G.) et sur le régime de responsabilité qui leur est applicable. Si le législateur a fixé un cadre juridique pour la contraception et l’I.V.G. des mineures, son application en milieu scolaire peut susciter certaines interrogations.
Les chefs d’établissements peuvent être amenés à s’interroger sur l’attitude à adopter lorsque des élèves mineures sollicitent une autorisation de sortie en vue de recourir à la contraception ou afin d’effectuer des démarches pour une intervention volontaire de grossesse (I.V.G.) et sur le régime de responsabilité qui leur est applicable. Si le législateur a fixé un cadre juridique pour la contraception et l’I.V.G. des mineures, son application ...

AVORTEMENT ; CONTRACEPTION D'URGENCE ; ADOLESCENTE ; COLLEGE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; FRANCE ; ACCOMPAGNEMENT ; LEGISLATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 423 - p. 10-49
Cote : P 114

Sommaire du dossier :
- De la prévention des maladies sexuellement transmissibles à la santé sexuelle
- Former les professionnels de santé au respect des identités sexuelles
Katell Daniault
- « Dans le cabinet du médecin, la dimension affective et sexuelle du patient est un continent caché »
- Sexualité, contraception : un réseau d’information et de prise en charge dans le Haut-Rhin
- «La fréquence des consultations prénatales permet de libérer la parole»
- Le pharmacien : « Un rôle d’éducation, de conseil et d’orientation des usagers sur la sexualité et la contraception »
- Pass contraception : un accès gratuit à la contraception pour les mineures
- Cybercrips/Crips Île-de-France : un espace d’information pour les jeunes
- Planning familial : « Un lieu d’écoute, d’accès aux soins et aux droits » Entretien avec Véronique Séhier
- Grossesses non souhaitées : un programme de sensibilisation des jeunes dans le Médoc
- Tarn-et-Garonne : un bus du Planning pour informer sur la sexualité
Lorette Martineau, Sandy Beauvais
- Infirmières scolaires : « Accompagner les jeunes dans leurs questionnements »
Accès au dépistage VIH-sida-IST :
lieux, modes d’intervention et d’écoute spécifiques
- « Former les professionnels pour lever le tabou sur la sexualité »
Sommaire du dossier :
- De la prévention des maladies sexuellement transmissibles à la santé sexuelle
- Former les professionnels de santé au respect des identités sexuelles
Katell Daniault
- « Dans le cabinet du médecin, la dimension affective et sexuelle du patient est un continent caché »
- Sexualité, contraception : un réseau d’information et de prise en charge dans le Haut-Rhin
- «La fréquence des consultations prénatales permet de libérer ...

SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE ; FRANCE ; PLANNING FAMILIAL ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; PROFESSIONNEL DE LA SANTE ; FORMATION ; RESPECT DE L'AUTRE ; SEXUALITE ; RESEAU ; CONTRACEPTION ; PHARMACIEN ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; INFIRMIERE SCOLAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. 0 - n° 415 - p.17-19
Cote : P 114

L’étude de l’évolution du métier d’infirmier(ère), depuis la création du diplôme en 1922 jusqu’à la réforme de la formation en 2009, montre comment le rôle de soin et de prévention naturellement dévolu à l’infirmier(ère) de l'Éducation nationale a évolué vers une activité d’éducation à la santé, aujourd’hui confortée dans une «mission de promotion de la santé en faveur des élèves».
Celle-ci pourra s’exercer en tissant des liens avec les partenaires associés, ce que souligne le cadre réglementaire, et en déployant les compétences du référentiel métier maîtrisées par ces professionnels.
L’étude de l’évolution du métier d’infirmier(ère), depuis la création du diplôme en 1922 jusqu’à la réforme de la formation en 2009, montre comment le rôle de soin et de prévention naturellement dévolu à l’infirmier(ère) de l'Éducation nationale a évolué vers une activité d’éducation à la santé, aujourd’hui confortée dans une «mission de promotion de la santé en faveur des élèves».
Celle-ci pourra s’exercer en tissant des liens avec les ...

INFIRMIERE SCOLAIRE ; PREVENTION ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; SANTE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 407
Cote : P 114

Dans les établissements, l'infirmier scolaire est le référent en éducation pour la snté. Mais comment, dans la pratique, agir pour la santé globale des élèves alors qu'ils sont souvent mobilisés pour dispenser du soin ? Avec le soutien fort de l'établissement et par un travail en partenariat avec les enseignants.

INFIRMIERE SCOLAIRE ; EDUCATION ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; SANTE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 57 p.
Cote : 122 MEJ

Dans une première partie, nous définirons le cadre réglementaire de l'EVAS, ainsi que quelques concepts rattachés à la mise en oeuvre de ce travail. Nous présenterons ensuite notre enquête et ses résultats, pour revenir à nos hypothèses de départ.

EDUCATION A LA SEXUALITE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; ADOLESCENCE ; PLANNING FAMILIAL ; CONSEILLER-E CONJUGAL-E ET FAMILIAL-E ; FRANCE ; COLLEGE ; LYCEE ; EDUCATION À LA VIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 33 p.
Cote : 133 HAM

La Direction générale de la santé (DGS) a demandé, par courrier en date du 7 avril 2010, l’avis de la HAS sur la recommandation suivante faite par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) : « Encourager la prescription et la délivrance de la contraception d’urgence à l’avance ». Cette recommandation est issue du rapport de l’IGAS La prévention des grossesses non désirées : contraception et contraception d'urgence, publié en 2009 et visant à évaluer l’impact de la loi du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception (1). La DGS souhaitait connaitre la pertinence d’une prescription à l’avance d’une contraception d’urgence. Elle posait en particulier la question des risques potentiels suivants :  entrainer une moindre observance de la contraception orale régulière ;  avoir un effet contre productif sur la mise en oeuvre d’une contraception régulière ; entrainer une prise de risque accrue en matière d’infections sexuellement transmissibles (non utilisation du préservatif). Le cabinet de la Ministre de la Santé s’est associé à cette demande, en date du 28/09/2010, et a souhaité que, si la prescription à l’avance d’une contraception d’urgence s’avérait pertinente, soient formulées des recommandations en termes d’encadrement de la prescription et du suivi.  Dans un deuxième temps : Dans le cadre de l’élaboration du programme de travail 2012, la Direction de la sécurité sociale (DSS) et la DGS ont demandé à la HAS que soit inscrit à son programme de travail 2012 le thème plus large : « Evaluation comparative (en termes d’efficacité, de tolérance et d’observance), en vie réelle, des méthodes contraceptives disponibles en France. »



La Direction générale de la santé (DGS) a demandé, par courrier en date du 7 avril 2010, l’avis de la HAS sur la recommandation suivante faite par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) : « Encourager la prescription et la délivrance de la contraception d’urgence à l’avance ». Cette recommandation est issue du rapport de l’IGAS La prévention des grossesses non désirées : contraception et contraception d'urgence, publié en 2009 et ...

CONTRACEPTION D'URGENCE ; JEUNE FEMME ; FEMME ; ADOLESCENT ; ADOLESCENTE ; PREVENTION ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; PHARMACIEN ; MEDECIN ; AVORTEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 62 p.
Cote : 130 POL

Les questions de contraception et d’interruption volontaire de grossesse (IVG) font l’objet d’un suivi régulier de la part de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Depuis septembre 2004, ce suivi a été expressément sollicité par la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales : après avoir rejeté la proposition de Mme Muguette Jacquaint tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’application de la loi n° 2001–588 du 4 juillet 2001 relative à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception, la commission a en effet exprimé le souhait que la Délégation informe l’Assemblée nationale de l’application de la législation quant à l’accès effectif des femmes à la contraception et à l’IVG.
Les questions de contraception et d’interruption volontaire de grossesse (IVG) font l’objet d’un suivi régulier de la part de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Depuis septembre 2004, ce suivi a été expressément sollicité par la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales : après avoir rejeté la proposition de Mme Muguette Jacquaint tendant à la création d’une commission ...

CONTRACEPTION ; ADOLESCENCE ; PREVENTION ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; INFORMATION ; CAMPAGNE D'INFORMATION ; ADOLESCENTE ; ADOLESCENT ; RELATIONS FILLES-GARCONS ; PROFESSIONNEL DE LA SANTE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; CONTRACEPTION D'URGENCE ; CENTRE DE PLANIFICATION ; CENTRE D'INFORMATION DU PLANNING FAMILIAL ; SAGE-FEMME ; MEDECIN ; COUT ; ANONYMAT ; PLANNING FAMILIAL ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 99 p.
Cote : 130 AUB

En complément du rapport de synthèse (consulter le rapport de synthèse : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000047/index.shtml) qui traite de la problématique générale de prévention des grossesses non désirées, le présent rapport analyse le fonctionnement du modèle français de contraception, et évalue l'effet des mesures prises, à la suite de la loi du 4 juillet 2001, en matière de contraception et de contraception d'urgence. Il examine les forces et faiblesses du dispositif actuel et formule des recommandations en améliorer l'accès et l'efficacité.
En complément du rapport de synthèse (consulter le rapport de synthèse : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000047/index.shtml) qui traite de la problématique générale de prévention des grossesses non désirées, le présent rapport analyse le fonctionnement du modèle français de contraception, et évalue l'effet des mesures prises, à la suite de la loi du 4 juillet 2001, en matière de contraception et de contraception ...

GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; PREVENTION ; CONTRACEPTION ; CONTRACEPTION D'URGENCE ; AVORTEMENT ; ADOLESCENTE ; FEMME ; ETUDE ; INFORMATION ; METHODE DE CONTRACEPTION ; COUT ; REMBOURSEMENT ; ACCES ; DROITS DES FEMMES ; EFFICACITE ; RISQUE SEXUEL ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; POLITIQUE DE LA SANTE ; FRANCE ; STÉRÉOTYPE ; MEDECIN ; PHARMACIEN ; AUTORISATION PARENTALE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; CONSULTATION MEDICALE ; OBSERVANCE ; ADOLESCENCE ; GROSSESSE ; CENTRE DE DEPISTAGE ANONYME ET GRATUIT ; PRESCRIPTION MEDICALE ; PLANNING FAMILIAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 109 p.
Cote : 120 AUB

Le présent document fait partie des rapports thématiques publiés par l'IGAS dans le cadre de sa mission d'évaluation des politiques publiques relative à la prévention des grossesses non désirées et à la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse, à la suite de la loi du 4 juillet 2001. Cette loi prévoit notamment qu'« une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène » (article L 312-16 du Code de l'éducation). Ce rapport est spécifiquement consacré à la prévention des grossesses non désirées par l'éducation à la sexualité, l'information et la communication. Il précise, complète et fonde les observations qui figurent sur ce thème dans le rapport de synthèse.
Le présent document fait partie des rapports thématiques publiés par l'IGAS dans le cadre de sa mission d'évaluation des politiques publiques relative à la prévention des grossesses non désirées et à la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse, à la suite de la loi du 4 juillet 2001. Cette loi prévoit notamment qu'« une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à ...

GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; PREVENTION ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; INFORMATION ; FEMME ; ADOLESCENCE ; ADOLESCENTE ; JEUNE FEMME ; JEUNE ADULTE ; CAMPAGNE D'INFORMATION ; CONTRACEPTION ; POLITIQUE DE LA SANTE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; SEXUALITE ; LEGISLATION ; ANIMATION EN EDUCATION À LA SEXUALITE ; RISQUE ; RISQUE SEXUEL ; COMPORTEMENT À RISQUE ; JUSTICE ; PRECARITE ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; OUTIL PEDAGOGIQUE ; PROGRAMME D'ACTION ; PROGRAMME DE PREVENTION ; PLANNING FAMILIAL ; ECOLE PRIMAIRE ; COLLEGE ; LYCEE ; ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL ; SCOLARITÉ ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 41 p.
Cote : 140 POL

INTRODUCTION
I - LE NOMBRE DES IVG RESTE STABLE 7
A. UN NOMBRE D’IVG GLOBALEMENT STABLE MAIS QUI AUGMENTE CHEZ LES PLUS JEUNES 7
B. UNE SITUATION PRÉOCCUPANTE DANS CERTAINS DÉPARTEMENTS D’OUTRE-MER 9
C. DES FACTEURS À MIEUX ANALYSER 10
II. L’ACCÈS FACILITÉ À L’IVG N’EXCLUT PAS LA PERSISTANCE DE DIFFICULTÉS ET DES INÉGALITÉS SUR LE TERRITOIRE 13
A. L’ASSOUPLISSEMENT DES CONDITIONS D’ACCÈS 13
B. LES CONSÉQUENCES DE L’ÉVOLUTION DES STRUCTURES HOSPITALIÈRES 17
C. L’ACCÈS À L’IVG MÉDICAMENTEUSE EN VILLE RESTE TRÈS INÉGAL 18
D. GARANTIR LA PÉRENNITÉ DE L’ACCÈS À L’IVG 20
III. LA CONTRACEPTION : MIEUX INFORMER ET MIEUX PRESCRIRE 23
A. LA RELANCE DE CAMPAGNES D’INFORMATION SUR LA CONTRACEPTION 23
B. LES JEUNES ET LA CONTRACEPTION 24
C. LA CONTRACEPTION D’URGENCE 28
TRAVAUX DE LA DÉLÉGATION 30
RECOMMANDATIONS ADOPTÉES 32
ANNEXES 35
LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES 41
INTRODUCTION
I - LE NOMBRE DES IVG RESTE STABLE 7
A. UN NOMBRE D’IVG GLOBALEMENT STABLE MAIS QUI AUGMENTE CHEZ LES PLUS JEUNES 7
B. UNE SITUATION PRÉOCCUPANTE DANS CERTAINS DÉPARTEMENTS D’OUTRE-MER 9
C. DES FACTEURS À MIEUX ANALYSER 10
II. L’ACCÈS FACILITÉ À L’IVG N’EXCLUT PAS LA PERSISTANCE DE DIFFICULTÉS ET DES INÉGALITÉS SUR LE TERRITOIRE 13
A. L’ASSOUPLISSEMENT DES CONDITIONS D’ACCÈS 13
B. LES CONSÉQUENCES DE L’ÉVOLUTION DES STRUCTURES ...

AVORTEMENT ; CONTRACEPTION ; APPLICATION DE LA LOI ; LEGISLATION ; ADOLESCENCE ; STATISTIQUE ; JEUNE FEMME ; ADOLESCENTE ; ACCES ; DELAI LÉGAL D'AVORTEMENT ; METHODE D'AVORTEMENT ; AVORTEMENT MEDICAMENTEUX ; DELAIS D'ATTENTE ; ETABLISSEMENT PUBLIC ; HOPITAL ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; ILE-DE-FRANCE ; AVORTEMENT MÉDICAMENTEUX HORS HOPITAL ; CENTRE DE PLANIFICATION ; PROFESSIONNEL DE LA SANTE ; SAGE-FEMME ; INFIRMIERE ; COUT ; AVORTEMENT CHIRURGICAL ; MEDECIN ; FORMATION ; MILITANTISME ; DROITS DES FEMMES ; INFORMATION ; CAMPAGNE D'INFORMATION ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; PRESERVATIF MASCULIN ; CONTRACEPTION D'URGENCE ; REMBOURSEMENT ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; METHODE DE CONTRACEPTION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 394 - p. 46-48
Cote : P 114

Une recherche menée dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne sur l'éducation à la sexualité dans les sections d'enseignement général et professionnel adaptée (Segpa) révèle les difficultés rencontrées. Si les aspects biologiques sont suffisamment traités, ce n'est pas le cas des problématiques psychologiques et relationnelles. Les enseignants se déclarent peu formés et regrettent de ne pas suffisamment travailler en relation avec les médecins et les infirmiers scolaires.
Une recherche menée dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne sur l'éducation à la sexualité dans les sections d'enseignement général et professionnel adaptée (Segpa) révèle les difficultés rencontrées. Si les aspects biologiques sont suffisamment traités, ce n'est pas le cas des problématiques psychologiques et relationnelles. Les enseignants se déclarent peu formés et regrettent de ne pas suffisamment travailler en relation avec les médecins ...

EDUCATION A LA SEXUALITE ; JEUNESSE ; ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL ; INFIRMIERE SCOLAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 344 - p. 18-19
Cote : P 122

Trop de jeunes filles commencent leur vie sexuelle sans informations concrètes sur la contraception. La sexualité est un sujet délicat à aborder car information et dialogue ne doivent pas rimer avec incitation ou ingérence. Mais c'est une erreur d'attendre que son enfant soit à l'adolescence, l'âge où l'on rejette la parole des parents pour aborder les questions de sexualité et de la contraception. Dès qu'un enfant demande comment on fait des bébés, il faut dire les choses avec des mots simples et précis. Plus il grandit expliquer les changements de la puberté et du corps. On peut expliquer beaucoup de choses, sans dramatiser à outrance non plus, car les risques sont aux antipodes des préoccupations des adolescents, sans pourtant tomber dans la confidence, le tout-technique ou bien poser des interdits trop violents. Citation du planning et de l'AFC. Renvoi vers le GNIES et le MFPF.
Trop de jeunes filles commencent leur vie sexuelle sans informations concrètes sur la contraception. La sexualité est un sujet délicat à aborder car information et dialogue ne doivent pas rimer avec incitation ou ingérence. Mais c'est une erreur d'attendre que son enfant soit à l'adolescence, l'âge où l'on rejette la parole des parents pour aborder les questions de sexualité et de la contraception. Dès qu'un enfant demande comment on fait des ...

SEXUALITE ; ADOLESCENCE ; PREVENTION ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; EDUCATION PARENTALE ; CONTRACEPTION ; PLANNING FAMILIAL ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; CONTRACEPTION D'URGENCE ; RISQUE SEXUEL ; MODE DE TRANSMISSION DU VIH ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 34 + annexes
Cote : 554 BOU

Mémoire de formation au conseil conjugal et familial, planning familial de Saint Etienne (AD 42).
Infirmière scolaire et conseillère conjugale : deux professions que rien ne semble rapprocher au premier abord. Pourtant dans leurs pratiques quotidiennes, on retrouve de nombreux points communs :
- un lieu dans la première fonction est l'écoute et l'accueil
- un public en partie similaire : les adolescents
- des problématiques individuelles à résoudre
- des animations en séances collectives à assurer
Ce mémoire cherche à démontrer combien la fonction de conseillère conjugal et familiale est complémentaire à la fonction d'infirmière scolaire. Cette formation apporte non seulement un enrichissement personnel mais permet d'améliorer sa pratique professionnelle tant dans le domaine individuel que collectif et dépasse largement le cadre de la sexualité. Elle permet à chacun un bon développement personnel avec des valeurs de respect, d'autonomie et de liberté.
Mémoire de formation au conseil conjugal et familial, planning familial de Saint Etienne (AD 42).
Infirmière scolaire et conseillère conjugale : deux professions que rien ne semble rapprocher au premier abord. Pourtant dans leurs pratiques quotidiennes, on retrouve de nombreux points communs :
- un lieu dans la première fonction est l'écoute et l'accueil
- un public en partie similaire : les adolescents
- des problématiques individuelles à ...

EDUCATION A LA SEXUALITE ; CONSEILLER-E CONJUGAL-E ET FAMILIAL-E ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- non paginé
Cote : 130 DAU

Mémoire pour la formation 400h de conseillère conjugale et familiale

PILULE DU LENDEMAIN ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 15 pages + annexes
Cote : 133 TAL

Mémoire de formation au conseil conjugal et familial pour le Planning familial du Nord.

NORD-PAS-DE-CALAIS ; PILULE DU LENDEMAIN ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; INFIRMIERE SCOLAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Filtrer

Type
Date de parution
Auteurs
Descripteurs

INFIRMIERE SCOLAIRE [21]

FRANCE [15]

EDUCATION A LA SEXUALITE [11]

ETABLISSEMENT SCOLAIRE [9]

CONTRACEPTION D'URGENCE [8]

ADOLESCENCE [7]

ADOLESCENTE [7]

PREVENTION [7]

CONTRACEPTION [6]

GROSSESSE NON DÉSIRÉE [6]

PLANNING FAMILIAL [6]

AVORTEMENT [5]

PILULE DU LENDEMAIN [5]

INFORMATION [4]

LEGISLATION [4]

MEDECIN [4]

CAMPAGNE D'INFORMATION [3]

COLLEGE [3]

COUT [3]

ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL [3]

ENSEIGNEMENT SECONDAIRE [3]

FEMME [3]

JEUNE FEMME [3]

PHARMACIEN [3]

PROFESSIONNEL DE LA SANTE [3]

RISQUE SEXUEL [3]

SEXUALITE [3]

ACCES [2]

ADOLESCENT [2]

APPLICATION DE LA LOI [2]

AUTORISATION PARENTALE [2]

CENTRE DE PLANIFICATION [2]

CONSEILLER-E CONJUGAL-E ET FAMILIAL-E [2]

DROITS DES FEMMES [2]

EDUCATION [2]

FORMATION [2]

LYCEE [2]

METHODE DE CONTRACEPTION [2]

POLITIQUE DE L'EDUCATION [2]

POLITIQUE DE LA SANTE [2]

REMBOURSEMENT [2]

SAGE-FEMME [2]

SANTE [2]

ACCOMPAGNEMENT [1]

ANIMATION EN EDUCATION À LA SEXUALITE [1]

ANONYMAT [1]

AVORTEMENT CHIRURGICAL [1]

AVORTEMENT MEDICAMENTEUX [1]

AVORTEMENT MÉDICAMENTEUX HORS HOPITAL [1]

CENTRE D'INFORMATION DU PLANNING FAMILIAL [1]

CENTRE DE DEPISTAGE ANONYME ET GRATUIT [1]

COMPORTEMENT À RISQUE [1]

CONSULTATION MEDICALE [1]

DELAI LÉGAL D'AVORTEMENT [1]

DELAIS D'ATTENTE [1]

ECOLE PRIMAIRE [1]

EDUCATION À LA VIE [1]

EDUCATION PARENTALE [1]

EFFICACITE [1]

ENFANT [1]

ENSEIGNEMENT [1]

ETABLISSEMENT PUBLIC [1]

ETUDE [1]

GENRE [1]

GROSSESSE [1]

HOPITAL [1]

ILE-DE-FRANCE [1]

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE [1]

INFIRMIERE [1]

JEUNE ADULTE [1]

JEUNESSE [1]

JUSTICE [1]

LITTERATURE [1]

METHODE D'AVORTEMENT [1]

MILITANTISME [1]

MODE DE TRANSMISSION DU VIH [1]

NORD-PAS-DE-CALAIS [1]

OBSERVANCE [1]

OUTIL PEDAGOGIQUE [1]

PRECARITE [1]

PRESCRIPTION MEDICALE [1]

PRESERVATIF MASCULIN [1]

PROGRAMME D'ACTION [1]

PROGRAMME DE PREVENTION [1]

RELATIONS FILLES-GARCONS [1]

RESEAU [1]

RESPECT DE L'AUTRE [1]

RESPONSABILITE [1]

RISQUE [1]

SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE [1]

SCOLARITÉ [1]

STATISTIQUE [1]

STÉRÉOTYPE [1]

STRUCTURE D'ACCUEIL [1]

SYSTEME SCOLAIRE [1]

J Plus

Z