m

Documents  OVAIRE | enregistrements trouvés : 14

O
     

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 462 - p. 11-
Cote : P 67

Lors du congrès de la Société française d'oncologie gynécologique (SFOG), Jacques Dauplat (Clermont-Ferrand), s'est fait l'écho de l'expérience anglaise de Ian lacobs (Londres), favorable au dépistage du cancer de l'ovaire.

SANTE DES FEMMES ; CANCER ; OVAIRE ; SUIVI GYNECOLOGIQUE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 22 - n° 10 - p. 593-597
Cote : P 2

STERILITE ; CANCER ; OVAIRE ; RISQUE ; TRAITEMENT MEDICAL ; MEDICAMENT ; EFFET SECONDAIRE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 7 - p. 616-624
Cote : P 2

Si la fertilité après 40 ans chute, les risques de grossesse spontanée ne sont toutefois pas négligeables et la contraception de la femme de la quarantaine reste une nécessité. Différentes méthodes de contraception peuvent lui être proposées: méthodes locales, dispositifs intra-utérins, contraception hormonale. Les pilules progestatives pures microdosées en continu ne sont pas indiquées car elles peuvent être à l'origine de manifestations d'hyperestrogénie non souhaitables à cette période de la vie de la femme. Les implants progestatifs peuvent être intéressants en cas de contre-indications aux estrogènes et d'observance des contraceptifs oraux déficiente. La " pilule " estroprogestative présente de nombreux avantages après 40 ans : régularisation des cycles et des règles, réduction de la perte osseuse, de certaines affections gynécologiques, du risque de cancer de l'endomètre et de l'ovaire... Cependant, le risque vasculaire (accident thrombo-embolique veineux et accident artériel) demeure augmenté, quel que soit le type de " pilule " estroprogestative utilisée, de deuxième ou troisième génération, et malgré la réduction des doses d'éthinylestradiol, même si une tendance à l'amélioration de ce risque peut être observée. Ainsi, une contre-indication à la pilule estroprogestative est une contre-indication pour toutes les pilules estroprogestatives et le strict respect des contreindications est indispensable. Celles-ci ont d'ailleurs conduit à l'utilisation à visée contraceptive des progestatifs normodosés antigonadotropes; les dérivés prégnanes, dénués d'effets délétères métaboliques, n'ont cependant pas I'AMM dans l'indication "contraception ".
Si la fertilité après 40 ans chute, les risques de grossesse spontanée ne sont toutefois pas négligeables et la contraception de la femme de la quarantaine reste une nécessité. Différentes méthodes de contraception peuvent lui être proposées: méthodes locales, dispositifs intra-utérins, contraception hormonale. Les pilules progestatives pures microdosées en continu ne sont pas indiquées car elles peuvent être à l'origine de manifestations ...

CONTRACEPTION HORMONALE ; FEMME DE PLUS DE 40 ANS ; DISPOSITIF INTRA-UTERIN ; METHODE BARRIERE CONTRACEPTIVE ; CONTRACEPTION PROGESTATIVE ; IMPLANT CONTRACEPTIF ; PILULE ESTROPROGESTATIVE ; RISQUE ; MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE ; MALADIE CARDIOVASCULAIRE ; CANCER ; COL DE L'UTERUS ; OVAIRE ; FRANCE ; CANCER DU COL DE L'UTERUS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 274 - p 20
Cote : P 67

PILULE ; PILULE MINIDOSÉE ; RISQUE ; GYNECOLOGIE ; OVAIRE ; MALADIE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 2 - p. 92-93
Cote : P 2



Le Centre International de la Recherche contre le Cancer (CIRC) a déclenché cet été [1] une vive émotion en annonçant que les pilules contraceptives estroprogestatives devaient être officiellement considérées comme des substances cancérogènes.

Les représentants du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM) et de la Société Française de Gynécologie (SFG) craignant une lecture caricaturale des données scientifiques rappelées par le CIRC, tiennent à faire la déclaration suivante :

Face à l'augmentation des cancers du sein sous pilule relevée par les travaux du CIRC, les responsables du CNGOF, de la FNCGM et de la SFG soulignent que celle-ci est faible et que ce risque disparaît dix ans après la fin de l'utilisation de cette contraception. Il faut dire que le risque d'avoir un cancer du sein est plus élevé, si on vit dans un pays à haut niveau économique comme le nôtre, et probablement si on n'a pas d'enfant ou si on a des enfants après 30 ans.

S'agissant de l'augmentation du risque du cancer du col de l'utérus, les responsables du CNGOF, de la FNCGM et de la SFG rappellent que ce dernier est surtout un cancer sexuellement transmissible, lié à la présence de certains papillomavirus humains (HPV) potentiellement cancérogènes, même si les hormones peuvent jouer un rôle de promotion dans son évolution. Ils insistent enfin sur le fait que la vie sexuelle, le nombre de partenaires et le tabagisme sont des facteurs directement à l'origine d'une augmentation du risque de cancer du col de l'utérus.
Une augmentation significativement plus importante que celle pouvant être associée à la prise de pilule.

Les responsables du CNGOF, de la FNCGM et de la SFG estiment que les risques cancérogènes des pilules, certes réels mais assez faibles, doivent être mis en balance avec les avantages de la contraception orale :

* Diminution de moitié du taux de cancer de l'endomètre (qui est le deuxième cancer génital chez la femme, soit 4500 cas par an en France),
* Diminution de moitié du taux de cancer de l'ovaire (3100 cas par an),
* Peut-être diminution du cancer colo-rectal,
* Espacement des naissances et donc des pathologies liées à la grossesse et à l'accouchement (hypertension, diabète, hémorragies, accidents thrombo-emboliques…).
Cet avantage est d'autant plus précieux dans les pays en développement que 8 femmes sur 1000 y meurent en donnant la vie.
* Il faut encore compter avec la diminution des grossesses extra-utérines, des fausses-couches, des interruptions volontaires de grossesse (IVG) et de leurs conséquences…
* Enfin, le fait d'arrêter la pilule priverait les femmes de plusieurs avantages (espacement des naissances, examens systématiques et dépistages faits à l'occasion de la prescription de celle-ci…).


Le Centre International de la Recherche contre le Cancer (CIRC) a déclenché cet été [1] une vive émotion en annonçant que les pilules contraceptives estroprogestatives devaient être officiellement considérées comme des substances cancérogènes.

Les représentants du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM) et de la Société Française de G...

PILULE ; RISQUE ; CANCER ; CANCER DU COL DE L'UTERUS ; CANCER DU SEIN ; OVAIRE ; UTERUS ; EFFET SECONDAIRE ; EFFET BENEFIQUE ; MALADIE CARDIOVASCULAIRE ; MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE ; GYNECOLOGIE ; SUIVI GYNECOLOGIQUE ; ETUDE ; OPINION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Les organes génitaux féminins. GOTTBERG Antje | 3B Scientific GmbH 1997-2003

Matériel pédagogique

UV


Cote : M 0064 SEX

uterus, vagin, ovaires et trompes de Fallope, Grossesse, cycle menstruel, coupe de face et de coté de l'appreil sexuel féminin

ORGANES SEXUELS FEMININS ; VULVE ; PERINÉE ; OVAIRE ; UTERUS ; CONTRACEPTION ; VAGIN ; CLITORIS ; OVULATION ; TROMPE DE FALLOPE ; OUTIL PEDAGOGIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

L'appareil génital féminin. | Inconnu 1992

Matériel pédagogique

UV


Cote : M 0074 FEM

Planche anatomique unique, avec plusieurs vues de face, en coupe latérale, vue détaillée des ovaires, de la paroi de l'utérus, des trompes, de l'ovulation ou encore le sexe féminin (vulve, vagin, clitoris, périnée, anus, ) vu d'en coupe et en contre plongée.

FEMME ; ANATOMIE ; VAGIN ; VULVE ; ORGANES SEXUELS FEMININS ; CLITORIS ; OVULATION ; UTERUS ; OVAIRE ; ANUS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Vagin en mousse polyuréthane. | Semina 2007

Matériel pédagogique

UV


Cote : M 0059 SEX

Coffret en carton (coff)

VAGIN ; ORGANES SEXUELS FEMININS ; UTERUS ; OVAIRE ; CLITORIS ; OUTIL PEDAGOGIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : 244 THI


Sommaire :
1 - Première consultation gynécologique d'une adolescente ;
2 - Imagerie pelvienne chez l'adolescente ;
3 - Anomalies de la différenciation sexuelle ;
4 - Physiologie de la puberté - Puberté normale ;
5 - Pubertés précoces (complètes et dissociées) ;
6 - Cycle menstruel ;
7 - Cycles des années post-pubertaires et leurs anomalies ;
8 - Acquisition de la masse osseuse au cours de la croissance et de l'adolescence ;
9 - Retard pubertaire et aménorrhées ;
10 - Nutrition, sport et retentissement sur la puberté ;
11 - Syndrome de Turner : diagnostic et prise en charge ;
12 - Hyperandrogénie chez l'adolescente ;
13 - Malformations utéro-vaginales ;
14 - Dysménorrhée et endométriose de l'adolescente ;
15 - Pathologies annexielles : kystes et tumeurs de l'ovaire, torsion des annexes ;
16 - Sein ;
17 - Contraception de l'adolescente ;
18 - Grossesse normale et compliquée : les interruptions volontaires de grossesse ;
19 - Infections génitales ;
20 - Pathologie vulvaire dermatologique ;
21 - Adolescente victime d'agression sexuelle : consultation et examen gynécologique, place dans la prise en charge.

Sommaire :
1 - Première consultation gynécologique d'une adolescente ;
2 - Imagerie pelvienne chez l'adolescente ;
3 - Anomalies de la différenciation sexuelle ;
4 - Physiologie de la puberté - Puberté normale ;
5 - Pubertés précoces (complètes et dissociées) ;
6 - Cycle menstruel ;
7 - Cycles des années post-pubertaires et leurs anomalies ;
8 - Acquisition de la masse osseuse au cours de la croissance et de l'adolescence ;
9 - Retard ...

GYNECOLOGIE ; REGLES ; PUBERTE ; CORPS ; ORGANES SEXUELS FEMININS ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; PREVENTION ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; PREMIERE RELATION SEXUELLE ; SANTE ; FEMME ; ADOLESCENTE ; GROSSESSE ; CONSULTATION MEDICALE ; DIAGNOSTIC ; INTERSEXUATION ; MALADIE ; CYCLE MENSTRUEL ; SAIGNEMENT ; AMENORRHEE ; SPORT ; OVAIRE ; VAGIN ; UTERUS ; HORMONE ; SEIN ; CONTRACEPTION ; SUIVI DE LA GROSSESSE ; VIOLENCE SEXUELLE ; SUIVI GYNECOLOGIQUE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 96 pages
Cote : 131 CAH

N°10 Hors série de la revue.
(ouvrage rangé en réserve)
- Souvenirs de l'Amérique prolétaire
- Femmes de tête, homme de science
- L'air du temps
- Hormones sur mesure
- Les mythes et les risques
- A la recherche du Dr pilule
- La victoire de la pilule et les chagrins d'Eros
- Une réponse nécessaire
- Les nouveaux moyens contraceptifs

PILULE ; RECHERCHE SCIENTIFIQUE ; SOCIETE ; SCIENCE ; CONTRACEPTION ; PLANIFICATION FAMILIALE ; HORMONE ; CONTRACEPTION HORMONALE ; REPRESENTATION ; HISTOIRE ; ETATS-UNIS ; FEMME ; NATALITE ; DEMOGRAPHIE ; OPINION ; OPPOSITION ; EGLISE CATHOLIQUE ; RELIGION ; MEDECINE ; BIOLOGIE ; FAMILLE NOMBREUSE ; RISQUE ; CANCER DU SEIN ; OVAIRE ; MEDICAMENT ; LEGISLATION ; PLANNING FAMILIAL ; VIH/ SIDA ; METHODE DE CONTRACEPTION ; CONTRACEPTIF INJECTABLE ; FRANCE ; MONDE ; XXe SIECLE

... Lire [+]

Z