m

Documents  PERSONNE HANDICAPÉE | enregistrements trouvés : 362

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : A 0908 SOC

Affiche pour un concours de scénarios contre les discriminations : liste des conditions de participation, règlement, jury et prix decernés.

AVORTEMENT SELECTIF ; RACISME ; SEXISME ; PERSONNE HANDICAPÉE ; CINEMA ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 15 - n° 2 - p. 69-90
Cote : P 27

COMPORTEMENT SEXUEL ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 358 - p. 23
Cote : 107 REA

PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° HS-2 - p. 22-23
Cote : P 38

HANDICAP MENTAL ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 413 - p. 25-27
Cote : 107 REA

"Ce symposium aborde des points actuels, pragmatiques, concrets concernant la protection de la personne handicapée. II m'est demandé d'envisager le domaine des problèmes affectifs, la dimension relationnelle par rapport à la famille, et la dimension sexuelle, ce qui peut apparaître une redondance superflue si l'on admet que la sexualité comporte une dimension affective à côté de sa dimension génitale, et que sa finalité demeure un plaisir partagé mais aussi, on finirait par l'oublier, la procréation même si celle-ci est de nos jours de mieux en mieux maîtrisée et contrôlée."
"Ce symposium aborde des points actuels, pragmatiques, concrets concernant la protection de la personne handicapée. II m'est demandé d'envisager le domaine des problèmes affectifs, la dimension relationnelle par rapport à la famille, et la dimension sexuelle, ce qui peut apparaître une redondance superflue si l'on admet que la sexualité comporte une dimension affective à côté de sa dimension génitale, et que sa finalité demeure un plaisir ...

PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 59 - p. 40-47
Cote : P 245

Une étude du regard porté sur les affections génétiques et les malformations à partir de leur représentation dans les arts visuels.

HISTOIRE ; FRANCE ; PERSONNE HANDICAPÉE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 209 - p. 35-37
Cote : P 238

ll y a quelques mois, nous présentions "le magazine des dysfonctionnements" de l 'appareil judiciaire qui ont retardé de plus de vingt ans l 'enqueAte sur les "disparues de l 'Yonne" et l'arrestation du présumé assassin. Meme si la ministre de la Justice a courageusement considéré que l 'institution dont elle a la charge était entachée par cette affaire, on s'étonnait de la mansuétude du rapport de l 'Inspection des services judiciaires qui semblait justif er cefour total par une conjonction de dysfonctionnements peu répréhensibles lorsqu 'ils sont pris isolément. Nous attendions la suite "sociale" du dossier, et notamment les conclusions du rapport de l 'lnspection générale des affaires sociales (IGAS), vu la réaction des autorités de tutelle décidant lafermeture administrative des établissements gérés par le comité départemental de l 'Association pour adultes et jeunes handicapés (APA JH) et la décision de cettefédération de radier sa section de l 'Yonne. La gravité des sanctions était-elle à la mesure des dysfonctionnements et la gravité de ceux-ci dépassait elle les abstentionsfautives de l'institution judiciaire ?
ll y a quelques mois, nous présentions "le magazine des dysfonctionnements" de l 'appareil judiciaire qui ont retardé de plus de vingt ans l 'enqueAte sur les "disparues de l 'Yonne" et l'arrestation du présumé assassin. Meme si la ministre de la Justice a courageusement considéré que l 'institution dont elle a la charge était entachée par cette affaire, on s'étonnait de la mansuétude du rapport de l 'Inspection des services judiciaires qui ...

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; PROCES ; JUSTICE ; FRANCE ; PERSONNE HANDICAPÉE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 235 - p. 31-39
Cote : P 238

"Les hôpitaux psychiatriques recommandables et sérieux interdisent strictement les relations sexuelles."
"Si vous posez au médecin chef, au directeur ou à l'administrateur la question de leur éventualité, il y a fort à parier qu'il deviendra un peu rouge (d'envie, de honte, de rage ou de confusion...) et qu'il dira: "Interdit! défendu! sacrilège!..."
"S'il n'a pas le sens du ridicule, il dira même une chose aussi drôle que ceci, de l'un de mes petits-grands-patrons : "Pas question! si ma femme est internée, je ne veux pas qu'elle me fasse cocu... !"
"En attendant (le feu vert !), chacun sait à l'hôpital psychiatrique que ces relations sexuelles ont lieu toutes les fois que c'est possible, que l'occasion s'en présente et que les patients en ont envie (les neuroleptiques, de façon générale, diminuent l'envie d'avoir des relations sexuelles). Elles ont lieu l'été dans les buissons du parc ou dans la forêt ou le soir lorsque le veilleur est assoupi. Le personnel soignant ferme d'habitude chastement les yeux. (...)"
"Les hôpitaux psychiatriques recommandables et sérieux interdisent strictement les relations sexuelles."
"Si vous posez au médecin chef, au directeur ou à l'administrateur la question de leur éventualité, il y a fort à parier qu'il deviendra un peu rouge (d'envie, de honte, de rage ou de confusion...) et qu'il dira: "Interdit! défendu! sacrilège!..."
"S'il n'a pas le sens du ridicule, il dira même une chose aussi drôle que ceci, de l'un de mes ...

SEXUALITE ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SECRET MÉDICAL ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; PSYCHIATRIE ; DROIT ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 424 - p. 16-17
Cote : P 67

La grossesse, chez une femme atteinte d'un syndrome de Marfan, met en jeu la santé de la mère et fait courir un risque génétique à l'enfant. La consultation préconceptionnelle, génétique mais aussi cardiologique, est indispensable. Le suivi de la grossesse et l'accouchement demandent des précautions spécifiques. Aux patientes qui désirent avoir un enfant, il est toujours conseillé de s'y prendre de bonne heure...

GROSSESSE ; GENETIQUE ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE ; PERSONNE HANDICAPÉE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 54 - p. 15-16
Cote : P 194

Le Comité Consultatif national d'Ethique a présenté un avis sur cette question le 17/04/1996 sur lequel le groupe de réflexion éthique de l'Association des Paralysés de France (AFP) émet "les plus fortes réserves".

HANDICAP MENTAL ; STERILISATION ; ETHIQUE MÉDICALE ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 70 - p. 26-29
Cote : P 194

PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 126 - p.14-15
Cote : P 197

Fabienne Guichard est actuellement CCF et animatrice de prévention. Son parcours professionnel et personnel l'a conduite à proposer désormais des formations aux intervenants du secteur médico-social.

SEXUALITE ; PERSONNE HANDICAPÉE ; CONSEILLER-E CONJUGAL-E ET FAMILIAL-E

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 227 - p. 35-39
Cote : P 238

La sexualité de l'adolescent en institution parait être soumise chez les auteurs à un intense refoulement. Soit il n'en est rien dit (cas le plus fréquent), soit elle apparaît lors des évocations (rares) des psychothérapies; mais il s'agit alors de la sexualité parlée ou fantasmée, rarement de la sexualité agie. Elle est alors montrée ou décrite en tant que symptôme et rien n'est dit du retentissement pratique, ni de la façon dont l'institution prend ou non en charge la sexualité.
Or, il existe au moins trois types de comportements fréquents à l'adolescence, qui posent des problèmes, à savoir la masturbation, l'homosexualité, l'hétérosexualité. Que disent à ce propos les adolescents ? Que font-ils ? Comment tente-t-on de leur répondre ? Il est rare qu'il en soit débattu. Nous voudrions ici proposer, non pas une réponse mais un schéma de réflexion.
La sexualité de l'adolescent en institution parait être soumise chez les auteurs à un intense refoulement. Soit il n'en est rien dit (cas le plus fréquent), soit elle apparaît lors des évocations (rares) des psychothérapies; mais il s'agit alors de la sexualité parlée ou fantasmée, rarement de la sexualité agie. Elle est alors montrée ou décrite en tant que symptôme et rien n'est dit du retentissement pratique, ni de la façon dont l'institution ...

VIOLENCE SEXUELLE ; SEXUALITE ; ADOLESCENCE ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 728 - 8 p.
Cote : P 221

En 2008, 515 000 intervenantes travaillent au domicile des personnes fragilisées selon différents modes d’exercice : en emploi direct, en mode mandataire, salariées d’organismes prestataires ou sous plusieurs modes à la fois.
Elles ont en moyenne 45 ans et celles qui sont en emploi direct sont un peu plus âgées que les autres (47 ans). En revanche les différences de formation sont plus marquées selon leur mode d’exercice : les salariées d’organismes prestataires disposent plus souvent d’un diplôme en relation avec le métier d’aide à domicile tandis que 85 % de celles qui exercent en emploi direct n’ont aucun diplôme du secteur sanitaire et social.
L’emploi du temps des aides à domicile est souvent variable d’une semaine à l’autre. Moins d’un tiers occupe l’emploi d’aide à domicile à temps complet. En emploi direct 77 % déclarent un nombre d’heure régulier tandis que la moitié des intervenantes en mode prestataire ou en mode mandataire ou mixte font des heures supplémentaires. 13 % des aides à domicile déclarent un autre emploi rémunéré dans d’autres secteurs d’activité.
Le revenu des aides à domicile à temps plein varie notamment selon le mode d’exercice et celles qui travaillent en mode mandataire ou mixte ont un salaire de 5 % inférieur aux salariées des services prestataires, toutes choses étant égales par ailleurs. 98% des intervenantes au domicile des personnes fragilisées (âgées, handicapées), sont des femmes.
En 2008, 515 000 intervenantes travaillent au domicile des personnes fragilisées selon différents modes d’exercice : en emploi direct, en mode mandataire, salariées d’organismes prestataires ou sous plusieurs modes à la fois.
Elles ont en moyenne 45 ans et celles qui sont en emploi direct sont un peu plus âgées que les autres (47 ans). En revanche les différences de formation sont plus marquées selon leur mode d’exercice : les salariées ...

FEMME ; TRAVAIL ; TRAVAIL DOMESTIQUE ; TRAVAILLEUR SOCIAL ; PERSONNE HANDICAPÉE ; PERSONNE ÂGEE ; CARE ; FORMATION PROFESSIONNELLE ; FRANCE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 103 - p. 19
Cote : P 217

Pour le Conseil national du S.I.D.A., l'interdit, l'absence de problématisation comme le tabou qui entoure la sexualité des personnes handicapées mentales, redoublent leur vulnérabilité au HIV

VIH/ SIDA ; PERSONNE HANDICAPÉE ; SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 565 - p. 1-7
Cote : P 221

D’après l’enquête Trajectoires des enfants passés en commission départementale
d’éducation spéciale réalisée en 2004-2005, les parents ont une opinion globalement
positive des prises en charge médicales, sociales et éducatives effectives de leur
enfant en situation de handicap (80 à 90 % de taux de satisfaction).

ENFANT ; PERSONNE HANDICAPÉE ; HANDICAP MENTAL ; HANDICAP PHYSIQUE ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; PARENTALITE ; STRUCTURE D'ACCUEIL ; STRUCTURE DE SOINS ; ETUDE ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; FAMILLE ; SCOLARITÉ ; HOPITAL ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 10 - p. 156-161
Cote : P 370

En août 1997, dans toute l'Europe, des journaux ont "découvert" que la Suède, la Norvège, le Danemark, I'Autriche, I'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis (et d'autres pays sans doute aussi) avaient pratiqué pour des raisons d'eugénisme des milliers de stérilisations, sur des femmes principalement, depuis les années 20 jusqu'au début des années 60, voire 70 dans certains cas, époque à laquelle les lois ont été libéralisées. Pendant cette période, la loi n'admettait ni la contraception, ni l'avortement, ni la stérilisation - ou seulement pour des raisons exceptionnelles. Ces politiques n'ayant jamais été un mystère, la question qui se pose est de savoir pourquoi ces "révélations" ont fait cette année-là à un des journaux en Europe. Lena Lennerhed présente ci-dessous une explication, suivie d'extraits d'articles publiés dans des grands journaux européens peu après que la première "bombe" ait été lancée en Suède. Ils montrent que la valeur journalistique de cette nouvelle peut être sur le plan éthique aussi suspecte que la "nouvelle" elle-même.
En août 1997, dans toute l'Europe, des journaux ont "découvert" que la Suède, la Norvège, le Danemark, I'Autriche, I'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis (et d'autres pays sans doute aussi) avaient pratiqué pour des raisons d'eugénisme des milliers de stérilisations, sur des femmes principalement, depuis les années 20 jusqu'au début des années 60, voire 70 dans certains cas, époque à laquelle les lois ont été libéralisées. ...

STERILISATION ; EUROPE ; PERSONNE HANDICAPÉE

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Date d'indexation

Janvier 2018 [1]

Novembre 2017 [1]

Août 2017 [1]

Mai 2017 [1]

Mai 2015 [1]

Juin 2013 [1]

Février 2013 [2]

Janvier 2013 [1]

Décembre 2012 [2]

Août 2012 [5]

Mai 2012 [6]

Mars 2012 [1]

Février 2012 [2]

Janvier 2012 [3]

Décembre 2011 [1]

Novembre 2011 [4]

Septembre 2011 [2]

Août 2011 [1]

Juillet 2011 [2]

Juin 2011 [3]

Mai 2011 [2]

Avril 2011 [1]

Mars 2011 [3]

Février 2011 [1]

Janvier 2011 [1]

Novembre 2010 [1]

Septembre 2010 [2]

Juillet 2010 [16]

Juin 2010 [36]

Mai 2010 [2]

Mars 2010 [7]

Février 2010 [1]

Janvier 2010 [1]

Novembre 2009 [3]

Octobre 2009 [2]

Septembre 2009 [1]

Août 2009 [2]

Juin 2009 [4]

Avril 2009 [1]

Mars 2009 [6]

Février 2009 [2]

Janvier 2009 [1]

Août 2008 [1]

Mai 2008 [1]

Avril 2008 [4]

Mars 2008 [1]

Janvier 2008 [2]

Décembre 2007 [1]

Octobre 2007 [3]

Août 2007 [2]

Mai 2007 [1]

Avril 2007 [1]

Mars 2007 [1]

Décembre 2006 [6]

Novembre 2006 [1]

Août 2006 [1]

Juillet 2006 [1]

Juin 2006 [3]

Mai 2006 [1]

Avril 2006 [1]

Février 2006 [8]

Janvier 2006 [3]

Décembre 2005 [1]

Octobre 2005 [3]

Août 2005 [2]

Juillet 2005 [1]

Juin 2005 [1]

Avril 2005 [1]

Février 2005 [1]

Décembre 2004 [1]

Octobre 2004 [3]

Septembre 2004 [3]

Août 2004 [2]

Juillet 2004 [2]

Juin 2004 [2]

Mai 2004 [2]

Mars 2004 [1]

Février 2004 [2]

Janvier 2004 [1]

Décembre 2003 [5]

Novembre 2003 [1]

Octobre 2003 [3]

Août 2003 [1]

Juin 2003 [2]

Mai 2003 [1]

Avril 2003 [5]

Mars 2003 [2]

Février 2003 [3]

Janvier 2003 [2]

Octobre 2002 [1]

Juillet 2002 [3]

Mai 2002 [1]

Mars 2002 [1]

Février 2002 [4]

Décembre 2001 [4]

Novembre 2001 [1]

Octobre 2001 [1]

Juin 2001 [1]

Mai 2001 [2]

Avril 2001 [2]

Février 2001 [1]

J Plus

0

Dossiers

 
Z