m

Documents  POLITIQUE DE L'EDUCATION | enregistrements trouvés : 53

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 0 - n° N° spécial - p. 2-9
Cote : P 301

On peut attendre des politiques axées sur l'amélioration des niveaux d'instruction des filles, la réduction de la mortalité infantile et l'amélioration des services de planification familiale des effets de renforcement mutuel sur le déclin de la fécondité.

STATISTIQUE ; PLANIFICATION FAMILIALE ; FECONDITE ; PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT ; PROGRAMME D'ACTION ; ASPECT SOCIO-ECONOMIQUE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 23 - n° 2 - p. 49-70
Cote : P 11

Le marché du travail polonais se caractérise par une faible féminisation des différentes formes de flexibilité, et notamment du travail à temps partiel. Dans cet article, l'auteur vise à expliquer ce qui peut apparaître comme un paradoxe au vu de différents facteurs qui sembleraient devoir, au contraire, favoriser la diffusion de ce type de travail: une faible prise en charge collective de la petite enfance, des formes de participation des femmes à la vie professionnelle très marquées par la différence des rôles sexuels, et plus généralement des rapports sociaux de sexe encore très inégalitaires. La thèse défendue par l'auteur est que, malgré les multiples tentatives faites en ce sens depuis les années 70, le développement du travail à temps partiel bute sur une culture de la maternité foncièrement opposée à la logique de la "conciliation des rôles" qui a servi de légitimation à l'essor de cette forme d'emploi dans d'autres pays.
Le marché du travail polonais se caractérise par une faible féminisation des différentes formes de flexibilité, et notamment du travail à temps partiel. Dans cet article, l'auteur vise à expliquer ce qui peut apparaître comme un paradoxe au vu de différents facteurs qui sembleraient devoir, au contraire, favoriser la diffusion de ce type de travail: une faible prise en charge collective de la petite enfance, des formes de participation des ...

POLOGNE ; GENRE ; POLITIQUE FAMILIALE ; PETITE ENFANCE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; MODE DE GARDE ; FEMME ; TRAVAIL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 14 - p. 28-32
Cote : P 200

Entre le gel des subventions, l'accroissement des demandes et une politique de rentabilité, les crèches ne savent plus comment préserver le bien être des enfants. Les nouvelles structures créées par le gouvernement jouent sur le quantitatif au détriment de la qualité. Parents, professionnels, collectivités locales tirent la sonnette d'alarme.

MODE DE GARDE ; CRECHE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; EGALITE FEMME HOMME ; TRAVAILLEUR SOCIAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 360 - p. 21-29
Cote : P 122

Des lycéens plus autonomes pour mieux les préparer au supérieur.
L'articulation entre les cycles a été oubliée.
Le sacro-saint examen ni revu ni corrigé.
Dessine-moi un lycée : quatre acteurs de l'éducation se sont prêtes au jeu.

LYCEE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; ENSEIGNANT ; COLLEGE ; PEDAGOGIE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 122 - p. 48-70
Cote : P 235 bis

Ombres au tableau. p. 48-55
Suppressions de postes, élimination progressive de la scolarité avant cinq ans, sélection renforcée à tous les niveaux... La remise en cause du service public de l'Education nationale et une déréglementation généralisée s'inscrivent dans la vision d'une adaptation de l'école à la compétition économique mondiale.

L'OPA des cathos conservateurs sur l'école. p. 60-65
Infiltrés dans les rouages du pouvoir dont ils ont souvent inspiré les décisions, des mouvements et associations liés à la droite la plus extrême et aux franges traditionnalistes du catholiscisme poursuivent un long et patient travail au coeur de la société française.

Coup de canif dans le contrat. p.66-70
La fameuse "liberté de l'enseignement" censée répondre à une attente désespérée des familles? Une mise en concurrence des établissements au profit de l'école privée catholique, où cette dernière pourrait bien perdre ses sources et son histoire.

Avis de tempête sur le campus. p. 56-59
Pilotage autoritaire de la carte universitaire, pouvoirs exorbitants attribués aux présidents d'universités, concurrence débridée, la menace est réelle sur le patrimoine de formation et de recherche. Si on poursuit par la suppression de postes statutaires, la sélection renforcée et le recours aux emplois précaires, c'est un formidable recul social qui, non sans résistances, est méthodiquement programmé.
Ombres au tableau. p. 48-55
Suppressions de postes, élimination progressive de la scolarité avant cinq ans, sélection renforcée à tous les niveaux... La remise en cause du service public de l'Education nationale et une déréglementation généralisée s'inscrivent dans la vision d'une adaptation de l'école à la compétition économique mondiale.

L'OPA des cathos conservateurs sur l'école. p. 60-65
Infiltrés dans les rouages du pouvoir dont ils ont ...

POLITIQUE DE L'EDUCATION ; ENSEIGNEMENT ELEMENTAIRE ; ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ; ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ; ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL ; ENSEIGNANT ; DISCRIMINATION ; MIXITE ; ORIENTATION SCOLAIRE ; EGLISE CATHOLIQUE ; LAÏCITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 763 - 8 p.
Cote : P 221

Fin 2009, la France métropolitaine compte près de 10 600 établissements d’accueil collectif (crèches collectives, haltes-garderies, jardins d’enfants et établissements multi-accueil) et services d’accueil familial (communément appelés " crèches familiales "). Ces structures proposent près de 353 000 places, soit 10 000 places de plus qu’en 2008. Environ 83% de l’ensemble des places relèvent de l’accueil collectif et 17% de l’accueil familial. Les établissements multi-accueil représentent 57% de l’ensemble des capacités d’accueil collectif des jeunes enfants.
Les disparités de taux d’équipements entre départements sont importantes.
Fin 2009, la France métropolitaine compte près de 10 600 établissements d’accueil collectif (crèches collectives, haltes-garderies, jardins d’enfants et établissements multi-accueil) et services d’accueil familial (communément appelés " crèches familiales "). Ces structures proposent près de 353 000 places, soit 10 000 places de plus qu’en 2008. Environ 83% de l’ensemble des places relèvent de l’accueil collectif et 17% de l’accueil familial. ...

PETITE ENFANCE ; MODE DE GARDE ; CRECHE ; ASSISTANTE MATERNELLE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 2 - p. 54-58
Cote : P. 32

CRECHE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 204 - p. 62-65
Cote : P 49

L'école maternelle est-elle le premier échelon d'un système de sélection impitoyable qui se prolonge jusqu'aux études supérieures (p. 35)? L'école est-elle, dès la maternelle, un lieu d'opacité quasi absolue où l'information destinée aux parents est l'objet de subtiles rétentions? Quel est leur poids dans les décisions importantes concernant la vie de l'école, la vie des enfants (p. 37)? Comment l'école maternelle fait-elle face à des exigences contradictoires: règles nationales de non discrimination, poids croissant des collectivités locales, autonomie de fait des établissements, liberté de choix des parents (p. 39)? La cour de récréation est-elle dès la maternelle une zone de non-droit (p. 41)? Qui sont les instits, d'où viennent-ils, où vont-ils? Quelle image de la société donnent-ils aux enfants qu'ils accueillent (p. 43)?
L'école maternelle est-elle le premier échelon d'un système de sélection impitoyable qui se prolonge jusqu'aux études supérieures (p. 35)? L'école est-elle, dès la maternelle, un lieu d'opacité quasi absolue où l'information destinée aux parents est l'objet de subtiles rétentions? Quel est leur poids dans les décisions importantes concernant la vie de l'école, la vie des enfants (p. 37)? Comment l'école maternelle fait-elle face à des exigences ...

ECOLE MATERNELLE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; ENFANT ; RELATIONS PARENT-ENFANT ; ENSEIGNANT ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 210 - P. 29-40
Cote : P 49

Les professionnels des crèches comme de l'enseignement se plaignent de la démission des parents en matière d'éducation. Des solutions existent, elles sont à l'initiative des professionnels et des parents eux-même.

EDUCATION PARENTALE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 27 - p. 20-21
Cote : P 247

A l'école, on ne parle plus d'éducation sexuelle mais d'éducation à la sexualité. Une différence toute en nuance qui témoigne de l'évolution de la démarche, directement liée à l'apparition du sida. "L'épidémie a profondément bouleversé notre approche du savoir, explique Félicia Narboni, responsable de l'Education à la santé et à la sexualité à l'Education Nationale. "Il était indispensable d'intégrer la dimension psychologique, sociale culturelle de la sexualité. " Le but est de développer des comportements responsables, même si cette partie du programme et cette volonté d'intégrer une dimension plus humaine reste au bon vouloir des professeurs.
Intervention de Claude Rabant , psychanalyste sur la notion de risque.
A l'école, on ne parle plus d'éducation sexuelle mais d'éducation à la sexualité. Une différence toute en nuance qui témoigne de l'évolution de la démarche, directement liée à l'apparition du sida. "L'épidémie a profondément bouleversé notre approche du savoir, explique Félicia Narboni, responsable de l'Education à la santé et à la sexualité à l'Education Nationale. "Il était indispensable d'intégrer la dimension psychologique, sociale ...

ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; PROGRAMME DE PREVENTION ; ADOLESCENCE ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; RISQUE SEXUEL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 17 - p. 31
Cote : P 425

En Haïti comme ailleurs, les sociétés actuelles demeurent machistes. L'éducation est une force de transformation sociale.

HAITI ; FILLE ; ALPHABÉTISATION ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; EGALITE FEMME HOMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 24 p.
Cote : B 0379 EDUSEX

Politiquement, la neutralité pédagogique est un leurre. L'éducation reste une option sur le contenu et les valeurs qu'il véhicule. Ainsi posé, on comprend que les atermoiements et les détonations qui balisent depuis quelques mois la naturalisation française de l'éducation sexuelle, expriment toujours en fin de compte les préoccupations, légitimes, des pouvoirs publics.

SEXUALITE ; EDUCATION A LA SEXUALITE ; FRANCE ; ASPECT SOCIO-CULTUREL ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; EDUCATION À LA VIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 8 p.
Cote : B 0425 SEX

Le Planning défend l'idée que l'éducation à la sexualité est un pré-requis essentiel à l'émancipation des jeunes, à la lutte contre les violences et les discriminations, et à l’égalité entre les sexes et les orientations sexuelles.

EDUCATION A LA SEXUALITE ; EGALITE FEMME HOMME ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; PLANNING FAMILIAL ; ANIMATION EN EDUCATION À LA SEXUALITE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 8
Cote : B 0459 SEX

Deuxième volet des dépliants du planning sur l'éducation à la sexualité. Le Planning Familial est présent sur le terrain depuis 60 ans. Il entretient une relation directe avec les jeunes. Il propose également des formations aux professionel.le.s en contact avec ce public jeune.

EDUCATION A LA SEXUALITE ; EGALITE FEMME HOMME ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; PLANNING FAMILIAL ; FRANCE ; FORMATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 24 p.
Cote : B 0458 EGA w

Construire l’égalité filles-garçons : un projet pour l’école.
Différences de réussite et d'orientations scolaires et professionnelles, inégalités salariales, violences et discriminations : le combat pour l’égalité est toujours d’actualité. Les résistances peuvent être fortes, autour de l’idée que filles et garçons seraient différents par " nature ", ou par " essence ". Des différences biologiques existent, mais il faut les relativiser. Les caractéristiques psychologiques liées à un sexe sont le produit de constructions sociales, culturelles, historiques. Or, ce qui est construit peut être déconstruit. Chacun, chacune doit pouvoir développer les compétences, les aptitudes, les goûts qui lui sont propres. C’est une condition de l’émancipation des jeunes. C’est un projet que l’école doit porter pour tous les élèves qui lui sont confiés.
Il est donc nécessaire pour cela de généraliser dès l’école
maternelle l’éducation à l'égalité et la lutte contre les stéréotypes. La formation des personnels est indispensable, tout comme des campagnes d'opinion sur ces thématiques.
Le SNUipp-FSU promeut l’éducation à l’égalité, contre toutes les discriminations : sexistes, racistes, LGBTphobes. L’égalité filles-garçons, en particulier, doit faire l’objet d’enseignements spécifiques, inscrits dans les programmes et prenant en compte les résultats de la recherche issus des études sur le genre. Pour comprendre certains ressorts des inégalités, pour débattre collectivement et explorer des pistes d’actions à mettre en œuvre en classe, cette publication donne la parole à la recherche et à des enseignant·es d’école primaire. Parce que l'égalité ça s’apprend, et l’école doit y contribuer.
Construire l’égalité filles-garçons : un projet pour l’école.
Différences de réussite et d'orientations scolaires et professionnelles, inégalités salariales, violences et discriminations : le combat pour l’égalité est toujours d’actualité. Les résistances peuvent être fortes, autour de l’idée que filles et garçons seraient différents par " nature ", ou par " essence ". Des différences biologiques existent, mais il faut les relativiser. Les ...

EGALITE ; ECOLE PRIMAIRE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- 12 p.

La sexualité des jeunes (15-25 ans) est un enjeu majeur de politique publique sur les plans tant éducatif que sanitaire. Il s’agit notamment de prévenir les grossesses non désirées et les infections sexuellement transmissibles (IST). il est pertinent de repenser la stratégie française à la lumière des expériences étrangères, où la combinaison de politiques d’information et d’accès à la contraception varie selon les moyens et la culture du pays.

EDUCATION A LA SEXUALITE ; COMPARAISON ; ASPECT INTERNATIONAL ; CONTRACEPTION ; AVORTEMENT ; STATISTIQUE ; ETATS-UNIS ; ROYAUME UNI ; FRANCE ; ALLEMAGNE ; ESPAGNE ; PAYS-BAS ; SUISSE ; GROSSESSE ; ADOLESCENTE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; PROGRAMME DE PREVENTION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 150 p.
Cote : 415 ZIM

1ere partie : L'égalité filles-garçons s'apprend dès l'école.
2e partie L'activité de la Délégation de Juillet 2007 à Novembre 2008

PREMIÈRE PARTIE : L’ÉGALITÉ FILLES-GARÇONS S’APPREND DÈS L’ÉCOLE 9
I. MALGRÉ LEUR RÉUSSITE SCOLAIRE LES FILLES SONT TOUJOURS ABSENTES DE CERTAINES ORIENTATIONS 12
A. DES CHOIX D’ORIENTATION FORTEMENT DIFFÉRENCIÉS ENTRE LES GARÇONS ET LES FILLES 12
B. DES FILIÈRES PROFESSIONNELLES FORTEMENT MASCULINES OU FÉMININES 18

II. CE QUI ABOUTIT À UNE CONSIDÉRABLE SÉGRÉGATION PROFESSIONNELLE 21
A. UNE SÉGRÉGATION PROFESSIONNELLE PERSISTANTE 21
B. LA FORCE DES STÉRÉOTYPES DE SEXE ET LE RÔLE DE L’ÉDUCATION NATIONALE 27

III. L’ÉGALITÉ FILLES-GARÇONS : UN OBJECTIF AFFICHÉ SANS ÊTRE PRIORITAIRE 34
A. UN OBJECTIF RÉGULIÈREMENT RÉITÉRÉ 34
B. LA POLITIQUE D’ÉDUCATION À L’ÉGALITÉ : UNE DYNAMIQUE QUI S’EST ESSOUFLÉE 36
C. LA MISE EN OEUVRE DE LA CONVENTION DE 2006 38
D. LES ENJEUX DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES 43

IV. LA FORMATION DES PERSONNELS DE L’ÉDUCATION NATIONALE À L’ÉGALITÉ FILLES-GARÇONS 45
A. LE BILAN DES ACTIONS DE FORMATION À L’ÉGALITÉ DANS LES IUFM 46
B. LA RECHERCHE ET L’ENSEIGNEMENT DE L’HISTOIRE DES FEMMES ET DU GENRE 56

V. LA PLACE DES FEMMES DANS LES PROGRAMMES ET LES MANUELS SCOLAIRES 59

TRAVAUX DE LA DÉLÉGATION 67
RECOMMANDATIONS ADOPTÉES 71
COMPTES RENDUS DES AUDITIONS 75
ANNEXE 183

DEUXIÈME PARTIE : L’ACTIVITÉ DE LA DÉLÉGATION DE JUILLET 2007 À NOVEMBRE 2008 189

I. LES ACTIVITÉS LÉGISLATIVES ET DE CONTRÔLE DE LA DÉLÉGATION 191

A. L’ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE 191

LISTE DES PERSONNES AUDITIONNÉES 198
B. L’ÉGAL ACCÈS DES FEMMES ET DES HOMMES AU MANDAT DE CONSEILLER GÉNÉRAL 199
C. LES FEMMES ET LEUR RETRAITE 200
D. LA RÉVISION CONSTITUTIONNELLE DU 23 JUILLET 2008 201
E. LE SUIVI DE LA LOI SUR L’IVG ET LA CONTRACEPTION 201

II - L’ACTIVITÉ INTERNATIONALE DE LA DÉLÉGATION 202
A. RENCONTRES INTERNATIONALES 202
B. AFGHANISTAN : LA PLACE DES FEMMES 204
C. RÉCEPTION DE PARLEMENTAIRES HAITIENNES 205

III - PREMIÈRES RENCONTRES INTERPARLEMENTAIRES SUR L’ÉGALITÉ ET LA DIVERSITÉ 205.
1ere partie : L'égalité filles-garçons s'apprend dès l'école.
2e partie L'activité de la Délégation de Juillet 2007 à Novembre 2008

PREMIÈRE PARTIE : L’ÉGALITÉ FILLES-GARÇONS S’APPREND DÈS L’ÉCOLE 9
I. MALGRÉ LEUR RÉUSSITE SCOLAIRE LES FILLES SONT TOUJOURS ABSENTES DE CERTAINES ORIENTATIONS 12
A. DES CHOIX D’ORIENTATION FORTEMENT DIFFÉRENCIÉS ENTRE LES GARÇONS ET LES FILLES 12
B. DES FILIÈRES PROFESSIONNELLES FORTEMENT MASCULINES OU FÉMININES ...

RELATIONS FILLES-GARCONS ; EGALITE FEMME HOMME ; EDUCATION ; SCOLARITÉ ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; ORIENTATION SCOLAIRE ; FORMATION PROFESSIONNELLE ; MÉTIER ; STÉRÉOTYPE ; SCIENCE ; ENSEIGNANT ; ENSEIGNEMENT SECONDAIRE ; ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 46 p.
Cote : 412 WAT

Résumé du rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous. Dix ans ont passé depuis que la communauté internationale a adopté les 6 objectifs de l'éducation pour tous à Dakar en 2000. Le bilan de ce qui a été réalisé depuis est mitigé. Les effets de la crise économique mondiale continuent de se faire ressentir et il y a un grave danger que les progrès accomplis soient stoppés ou anéantis. Il faut que les pays élaborent des approches plus incluses, liées à des stratégies de protection des catégories de la population vulnérables et de lutte contre l'inégalité.
Résumé du rapport mondial de suivi sur l'éducation pour tous. Dix ans ont passé depuis que la communauté internationale a adopté les 6 objectifs de l'éducation pour tous à Dakar en 2000. Le bilan de ce qui a été réalisé depuis est mitigé. Les effets de la crise économique mondiale continuent de se faire ressentir et il y a un grave danger que les progrès accomplis soient stoppés ou anéantis. Il faut que les pays élaborent des approches plus ...

POLITIQUE DE L'EDUCATION ; MONDE ; ALPHABÉTISATION ; PRECARITE ; EGALITE FEMME HOMME ; COUT ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- 121 p.
Cote : 216.1 MAT

Ce forum-débat s’impose tout particulièrement alors que l’on assiste à une volonté déterminée du pouvoir à remettre en question tous les droits, et tout particulièrement le droit au travail, et face aux propositions patronales dans la négociation sociale en cours.

DROITS DES FEMMES ; EGALITE FEMME HOMME ; ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ; EGALITE SALARIALE ; TRAVAIL ; FEMME ; CONDITION FEMININE ; PRECARITE ; TRAVAIL A TEMPS PARTIEL ; POLITIQUE FAMILIALE ; ASSISTANTE MATERNELLE ; PERSONNE ÂGEE ; STRUCTURE DE SOINS ; PETITE ENFANCE ; DROIT DU TRAVAIL ; LEGISLATION ; POLITIQUE DE L'EDUCATION ; POLITIQUE DE LA SANTE ; FRANCE

... Lire [+]

Z