m

Documents  VACCIN | enregistrements trouvés : 48

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV


Cote : A 0444 MED

Peinture d'une famille (père, mère, fille, grand-mère) tenue dans 2 mains.

VACCIN ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 413 - 167-170
Cote : P 174

Un vaccin papillomavirus contenant 9 génotypes de virus (Gardasil 9°) a été autorisé dans l'Union européenne. En France, la firme qui le commercialise prévoit qu'il remplace le vaccin contenant 4 génotypes (Gardasil°). un essai chez environ 14000 femmes âgées de 16 à 26 ans a comparé ces deux vaccins. Le vaccin contenant 9 génotypes a semblé réduire le nombre de diagnostics de dysplasie de heur grade du col de l'utérus due à un des génotypes supplémentaires : une quinzaine de cas en mois par ans pour 100000 femmes vaccinées, en l'absence d'infection par un de ces génotypes avant la vaccination. Le vaccin contenant 9 génotypes expose à un surcroît de réactions au site d'infection, parfois sévères, ce qui risque d'accentuer les réticences vis-à-vis de cette vaccination.
Un vaccin papillomavirus contenant 9 génotypes de virus (Gardasil 9°) a été autorisé dans l'Union européenne. En France, la firme qui le commercialise prévoit qu'il remplace le vaccin contenant 4 génotypes (Gardasil°). un essai chez environ 14000 femmes âgées de 16 à 26 ans a comparé ces deux vaccins. Le vaccin contenant 9 génotypes a semblé réduire le nombre de diagnostics de dysplasie de heur grade du col de l'utérus due à un des génotypes ...

CANCER DU COL DE L'UTERUS ; VACCIN ; DOULEUR ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

vol. 0 - n° 275 - p. 19-29
Cote : P 174

Les vaccins papillomavirus diminuent en partie la fréquence des lésions dites précancéreuses du col de l'utérus, sans effets indésirables disproportionnés. Cette baisse n'est que partielle et on ne sait pas encore ce qu'il en sera en termes de cancers invasifs. Le dépistage par frottis du col reste le principal outil de réduction de l'incidence des cancers invasifs du col de l'utérus.

VACCIN ; CANCER DU COL DE L'UTERUS ; RISQUE ; STATISTIQUE ; EFFET SECONDAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 143 - p. 24-28
Cote : P 270

En septembre dernier, dans le cadre de la 11ème rencontre internationale Femmes et Santé, des docteures, des académiciennes, des membres d'associations féministes du monde entier se sont donné rendez-vous à Bruxelles. La revendication d'une approche globale et féministe de la santé passe par la défense des droits sexuels et reproductifs, par la reconnaissance du savoir des femmes relatif à leur propre corps, mais aussi par le refus de la surmédicalisation de leur vie.
En septembre dernier, dans le cadre de la 11ème rencontre internationale Femmes et Santé, des docteures, des académiciennes, des membres d'associations féministes du monde entier se sont donné rendez-vous à Bruxelles. La revendication d'une approche globale et féministe de la santé passe par la défense des droits sexuels et reproductifs, par la reconnaissance du savoir des femmes relatif à leur propre corps, mais aussi par le refus de la ...

SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE ; SANTE ; LABORATOIRE PHARMACEUTIQUE ; IMAGE DU CORPS ; HPV ; VACCIN ; SANTE MENTALE ; POUVOIR MEDICAL ; FEMME

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 19 - n° 37 - p. 214-216
Cote : P 370

HPV ; VACCIN

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Malades de tout. | Gazette des Femmes (La) 05-06/2011

Article

UV

vol. 33 - n° 1 - p.10-24
Cote : P 376

Après l'ère de l'information, de la consommation de masse, bienvenue dans l'ère de la surmédicalisation!Déjà elle a vu plusieurs processus physiologiques naturels intronisés au temple de la renommée médicale. Baisse de moral et irritabilité après l'accouchement? maladie. Changement liés à la ménopause? maladie. Diminution de la performance sexuelle? maladie. Mais de plus en plus de spécialistes disent stop! Paroles de quelques uns d'entre eux.

SANTE DES FEMMES ; CANCER DU COL DE L'UTERUS ; CANCER DU SEIN ; POST PARTUM ; HPV ; VACCIN ; MENOPAUSE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 1 - p. 2-5
Cote : P 231

L'année 2010 a été marquée par les résultats de l'essai CAPRISA, qui démontrent que la mise au point d'un microbicide fiable et efficace est possible dans des délais raisonnables.Huit mois après leur annonce, tour d'horizon des perspectives actuelles.

MICROBICIDE ; RECHERCHE MEDICALE ; VIH/ SIDA ; VACCIN

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 27 - n° 2 - Entier
Cote : P 384

Le cancer du col de l'utérus tue 270 000 femmes chaque année et plus de 80% d'entre elles dans les pays en voie de développement. Les plus haut taux de mortalité sont en Afrique Sub-saharienne, Amérique latine et caraïbes et Asie du sud et sud-est. Les expériences de vaccination contre le papillomavirus humain ont donné des résultats encourageants.

CANCER DU COL DE L'UTERUS ; VACCIN ; STATISTIQUE ; MONDE ; HPV

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 215 - p. 11-12
Cote : P 217

L'étude de vaccination RV144 réalisée sur trois ans en Thaïlande a été présentée et actualisée lors de la CROI. Si l'effet protecteur observé contre l'infection par le VIH est encourageant, il reste néanmoins modeste. Mais ces résultats ouvrent la voie au développement de nouvelles études plus poussée en vue d'améliorer l'efficaciré d'un tel protocole de vaccination.

VIH/ SIDA ; TRAITEMENT MEDICAL ; VACCIN ; SANTE ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 317
- p. 191
Cote : P 174

Comme en 2008, il n'est pas apparu d'effet indésirable grave inconnu.

VACCIN ; HPV ; EFFET NEFASTE ; EFFET SECONDAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 121 - p. 10-11
Cote : P 270

Quelle est la politique de santé sur cette question et quelles sont les conséquences pour les femmes?...

CANCER DU COL DE L'UTERUS ; VACCIN ; BELGIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 29 - p. 313-324
Cote : P 195

Nous présentons ici une synthèse des résultats des études EDiTH récemment publiées et analysant la distribution des génotypes de papillomavirus humains (HPV) dans les cancers invasifs, les néoplasies intra-épithéliales de haut grade (CIN2/3) et les lésions de bas grade du col de l’utérus (LSIL), ainsi que dans les condylomes acuminés externes (CAE) en France. Chacune de ces études a porté sur environ 400 à 500 échantillons, avec une prévalence globale des HPV proche de 98 %. Dans les cancers invasifs et les CIN2/3, l’HPV 16 était le plus prévalent (73 % et 62 %, respectivement), suivi de l’HPV 18 (19 %) pour les cancers et de l’HPV 31 (15 %) pour les CIN2/3. Dans les LSIL, l’HPV 66 (25 %) et l’HPV 16 (21 %) étaient les plus fréquents, alors que dans les CAE, l’HPV 6 (68 %) et l’HPV 11 (16 %) étaient les plus fréquemment identifiés. Les génotypes 16 et 18 étaient principalement observés dans les cancers (82 %) et dans les lésions précurseurs (64 % dans les CIN2/3 et 28 % dans les LSIL), tandis que les génotypes 6 et 11 étaient essentiellement associés aux condylomes (83 %). En France, en considérant une couverture vaccinale hypothétique de 100 %, un vaccin quadrivalent dirigé contre les HPV 6, 11, 16 et 18 pourrait prévenir de 71 % à 82 % des cancers invasifs, de 45 % à 64 % des CIN2/3, de 14 % à 34 % des LSIL, et de 63 % à 88 % des condylomes.
Nous présentons ici une synthèse des résultats des études EDiTH récemment publiées et analysant la distribution des génotypes de papillomavirus humains (HPV) dans les cancers invasifs, les néoplasies intra-épithéliales de haut grade (CIN2/3) et les lésions de bas grade du col de l’utérus (LSIL), ainsi que dans les condylomes acuminés externes (CAE) en France. Chacune de ces études a porté sur environ 400 à 500 échantillons, avec une prévalence ...

HPV ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; CANCER ; CANCER DU COL DE L'UTERUS ; EPIDEMIOLOGIE ; STATISTIQUE ; DEPISTAGE ; TRAITEMENT MEDICAL ; FRANCE ; VACCIN

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 20-21
- p. 193-219
Cote : P 195

Afin de mesurer l’impact de l’infection par le VHB, nous avons estimé, à partir des données de déclaration obligatoire des années 2004 à 2007, le nombre total d’infections incidentes annuelles incluant les formes asymptomatiques, ainsi que le nombre de cas passant à la chronicité. Méthodes - Le nombre total de nouvelles infections symptomatiques survenant tous les ans a été estimé en appliquant aux données de déclaration le taux d’exhaustivité trouvé lors d’une enquête menée en 2005, puis nous avons utilisé des modèles développés en Grande-Bretagne pour estimer la part des infections asymptomatiques, ainsi que le nombre de cas passant à la chronicité. Résultats - Un total de 633 cas d’hépatites B aiguës symptomatiques a été notifié entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2007, soit une moyenne de 158 cas symptomatiques déclarés par an. Après prise en compte de l’exhaustivité des déclarations, le total des infections symptomatiques et asymptomatiques dues au VHB a été estimé à 2 578 infections par an [IC 95 % : 2 320-2 845], soit une incidence de l’infection estimée à 4,1 cas pour 100 000 habitants [IC 95 % : 3,7-4,5]. Le nombre de cas passant à la chronicité a été estimé à 209 par an [IC 95 % : 188-231]. Conclusion - Si la France fait partie des pays de faibles prévalence et incidence de l’infection par le VHB, ces résultats montrent que cette infection y demeure un problème de santé publique, ce d’autant que les recommandations du calendrier vaccinal sont mal appliquées, entraînant une couverture vaccinale insuffisante.
Afin de mesurer l’impact de l’infection par le VHB, nous avons estimé, à partir des données de déclaration obligatoire des années 2004 à 2007, le nombre total d’infections incidentes annuelles incluant les formes asymptomatiques, ainsi que le nombre de cas passant à la chronicité. Méthodes - Le nombre total de nouvelles infections symptomatiques survenant tous les ans a été estimé en appliquant aux données de déclaration le taux d’exhaustivité ...

HÉPATITE ; HEPATITE B ; HÉPATITE C ; EPIDEMIOLOGIE ; STATISTIQUE ; VACCIN ; RECHERCHE MEDICALE ; MALADIE ; TRANSMISSION ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; POLITIQUE DE LA SANTE ; PREVENTION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 103 - p. 20
Cote : P 194

Cancer, le virus, le dépistage, le traitement, le vaccin, discussion.

CANCER DU COL DE L'UTERUS ; VACCIN ; HPV ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; PLANNING FAMILIAL ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 37 - n° 2 - p. 125-130
Cote : P 2

Les papillomavirus humains à haut risque oncogène sont à l'origine des cancers épidermoïdes et des adénocarcinomes du col utérin.

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; HPV ; VACCIN ; SUIVI GYNECOLOGIQUE ; SANTE DES FEMMES ; CANCER DU COL DE L'UTERUS ; FRANCE ; EPIDEMIOLOGIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 363 - p. 49
Cote : P 7

Tandis que les fabricants des vaccins Gardasil@ et Cervarix@ se retrouvent soupçonnés de corruption , des voix multiples s'élèvent pour en dénoncer le coût, l'inefficacité et les dangers.

VACCIN ; HPV ; CANCER DU COL DE L'UTERUS ; LABORATOIRE PHARMACEUTIQUE ; EFFET NEFASTE ; EFFICACITE ; COUT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

- n° 73 - p. 13
Cote : P 248

Pour la première fois, un essai vaccinal anti-VIH de grande échelle et à une phase d'étude avancée délontre qu'il est possible de réduire la transmission du VIH.

VIH/ SIDA ; VACCIN ; TRANSMISSION ; PREVENTION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UV

vol. 30 - n° 3 - p. 14-16
Cote : P 376

Au Quebec, les filles de 9 et 14 ans sont vaccinées contre le virus de papillome humain. Attention! ce qu'il faut savoir avant de retrousser les manches de votre fille.

VACCIN ; QUEBEC ; HPV ; EDUCATION A LA SEXUALITE

... Lire [+]

Z