m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  LEPINARD Eleonore | enregistrements trouvés : 3

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 293 p.
Cote : 216.2 LEP

L’égalité des sexes en politique est-elle réellement introuvable ? On a cru en France que l’idée de parité, en proposant une nouvelle conception de l’égalité, permettrait d’en finir avec l’exclusion politique des femmes. D’abord simple espoir des femmes politiques et des militantes féministes, la parité est devenue un remède unanimement accepté par la classe politique pour rénover une représentation démocratique et des institutions républicaines en crise. Pourtant l’égalité peine toujours à se traduire dans les faits. Faut-il y voir seulement le signe d’un manque de volonté politique dans l’application d’une réforme par ailleurs bien pensée ? Ou doit-on également s’interroger sur les limites du concept de parité ? C’est en analysant les termes qui ont successivement été utilisés pour définir et légitimer la parité que ce livre démontre comment cette conceptualisation de l’égalité des sexes a abouti à la subversion des objectifs radicaux des débuts. Croisant la science politique, les études sur le genre et la sociologie du droit, l’auteure analyse les facteurs qui ont transformé la revendication paritaire, depuis les arènes internationales jusqu’à l’espace public, militant et médiatique français. En expliquant les raisons de l’échec relatif de cette réforme, ce livre permet de comprendre les défis posés au modèle républicain par l’inclusion des femmes, mais aussi par celle des autres minorités.

Introduction • L’égalité, terrain de luttes • Dynamique de légitimation • Les voies du changement Chapitre 1 /UNE GÉNÉALOGIE INTERNATIONALE • Un contexte international de légitimation • Du global au local : importation et traduction de la parité Chapitre 2 / LA PARITÉ, NOUVELLE VAGUE CONTESTÉE DU FÉMINISME FRANÇAIS • La parité, nouvelle définition de l’égalité des sexes • Différence des sexes et représentation politique • L’héritage contesté et convoité du MLF • Une revendication pour une alliance réformiste Chapitre 3 / L’INVENTION D’UNE EXCEPTION FRANÇAISE • Construire un problème public • Contraintes et opportunités pour une réforme • Au nom de la République. La parité sur le terrain des principes • Stratégies discursives et rapports de pouvoir Chapitre 4 / LA PARITÉ AU PARLEMENT • Les voies de représentation parlementaires • La bataille pour la formulation juridique • Parité et changement social Conclusion • Légitimation et transformation sociale • Politique identitaire et essentialisme • Représentation, féminisme et démocratie
L’égalité des sexes en politique est-elle réellement introuvable ? On a cru en France que l’idée de parité, en proposant une nouvelle conception de l’égalité, permettrait d’en finir avec l’exclusion politique des femmes. D’abord simple espoir des femmes politiques et des militantes féministes, la parité est devenue un remède unanimement accepté par la classe politique pour rénover une représentation démocratique et des institutions républicaines ...

EGALITE FEMME HOMME ; PARITE ; ASPECT POLITIQUE ; FEMINISME ; LUTTE FEMINISTE ; LEGISLATION ; ACCES ; RESPONSABILITE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 33 - 260 p.
Cote : P 252

Il arrive fréquemment que les débats sur l’action positive aux États-Unis traitent séparément les questions relatives à l’égalité et à la différence, aux droits individuels et aux identités de groupe. Pourtant, ce sont là des couples de concepts interdépendants, chacun étant lié à l’autre dans une tension nécessaire. Les tensions se manifestent de façon spécifique selon la période historique et doivent être analysées en fonction du contexte politique qui les porte et non comme des choix moraux ou éthiques a-historiques. Cet essai explore trois paradoxes — qui sont des tensions insolubles — propres aux débats sur l’action positive : 1) l’égalité est un principe absolu et une pratique historique contingente ; 2) les identités de groupe définissent des individus et leur refusent la pleine expression ou réalisation de leur individualité ; 3) les revendications de l’égalité impliquent l’acceptation et le rejet de l’identité de groupe produit par la discrimination. Autrement dit, les termes de l’exclusion, qui fondent la discrimination, sont à la fois refusés et reproduits dans la demande d’inclusion. [— p. 17-41]


Il arrive fréquemment que les débats sur l’action positive aux États-Unis traitent séparément les questions relatives à l’égalité et à la différence, aux droits individuels et aux identités de groupe. Pourtant, ce sont là des couples de concepts interdépendants, chacun étant lié à l’autre dans une tension nécessaire. Les tensions se manifestent de façon spécifique selon la période historique et doivent être analysées en fonction du contexte ...

EGALITE FEMME HOMME ; PARITE ; FEMME ; POLITIQUE ; VIOLENCE AU SEIN DU COUPLE ; PATRIARCAT ; GENRE ; FRANCE ; POLITIQUE SOCIALE ; ITALIE ; IRAN ; AFGHANISTAN ; SALVADOR

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° Hors série 2006 - p. 107-135
Cote : P 252

Si la question de la différence a historiquement été centrale au projet féministe, comme politique et comme théorie, elle est aujourd’hui insuffisante pour penser des rapports de genre qui apparaissent, à la lumière de la critique postcoloniale et des politiques de l’identité, traversés par d’autres rapports de pouvoir. Toutefois, cette critique semble avoir des difficultés à émerger en France où l’histoire du mouvement, en particulier la place qu’y a occupé la question de la lutte des classes, le lien qu’il a entretenu entre théorie et politique, et l’histoire du postcolonialisme — ou plutôt son absence — ont participé à tenir la question de l’articulation entre genre, « race » et ethnicité à l’écart des revendications et de la théorie féministe. Cette configuration historique, sociale et théorique a engendré un certain malaise dans le concept, c’est-à-dire une difficulté à critiquer les acquis théoriques du féminisme et à déconstruire la catégorie « femmes », autrement dit le sujet même du féminisme.
Si la question de la différence a historiquement été centrale au projet féministe, comme politique et comme théorie, elle est aujourd’hui insuffisante pour penser des rapports de genre qui apparaissent, à la lumière de la critique postcoloniale et des politiques de l’identité, traversés par d’autres rapports de pouvoir. Toutefois, cette critique semble avoir des difficultés à émerger en France où l’histoire du mouvement, en particulier la place ...

FEMINISME ; LUTTE FEMINISTE ; FRANCE

... Lire [+]

Z