m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  CAHEN Fabrice | enregistrements trouvés : 4

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 414 p.
Cote : 144 COH

Pratique secrète prohibée jusqu’en 1975, l’avortement « criminel » fit l’objet d’une lutte acharnée qui, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, occupa une foule de protagonistes et mobilisa d’importants moyens privés et publics. La tentative d’éradication de ce « fléau social », orchestrée jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, relève d’une histoire conjointe des savoirs scientifiques, des institutions politiques et des groupes militants et professionnels. L’auteur restitue cette complexité en suivant au plus près les acteurs engagés dans ce combat et en révélant la grande diversité des modalités d’une entreprise qui ne se limite pas à la répression. La lutte contre l’avortement clandestin se heurte à une réalité que l’étude permet de mieux saisir : une activité sociale parfois très organisée, capable de déjouer constamment les autorités. En ce sens, l’ouvrage pose clairement la question de la gouvernabilité des comportements démographiques et d’une régulation effective des mœurs, ouvrant une réflexion sur l’impact social de l’action publique.
Pratique secrète prohibée jusqu’en 1975, l’avortement « criminel » fit l’objet d’une lutte acharnée qui, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, occupa une foule de protagonistes et mobilisa d’importants moyens privés et publics. La tentative d’éradication de ce « fléau social », orchestrée jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, relève d’une histoire conjointe des savoirs scientifiques, des institutions politiques et des groupes militants et ...

OPPOSITION ; AVORTEMENT ; FRANCE ; MOUVEMENT ANTICHOIX ; XIXe SIECLE ; XXe SIECLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 439 - p. 5-8
Cote : P 25

La loi n° 67-1176 du 28 décembre 1967, dite loi Neuwirth, marque un tournant dans l’histoire des politiques de population en France et apparaît comme l’indice d’une nouvelle attitude institutionnelle à l’égard des comportements sexuels et reproductifs, même si comme beaucoup de lois, elle n’a fait que sanctionner une évolution à laquelle elle était pour partie étrangère. La célébration de son quarantenaire fournit l’occasion de rappeler dans quelles conditions s’accomplissait la vie intime des hommes et femmes des générations antérieures.


La loi n° 67-1176 du 28 décembre 1967, dite loi Neuwirth, marque un tournant dans l’histoire des politiques de population en France et apparaît comme l’indice d’une nouvelle attitude institutionnelle à l’égard des comportements sexuels et reproductifs, même si comme beaucoup de lois, elle n’a fait que sanctionner une évolution à laquelle elle était pour partie étrangère. La célébration de son quarantenaire fournit l’occasion de rappeler dans ...

CONTRACEPTION ; HISTOIRE ; GROSSESSE NON DÉSIRÉE ; DESIR D'ENFANT ; PLANIFICATION FAMILIALE ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 439 - p. 1-8
Cote : P 25

Il y a quarante ans, le Parlement votait la loi Neuwirth libéralisant la contraception en France.
Pourquoi l’État avait-il jusque-là chercher à l’empêcher, et comment expliquer ce changement
d’attitude ? Évoquant la façon dont les couples s’y prenaient auparavant pour prévenir les naissances,
Fabrice Cahen s’interroge sur les raisons du retard de la législation française si on la
compare aux législations britannique et américaine. Pour ce qui est des conséquences de la loi,
beaucoup s’attendaient à ce qu’elle entraîne la disparition des grossesses non prévues. Pourtant,
elles représentent encore de nos jours une grossesse sur trois, comme nous l’expliquent
Arnaud Régnier-Loilier et Henri Leridon. Quelles en sont les raisons ? Quelles sont les aspirations
des couples d’aujourd’hui en matière d’enfants ? Comment s’y prennent-ils pour les réaliser ?
Il y a quarante ans, le Parlement votait la loi Neuwirth libéralisant la contraception en France.
Pourquoi l’État avait-il jusque-là chercher à l’empêcher, et comment expliquer ce changement
d’attitude ? Évoquant la façon dont les couples s’y prenaient auparavant pour prévenir les naissances,
Fabrice Cahen s’interroge sur les raisons du retard de la législation française si on la
compare aux législations britannique et américaine. Pour ce qui ...

CONTRACEPTION ; LEGISLATION ; HISTOIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Z