m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  CRETIN Carole | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 34 p. + annexes
Cote : 235 CRE

On estime à 53 000 le nombre de femmes adultes excisées vivant sur le territoire français en 2004 (INED). L’Ile-de-France est l’une des neuf régions françaises les plus concernées par ce problème. Des actions pionnières en matière de lutte et de prévention des mutilations sexuelles féminines (MSF) ont été réalisées depuis les années 1980; mais, si des signes d’abandon sont encourageants, la pratique perdure cependant encore aujourd’hui, et implique de rester mobilisé-e-s. La campagne de prévention pour lutter contre les MSF lancée par la Secrétaire d’Etat à la Solidarité en avril 2009 nous enjoint à poursuivre et renforcer le processus d’échange et de réflexion avec les professionnel-le-s au niveau régional. La célébration du 6 février, Journée Internationale contre les MSF (décidée en 2003 par le Comité Inter- Africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants et reprise depuis par de nombreux pays et par les Nations Unies), est l’occasion de mobiliser les professionnel-le-s francilien-ne-s issu-e-s de la santé, du social et de l’éducation, et du monde associatif en leur fournissant des clefs pour comprendre les MSF et des repères pour agir, y compris en réseau, afin d’accélérer l’abandon des mutilations sexuelles féminines, conformément aux récents engagements internationaux. Ainsi, cette journée a pour objectif d’informer les professionnel-les sur la problématique des MSF, qui est une forme de violences faites aux femmes et un enjeu de santé publique. Elle doit aussi leur permettre d’identifier des actions (et leurs porteur-e-s) déjà menées en Ile-de-France, qui ont permis des avancées importantes, notamment en matière de prévention et d’accompagnement à travers le travail réalisé dans les Centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI). Mais, au regard des évolutions en France, tant de la pratique, que des modalités de protection et de prise en charge des filles/femmes, il apparaît également indispensable de réfléchir sur les actions nécessaires à entreprendre et /ou à renforcer pour poursuivre la dynamique d’abandon de ces pratiques en France, et au cours de séjours dans les pays d’origine. La nécessité des coopérations internationales et européennes apparaît par exemple de plus en plus incontournable. Cela passe par une meilleure connaissance et mutualisation des actions menées y compris dans les pays d’origine (et qui aboutissent à un vaste mouvement ement d’abandon), et la mise en réseau des actions ici et ailleurs.
On estime à 53 000 le nombre de femmes adultes excisées vivant sur le territoire français en 2004 (INED). L’Ile-de-France est l’une des neuf régions françaises les plus concernées par ce problème. Des actions pionnières en matière de lutte et de prévention des mutilations sexuelles féminines (MSF) ont été réalisées depuis les années 1980; mais, si des signes d’abandon sont encourageants, la pratique perdure cependant encore aujourd’hui, et ...

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ; MUTILATION SEXUELLE ; ILE-DE-FRANCE ; PREVENTION ; PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE ; ETABLISSEMENT SCOLAIRE ; EPIDEMIOLOGIE ; POLITIQUE DE LA SANTE ; FRANCE

... Lire [+]

Z