m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  TRAITEMENT | enregistrements trouvés : 31

O

-A +A

Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 428 - p. 453
Cote : P 174

Une fiche d'information à partager : La contamination par le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) à l'origine du sida se fait le plus souvent lors d'une relation sexuelle. Plusieurs moyens permettent de diminuer considérablement le risque de contamination.

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 428 - p. 445-449
Cote : P 174

Une gonococcie est une infection liée à une bactérie, Neisseria gonorrhoea, alias gonocoque. La gonococcie liée à un rapport sexuel est une infection sexuellement transmissible très contagieuse.

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 428 - p. 434-440
Cote : P 174

Chez les femmes gênées par des symptômes liés à la ménopause, peu de traitements ont une efficacité démontrée au-delà d'un effet placebo. Mais l'efficacité placebo, parfois marquée, semble soulager certaines femmes.

MENOPAUSE ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

vol. 73 - n° 4 - p. 787-808
Cote : P 18

Au cours des années 1990, la lutte contre le VIH est devenue une cause nationale dont les actions de prévention s’adressent à l’ensemble de la population afin de prévenir toute stigmatisation. Dans les années 2000, la reconnaissance de l’existence de « groupes à risque » n’a plus posé problème et a déterminé des actions plus ciblées. Constatant la recrudescence des prises de risques, les acteurs de la prévention se sont donnés les moyens de saisir les groupes au plus près de leurs comportements. À partir du cas des homosexuels masculins, l’article analyse deux innovations récentes qui incarnent cette tendance : la démédicalisation du dépistage et la prophylaxie préexposition. Celles-ci permettent de montrer que l’évolution observée ne se résume pas à l’explicitation de ce qui devait être passé sous silence, mais suppose un travail d’objectivation renouvelé, de mobilisation d’individus appartenant à la population ciblée et d’une certaine conception de l’individu preneur de risques. Le repérage des comportements à risque permet aussi de délimiter les populations sur lesquelles il est possible d’intervenir et la mise en place d’outils pour y parvenir.
Au cours des années 1990, la lutte contre le VIH est devenue une cause nationale dont les actions de prévention s’adressent à l’ensemble de la population afin de prévenir toute stigmatisation. Dans les années 2000, la reconnaissance de l’existence de « groupes à risque » n’a plus posé problème et a déterminé des actions plus ciblées. Constatant la recrudescence des prises de risques, les acteurs de la prévention se sont donnés les moyens de ...

VIH/ SIDA ; PREVENTION ; HOMOSEXUALITE MASCULINE ; TRAITEMENT ; PROPHYLAXIE PRE-EXPOSITION ; DEPISTAGE ; DEMEDICALISATION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 104 - p. 44-49
Cote : P 248

"Prep is not a pill, it's a lifestyle". C'est par ces termes que la professeure Linda Gail Bekker a présenté son bilan sur la mise en place de la Prep dans le monde, lors de la CROI 2018. Où en est-on aujourd'hui ? Quels sont les schémas de prise recommandés ? Cet article fait le point sur les questions que vous vous posez sur cet outil de prévention.

PROPHYLAXIE PRE-EXPOSITION ; TRAITEMENT ; VIH/ SIDA ; EVOLUTION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 35 p.
Cote : B 0451 IST

- Introduction
- Histoire du programme
- Des situations qui exposent les femmes : migrations, violences, précarité
- module de formation : "vécu des femmes avec le vih"
- Formation : "vih, ist et femmes migrantes"
- Groupe de parole, colloques et rencontres : donner la parole aux femmes
- PrEP (Prophylaxie pré exposition) : outil de prévention de l'avenir ?
- Annexe
Ce Guide pour agir s'accompagne d'une affiche ( A 1186 MED)
- Introduction
- Histoire du programme
- Des situations qui exposent les femmes : migrations, violences, précarité
- module de formation : "vécu des femmes avec le vih"
- Formation : "vih, ist et femmes migrantes"
- Groupe de parole, colloques et rencontres : donner la parole aux femmes
- PrEP (Prophylaxie pré exposition) : outil de prévention de l'avenir ?
- Annexe
Ce Guide pour agir s'accompagne d'une affiche ( A 1186 MED)

FEMME ; VIH/ SIDA ; PREVENTION ; TRAITEMENT ; PROGRAMME D'ACTION ; PLANNING FAMILIAL ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 101 - p. 32-38
Cote : P 248

Présentation des résultats de l'enquête Frlash ! PrPE in Europe (FPIE)

PROPHYLAXIE PRE-EXPOSITION ; VIH/ SIDA ; TRAITEMENT ; ENQUETE ; EUROPE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 409 - p. 836-839
Cote : P 174

La syphilis est une infection sexuellement transmissible. Elle est dite précoce pendant l'année qui suit le début d'infection, période pendant laquelle la personne atteinte est contagieuse. Quels sont le traitement de premier choix de la syphilis et ses alternatives ? Enquête de Prescrire.

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

vol. 37 - n° 407 - p. 645-647
Cote : P 174

Lors de relations sexuelles avec pénétration entre personnes discordantes pour le HIV, la prévention de la transmission du virus HIV repose avant tout sur l'utilisation du préservatif et le traitement antirétroviral de la personne infectée. Il existe des situations où le risque de transmission du HIV persiste, notamment chez les personnes qui choisissent des pratiques sexuelles particulièrement à risque. Deux essais cliniques ont évalué chez des hommes ayant des rapports sexuels anaux avec des hommes, sans port systématique de préservatif, l'association emtricitabine ténofovir prise quotidiennement ou uniquement au moment des périodes d'activité sexuelle. Pour 100 hommes, en un an, il est survenu environ 7 à 9 infections par le HIV dans les groupes témoins, versus 1 dans les groupes utilisant cette prévention pour ou moins "correctement", au prix d'effets indésirables acceptables. Mais avec la prise de risque susceptible d'être encore plus marquée pour certains, liée à un sentiment de protection par le médicament. Un essai chez des couples hétérosexuels a montré aussi une certaine efficacité. En pratique, les limites de cette prévention médicamenteuse justifient d'y associer les autres mesures préventives efficaces et un dépistage régulier des autres infections sexuelles transmissibles.
Lors de relations sexuelles avec pénétration entre personnes discordantes pour le HIV, la prévention de la transmission du virus HIV repose avant tout sur l'utilisation du préservatif et le traitement antirétroviral de la personne infectée. Il existe des situations où le risque de transmission du HIV persiste, notamment chez les personnes qui choisissent des pratiques sexuelles particulièrement à risque. Deux essais cliniques ont évalué chez des ...

PREVENTION ; TRANSMISSION SEXUELLE DU VIH ; TRAITEMENT ; VIH/ SIDA

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n.p.
Cote : BD SOH

Dans ce tome, exit la chimio, c'est le retour des cheveux et autres poils. Lili doit décider de ce qu'elle va faire de ce nouveau moi, mettant en avant ou de côté sa mutation génétique.

CANCER ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 81 p.
Cote : 820 CEL w

La ministre en charge de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et la ministre en charge des Affaires sociales et de la Santé ont saisi le Conseil National du Sida et des hépatites virales le 2 mai 2016, sur la définition de nouvelles orientations dans le cadre de la prévention et de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles (IST) chez les adolescents et les jeunes adultes.Cette saisine s’inscrit dans un contexte d’augmentation de l’incidence des infections sexuellement transmissibles (dont le VIH) chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans, y compris chez les adolescents (envisagés
ici de 15 à 19 ans) ; celles -ci entraînent des conséquences importantes en termes de santé individuelle, physique et psychique, et de santé publique.
La ministre en charge de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et la ministre en charge des Affaires sociales et de la Santé ont saisi le Conseil National du Sida et des hépatites virales le 2 mai 2016, sur la définition de nouvelles orientations dans le cadre de la prévention et de la lutte contre les infections sexuellement transmissibles (IST) chez les adolescents et les jeunes adultes.Cette saisine s’inscrit ...

INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; PREVENTION ; ADOLESCENT ; JEUNE ADULTE ; ADULTE ; TRAITEMENT ; FRANCE ; STATISTIQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y


Cote : V 751 FEM w

Bien que touchant près de deux millions de Françaises, l'endométriose est une pathologie encore mal connue : gros plan sur cette maladie et sur les traitements.Le programme : Bien que touchant près de deux millions de Françaises, l'endométriose est une pathologie encore mal connue : gros plan sur cette maladie et sur les traitements.

ENDOMETRIOSE ; SANTE DES FEMMES ; RECHERCHE MEDICALE ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
V

- 74 p.
Cote : 836 REC

I. Les publications de Catherine KAPUSTA-PALMER et de Carine FAVIER
II. Interviews de Catherine KAPUSTA-PALMER
III. Communiqués et publications : la place des femmes dans la recherche
IV. Publications – Sciences sociales
V. Publications – contraception et désir d’enfant

FEMME ; VIH/ SIDA ; FRANCE ; TRAITEMENT ; GENRE ; SANTE ; SANTE DES FEMMES ; PLANNING FAMILIAL ; CONTRACEPTION ; DESIR D'ENFANT ; RECHERCHE MEDICALE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 103 p.
Cote : 830 VIV

Les informations contenues dans ce document ont pour but de vous aider à mieux appréhender ou anticiper votre vieillissement avec le VIH. Nous vous
invitons à échanger sur les thèmes qui y sont abordés avec votre médecin et les professionnels de santé qui participent à votre prise en charge.

PERSONNE DE PLUS DE 50 ANS ; VIH/ SIDA ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 51 p.
Cote : 242 DER

I. La ménopause, faits et gestes
II. Les traitements
III. Les différentes lectures de la ménopause
IV. Questionnaire
V. Conclusion

MENOPAUSE ; SOCIETE ; HISTOIRE ; TRAITEMENT ; TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF ; MEDECINE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. 43 - n° 3 - p. 242-247
Cote : P 2

Le traitement actuellement le plus utilisé pour la contraception d’urgence dans le monde est la pilule au lévonorgestrel (LNG). Cependant, son efficacité diminue si elle est administrée 3jours après le rapport sexuel non protégé, alors que la pilule à base d’ulipristal acétate (UPA) est efficace jusqu’à 5jours après. L’ensemble des données cliniques montre que l’UPA est plus efficace que le LNG lorsqu’il est pris très rapidement après le rapport (dans les 24 h) ou au contraire tardivement, entre 72 et 120 h après le rapport. L’UPA est aussi plus efficace que le LNG pour inhiber la rupture folliculaire lorsque l’administration est proche de l’ovulation. Nous démontrons ici pourquoi l’UPA est globalement plus efficace que le LNG pour diminuer le taux de grossesses non souhaitées en basant la démonstration sur l’effet de chaque produit suivant la taille folliculaire lors du rapport sexuel à risque. Nous expliquons aussi la différence de délai maximal de prise entre l’UPA et le LNG uniquement par le décalage de l’ovulation et un effet de l’UPA sur des follicules de plus grosse taille que le LNG (18 mm vs 14 mm), sans faire appel à un hypothétique effet endométrial. Nous expliquons également pourquoi l’UPA et le LNG restent des contraceptions de secours et ne doivent pas être utilisés dans le cadre d’une contraception quotidienne.
Le traitement actuellement le plus utilisé pour la contraception d’urgence dans le monde est la pilule au lévonorgestrel (LNG). Cependant, son efficacité diminue si elle est administrée 3jours après le rapport sexuel non protégé, alors que la pilule à base d’ulipristal acétate (UPA) est efficace jusqu’à 5jours après. L’ensemble des données cliniques montre que l’UPA est plus efficace que le LNG lorsqu’il est pris très rapidement après le rapport ...

CONTRACEPTION D'URGENCE ; TRAITEMENT ; HORMONE ; RECHERCHE SCIENTIFIQUE ; FRANCE ; RISQUE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 39 - p. 32-33
Cote : P 425

En 2001, refusant d'accepter que les brevets sur les médicaments antirétroviraux passent avant les ies humaines, une poignée d'activistes sud-africains a réussi l'impensable : faire capituler devant la haute cour de justice de prtoria une coalition de 39 laboratoires pharmaceutiques parmi les plus puissants du monde.

VIH/ SIDA ; TRAITEMENT ; PROCES ; LABORATOIRE PHARMACEUTIQUE ; AFRIQUE DU SUD

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

vol. 0 - n° 76 - p. 14-16
Cote : P 246

En demandant la parité femmes – hommes dans les essais cliniques nous sommes parvenuEs à ouvrir un dossier porté depuis plusieurs années par la commission Traitements & Recherche d’Act Up-Paris, le Collectif interassociatif Femmes & VIH et le groupe interassociatif TRT-5. C’est celui d’une véritable connaissance et reconnaissance des spécificités des femmes dans le champ thérapeutique du VIH, comme nous nous y consacrons, par ailleurs, pour d’autres populations minoritaires ou minorisées : usagèrEs de drogues, co-infectéEs, enfants, personnes touchées par plusieurs pathologies chroniques ou des cancers et Trans.
En demandant la parité femmes – hommes dans les essais cliniques nous sommes parvenuEs à ouvrir un dossier porté depuis plusieurs années par la commission Traitements & Recherche d’Act Up-Paris, le Collectif interassociatif Femmes & VIH et le groupe interassociatif TRT-5. C’est celui d’une véritable connaissance et reconnaissance des spécificités des femmes dans le champ thérapeutique du VIH, comme nous nous y consacrons, par ailleurs, pour ...

VIH/ SIDA ; FEMME ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 74 - p. 6-12
Cote : P 246

Actuellement, la faible représentation des femmes dans les essais implique que les médicaments sont mis sur le marché sans que l'on ait de données sur leurs effets indésirables spécifiques chez les femmes. Par ailleurs, quand il y a une proportion correcte de femmes, les analyses selon le genre sont loin d'être systématiques et ne permettent donc pas d'en tirer des enseignements. Il est donc nécessaire de faire prendre conscience aux pouvoirs publics, agences de régulation ou de recherche et aux investigateurRICES que ce satu quo n'est pas admissible.
Autres articles au dossier :
- Waves, l'essai 100% femmes qui ne vient pas de l'espace
- Enjeux de prévention chez les femmes, morceaux choisis (rencontre du 6 et 7 décembre 2012 par l'interassociatif Femmes & VIH)
- Les PrEPs
Actuellement, la faible représentation des femmes dans les essais implique que les médicaments sont mis sur le marché sans que l'on ait de données sur leurs effets indésirables spécifiques chez les femmes. Par ailleurs, quand il y a une proportion correcte de femmes, les analyses selon le genre sont loin d'être systématiques et ne permettent donc pas d'en tirer des enseignements. Il est donc nécessaire de faire prendre conscience aux pouvoirs ...

VIH/ SIDA ; FEMME ; TRAITEMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 24 p.
Cote : 830 ACC w

Malgré l'importance des progrès réalisés, l'accès aux traitements dans les PED ne couvre que 47% des besoins et, en décembre 2010, près de neuf millions de personnes qui pouvaient prétendre à la thérapie antirétrovirale n'en bénéficiaient toujours pas.
D'importantes disparités persistent selon les régions et tandis que le taux de couverture des traitements antirétroviraux atteignait 63% en Amérique latine et dans les Caraïbes, il était de 49% en Afrique subsaharienne et de 39% en Asie de l'Est, du Sud et du Sud-Est contre 23% en Europe orientale et en Asie centrale et seulement 10% au Moyen Orient et en Afrique du Nord.
Malgré l'importance des progrès réalisés, l'accès aux traitements dans les PED ne couvre que 47% des besoins et, en décembre 2010, près de neuf millions de personnes qui pouvaient prétendre à la thérapie antirétrovirale n'en bénéficiaient toujours pas.
D'importantes disparités persistent selon les régions et tandis que le taux de couverture des traitements antirétroviraux atteignait 63% en Amérique latine et dans les Caraïbes, il était de 49% en ...

VIH/ SIDA ; ACCES ; TRAITEMENT ; STATISTIQUE ; MONDE ; ASPECT POLITIQUE ; COUT

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Auteurs
Descripteurs

Z