m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  VINCENT Justine | enregistrements trouvés : 1

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- n° 129-130 - p. 63-76
Cote : P 218

L’un des principaux bouleversements de l’institution matrimoniale en France est le fait que, désormais, elle n’apparaît plus comme déterminante pour « faire famille ». Certains ont utilisé cet argument pour parler d’une « désinstitutionnalisation » de la famille (Roussel, 1989 ; Dubet et Martucelli, 1998)(1). L’institutionnalisation de la famille reposerait à présent sur les enfants, sur la filiation, plutôt que sur l’alliance, selon la distinction posée par Irène Théry (1993). La famille contemporaine ne serait plus matrimoniale mais pédocentrée (Gavarini, 2001). L’enfant « fait » la famille, et l’on pourrait même dire que le « désir d’enfant » « fait » désormais l’adulte (Déchaux, 2014 a).
Partant de ce constat, l’objectif de cet article est de mobiliser le matériau empirique constitué lors d’une enquête sociologique récente, afin de questionner à la fois la place et le rôle de l’institutionnalisation du couple, et l’articulation couple et famille.
L’un des principaux bouleversements de l’institution matrimoniale en France est le fait que, désormais, elle n’apparaît plus comme déterminante pour « faire famille ». Certains ont utilisé cet argument pour parler d’une « désinstitutionnalisation » de la famille (Roussel, 1989 ; Dubet et Martucelli, 1998)(1). L’institutionnalisation de la famille reposerait à présent sur les enfants, sur la filiation, plutôt que sur l’alliance, selon la ...

PARENTALITE ; JEUNE ADULTE ; COUPLE ; NORME ; FAMILLE ; ASPECT SOCIOLOGIQUE ; FRANCE ; MARIAGE

... Lire [+]

Filtrer

Type
Date de parution
Auteurs
Descripteurs

Z