m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK

Documents  BEAUVALET-BOUTOUYRIE Scarlett | enregistrements trouvés : 3

O
     

-A +A

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 378 p.
Cote : 205 BEA

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ? Il n'en a pas toujours été ainsi. Ce qui semble aujourd'hui une évidence est une habitude récente, comme bien d'autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre », qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d'autant plus essentielle que les définitions de la masculinité et de la féminité ont longtemps servi à justifier la domination masculine.
L'histoire du corps et de ses représentations, des lois juridiques et sociales, de l'éducation, des règles de l'apparence et des enjeux de pouvoir entre sexes, laisse entrevoir, au fil du temps, les contours changeants, parfois surprenants, de ce qui fait de nous des hommes ou des femmes dans la société française.
Rose pour les filles, bleu pour les garçons ? Il n'en a pas toujours été ainsi. Ce qui semble aujourd'hui une évidence est une habitude récente, comme bien d'autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre », qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d'autant plus essentielle ...

GENRE ; HISTOIRE ; CORPS ; EDUCATION ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 317 p.
Cote : 100.4 BEA

Comment la sexualité, sous toutes ses formes, a-t-elle été vécue, pensée et représentée à l’époque moderne  ? Quelle fut véritablement l’intimité des Français et que nous apprend-elle sur le lien au plaisir, à l’interdit et au poids des règles sociales ? Objet de fascination et de crainte, célébrée ou condamnée, elle a subi les entreprises moralisatrices et normatives des autorités ecclésiastiques, médicales et judiciaires  : de la libertine à la sorcière ou à l’hystérique il n’y a qu’un pas… et seul ne peut exister que le couple hétérosexuel.  Mais malgré un long silence, marqué par la culpabilité et la peur, peu à peu se font jour des discours discordants et des pratiques nouvelles qui montrent une réalité bien différente, où le corps et la jouissance se libèrent des lois sacrées et profanes.  Écrits religieux, médicaux, juridiques, actes judiciaires, témoignages privés, œuvres littéraires… autant de sources ici convoquées pour offrir au lecteur une vision plus juste et souvent étonnante du moi intime de toute une société.
Comment la sexualité, sous toutes ses formes, a-t-elle été vécue, pensée et représentée à l’époque moderne  ? Quelle fut véritablement l’intimité des Français et que nous apprend-elle sur le lien au plaisir, à l’interdit et au poids des règles sociales ? Objet de fascination et de crainte, célébrée ou condamnée, elle a subi les entreprises moralisatrices et normatives des autorités ecclésiastiques, médicales et judiciaires  : de la libertine à ...

SEXUALITE ; HISTOIRE ; MARIAGE ; ASPECT MEDICAL ; REPRESSION ; EROTISME ; PORNOGRAPHIE ; REPRODUCTION ; COUPLE ; SEXOLOGIE ; PROBLEME SEXUEL ; PREMIERE RELATION SEXUELLE ; ADOLESCENCE ; RELATIONS EXTRA-CONJUGALES ; MASTURBATION ; HOMOSEXUALITE FEMININE ; HOMOSEXUALITE MASCULINE ; PROSTITUTION ; INFECTION SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE ; VIOLENCE SEXUELLE ; VIOL ; FRANCE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 431 p.
Cote : 222 BEA

Perdre la vie en la donnant ; ce qui nous semble aujourd'hui intolérable fut autrefois une réalité. L'hôpital concentrait tous les risques et la mortalité en couches, qui avoisinait les 5%, pouvait dépasser 20 % en cas d'épidémie. Seules les filles mères et les femmes indigentes se résignaient à aller y accoucher. Écrire l'histoire de l'accouchement hospitalier, c'est retracer la transmutation d'un acte gratuit, mais mortel, en un geste salvateur. La Maternité de Port-Royal à Paris, née en 1795 du démantèlement de l'Office des accouchées de l'Hôtel-Dieu, en illustre parfaitement les étapes. Établissement modèle avec son école de sages-femmes à l'enseignement fondé sur la clinique, elle est en même temps un espace de mort du fait de la virulence des épidémies de fièvre puerpérale. Son histoire, qui se confond alors avec celle de Stéphane Tarnier, symbolise le triomphe de la vie et la transformation des maternités en de véritables lieux médicalisés, offrant à toutes le bonheur de l'enfantement grace à la sécurité des couches.
Perdre la vie en la donnant ; ce qui nous semble aujourd'hui intolérable fut autrefois une réalité. L'hôpital concentrait tous les risques et la mortalité en couches, qui avoisinait les 5%, pouvait dépasser 20 % en cas d'épidémie. Seules les filles mères et les femmes indigentes se résignaient à aller y accoucher. Écrire l'histoire de l'accouchement hospitalier, c'est retracer la transmutation d'un acte gratuit, mais mortel, en un geste ...

ACCOUCHEMENT ; HOPITAL ; FRANCE

... Lire [+]

Z